Seeker (Cycle Alex Bénédict, tome 3)

Seeker

Quatrième de couverture :

.
Mon avis :

Un point important avant de commencer cette chronique : ce n’est pas grave si vous n’avez pas lu les tomes précédents. D’une part, je ne les ai pas lus et j’ai tout de même apprécié ma lecture, je n’étais pas perdue par manque d’éléments ou je ne sais quoi, d’autre part les autres tomes ne sont de toute façon pas traduits en français (dommage).

Seeker est le nom d’un vaisseau entré dans la légende : il y a 9000 ans, un groupe de colons aurait quitté la Terre afin de s’installer aux confins de l’univers, là où personne ne les retrouverait. Or voilà que Chase Kolpath, qui travaille pour le célèbre antiquaire Alex Bénédict, tombe sur un artefact qui pourrait bien venir du Seeker alors que, avec le temps, on ne sait plus s’il a vraiment existé ou s’il s’agit d’un mythe. A partir de là vont s’engager des recherches pour le retrouver avec l’espoir, aussi, de découvrir la colonie disparue.
De l’archéologie dans un roman de SF, c’était pour moi ! Ce sont deux choses que j’aime et, les voir ainsi ensemble, ça m’a tout de suite attirée. Nous suivons Chase Kolpath, employée du fameux Bénédict, à la recherche de trésors inestimables perdus dans la galaxie. Et là, on tombe direct sur un point qui m’a plu : nous suivons Chase, d’accord, mais le plus important est qu’elle est la narratrice. Et je dois bien admettre que c’était très sympa ; l’histoire se déroule de son point de vue et, s’il peut y avoir une certaine sacralisation autour d’Alex Bénédict (chose qui se comprend puisqu’il est très doué dans son travail, mettant régulièrement la main sur de superbes trouvailles), il n’en reste pas moins, pour l’héroïne, qu’un homme. Surtout, il est son patron et, parfois, il arrive à la motiver et, d’autres fois, il l’exaspère. Quoiqu’il en soit, quand ces deux personnages étaient ensemble, j’ai trouvé qu’ils formaient un bon duo mais je ne vous cache pas qu’on aurait pu avoir seulement Chase que ça ne m’aurait pas dérangée.
Pour ce qui est de l’histoire, nous avons toute une première partie qui tourne autour de l’artefact (une coupe) découvert : c’est une femme qui l’a amené à Rainbow, l’entreprise de Bénédict, et il faut donc prouver que c’est un vrai, remonter sa trace pour découvrir son origine, voir s’il est possible de trouver d’autres objets en provenance du Seeker, puisque c’est de ce vaisseau mythique que viendrait la coupe, etc. C’est vrai, ce n’est pas très palpitant, cela dit l’auteur, Jack McDevitt, a su instiller quelques moments d’actions et de tension pour justement éviter un éventuel ennui aux lecteurs et lectrices. En revanche, si j’avais pensé que la deuxième partie du livre tournerait pas mal autour de la fouille du vaisseau disparu et de ce que l’on pourrait y trouver, je me suis fourvoyée et, en un sens, ça m’a un poil déçue. Mais c’est ma faute, c’était écrit dans le résumé (que je n’ai pas lu depuis des années) : l’objectif ultime d’Alex Bénédict est de trouver des traces de la colonie et donc de découvrir sur quelle planète elle avait bien pu jeter son dévolu. Et c’est peut-être aussi pour ça que j’ai aimé Chase Kolpath : ça la saoule que son boss soit obnubilé par une planète qui n’existe peut-être pas alors que trouver le Seeker est déjà une chose incroyable qui leur apportera suffisamment de célébrité (et d’argent) pour les années à venir. De fait, j’ai trouvé que le roman tirait finalement un peu en longueur alors qu’il y avait si peu de temps consacré à la fouille du vaisseau. Si je peux ajouter un autre bémol, c’est qu’il y a une révélation qui est assez prévisible (pour moi en tout cas). Mis en part ça, je ne peux pas dire que je n’ai pas passé un bon moment, au contraire ! Et je regrette d’ailleurs que les autres tomes du cycle Alex Bénédict ne soient pas publiés en France car je suis curieuse de découvrir sur quels autres projets Chase et Alex se penchent, comment le binôme fait pour trouver tels artefacts, quelle est leur évolution, etc.

Seeker manque peut-être un peu de rythme mais il n’en reste pas moins un bon roman et je le recommande à qui veut lire un savant mélange de chasse au trésor (façon Indiana Jones, Lara Croft ou Sydney Fox) et de space opera.
Bonne lecture à vous 🚀

Seeker, Jack McDevitt • Titre VO : Seeker • Traduction : Michèle Zachayus Folio SF • 2013 (2005 VO) • 547 pages • 9,90€ • Genre : space opera, antiquaire, colonie disparue • ISBN : 9782070780464

Ce livre participe au Challenge de l’Imaginaire.

Publicité

4 réflexions sur “Seeker (Cycle Alex Bénédict, tome 3)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s