Rencontre littéraire avec Fatima Daas

Salutations, mes lecturovores !
Je vous propose aujourd’hui un article un peu différent de d’habitude car un livre, qui sortira en août prochain, me fait déjà de l’œil. Il s’agit de La petite dernière de Fatima Daas. C’est l’histoire de Fatima, la petite dernière de la famille. Elle est française d’origine algérienne, musulmane, elle habite à Clichy et se pensait polyamoureuse jusqu’au jour où elle rencontre Nina. Déjà, le résumé me tente bien mais, en plus, Virginie Despentes l’a lu et voici ce qu’elle en dit :

Le monologue de Fatima Daas se construit par fragments, comme si elle updatait Barthes et Mauriac pour Clichy-sous-Bois. Elle creuse un portrait, tel un sculpteur patient et attentif… ou tel un démineur, conscient que chaque mot pourrait tout faire exploser, et qu’on doit les choisir avec un soin infini. Ici l’écriture cherche à inventer l’impossible : comment tout concilier, comment respirer dans la honte, comment danser dans une impasse jusqu’à ouvrir une porte là où se dressait un mur. Ici, l’écriture triomphe en faisant profil bas, sans chercher à faire trop de bruit, dans un élan de tendresse inouïe pour les siens, et c’est par la délicatesse de son style que Fatima Daas ouvre sa brèche.

Et, je ne sais pas pour vous, mais moi, ça me parle et je pense que ce roman a tout pour me plaire. Mais bon, il faut patienter jusqu’en août… Heureusement, pour patienter, j’ai appris qu’il y a un live lundi prochain, 22 juin, à 19h45 ! Il suffit de s’inscrire (bon, on nous demande l’entreprise pour l’inscription ; j’ai mis le nom de mon blog et vous pouvez faire de même) et de cliquer sur le lien envoyé par mail lundi prochain – c’est une procédure hyper simple.
Donc voilà, si, comme moi, ce roman vous intrigue et vous souhaitez en savoir plus, rendez-vous lundi !
Pour information, Hector Mathis (ne me demandez pas de qui il s’agit, c’est un auteur, j’imagine) sera également présent.

RDV LUNDI 19H45
INSCRIPTION EN CLIQUANT LÀ

Road trip en Roumanie – partie 2

Dans la première partie de cette série d’articles sur mon road trip en Roumanie, je vous avais présenté les villes de Cluj-Napoca, le Cimetière joyeux, etc. et nous avions terminé avec la ville Art déco Oradea. Cette fois-ci, nous allons poursuivre l’aventure jusqu’à Bucarest et donc terminer le voyage.
Cela fait désormais plusieurs mois que je suis rentrée et certains détails m’échappent. J’irai donc plus à l’essentiel que dans mon précédent article sur la Roumanie.

Après être restées deux jours à Oradea, nous avons continué la route vers le sud, en direction de Deva. C’était un jour très pluvieux mais, parées de nos k-ways, nous avons décidé d’affronter les éléments pour visiter la citadelle. Malheureusement, il s’est mis à pleuvoir de plus en plus et l’orage s’est mis à gronder très fort au-dessus de nos têtes. Avec la forêt d’arbres s’élançant vers le ciel, je ne pouvais pas m’empêcher de penser au premier film Jurassic Park. Avec A., nous avons finalement décidé de redescendre (nous étions trempées) et, à peine à l’abri dans la voiture, une averse de grêle a débuté ! Nous avons eu un bon timing, n’est-ce pas ?
Histoire d’essayer de profiter du reste de la journée, et après quelques discussions, nous avons repris la route vers l’est. En parlant de routes, elles n’évacuaient pas très bien l’eau, même la récente autoroute, et il a donc fallu faire très attention. Pour tout vous dire, en descendant la route de la citadelle de Deva, on a pu observer des ruisseaux déchaînés, dévalant la pente pour former un petit lac au niveau d’un grand croisement, en bas de la descente. Oui, c’était assez impressionnant. Mais une fois arrivées à Alba Iulia [5], le mauvais temps à laisser place à un soleil resplendissant. Ce qui tombait bien car le cœur de cette ville est magnifique. Il s’agit d’une citadelle étoilée de type Vauban. Avec le ciel dégagé et les rayons solaires se posant sur les bâtiments, la promenade s’est avérée être l’une des plus agréables que nous ayons fait.

Lire la suite

Road trip en Roumanie – partie 1

Au sommet de la citadelle de Poenari, véritable château de Vlad III l’Empaleur (Dracula)

Prévu depuis août 2017, le mois de mai a été l’occasion pour moi de découvrir le pays du célèbre comte Dracula. J’y suis allée une quinzaine de jours avec une amie, que nous appellerons A., et nous avons parcouru une bonne partie du pays (entre 2000 et 2500 km de route!). Il y a beaucoup de choses à raconter alors je découpe mon retour en plusieurs articles afin que ce ne soit pas trop indigeste – et je vais tacher de faire court pour chaque partie. Pour celle-ci, je vais m’arrêter à la ville d’Oradea.

Lire la suite