Premières lignes #65

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

Out of Nowhere
(« Surgi de nulle part »)

Dimanche 23 octobre

Danny Brogan, à l’âge de onze ans, fut à l’origine de l’incendie qui décima la famille de sa future femme. Le geste avait-il été accidentel ou intentionnel ? Danny ne pouvait le dire avec certitude, c’est du moins ce dont il s’était persuadé. Quoi qu’il en soit, il n’était pas étonnant qu’il en ait gardé des séquelles : une terreur morbide du feu qui, de toute sa vie, ne le quitta plus. La peur est le meilleur ami de l’homme, dit le dicton, et Danny portait en lui celle des flammes, mais aussi celles des amis qui l’accompagnaient cette nuit-là, au point qu’il avait parfois l’impression que ce double fardeau risquait d’avoir raison de lui.

Au-dessus de tout soupçon, Declan Hughes, 2014.

Au-dessus de tout soupçon

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :

Lire la suite

Premières lignes #64

Salut mes lecturovores !
Je sais que je ne suis pas très présente en ce moment ; je vis un assez gros chamboulement dans ma vie et je peine à tout faire. Cela dit, j’essaie de suivre au mieux vos blogs, et finalement ce sont juste mes réponses à vos commentaires qui se font tardives. Mais promis, je réponds au plus vite !

Pour cette semaine, j’ai choisir une nouvelle du recueil Au bal des actifs. Demain le travail publié par La Volte (La Horde du Contrevent de Damasio, Le Déchronologue de Beauverger, Mémoires de sable de Barbéri et Jouanne…). J’ai beaucoup aimé les nouvelles que j’ai lu jusqu’à présent, et pour l’instant celle de Berrouka a ma préférence.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

Partie 1

Pour commencer, une pièce où se trouvent deux bureaux qui se font face. L’un placé à gauche, l’autre à droite. Celui de droite est plus petit. Sur chacun d’eux, un terminal doté d’un écran. Entre les deux bureaux, une affiche de taille considérable occupe le pan de mur perpendiculaire. Tons rouges et noirs, avec comme message :
Nous n’aspirons pas à un monde meilleur, nous sommes le monde meilleur.

Nous vivons tous dans un monde meilleur, Karim Berrouka, 2017.

Au bal des actifs – Demain le travail

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :

Lire la suite

Premières lignes #63

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

1.

Les collines bleues ressemblaient à des nuages de glace flottant sur l’horizon. La peau du lac floculait légèrement sous la morsure du gel naissant. Sous la surface, d’étranges plantes aux corolles sphériques ralentissaient le temps. Le paysage glissait autour de la barque telle une gigantesque sculpture.
– Les algues larguent des bulles d’ammoniaque, m’expliquait mon père. En remontant vers la surface, elles se retrouvent piégées par la glace.
J’adorais l’écouter. Il transformait un simple décor en un vaste laboratoire d’expérimentations baroques.
– C’est l’époque idéale pour la pêche… Regarde… Là !
Il m’indiquait du doigt une forme noire qui ondulait sous les bulles captives.
– Les baratidas ont faim. Ils se préparent à hiberner et les vers de vase se font rares. Si nous n’en ramenons pas au moins une dizaine, nous sommes des moins que rien.
En effet, les cannes se plièrent. Et les poissons s’amoncelèrent dans le grand seau posé au centre de la barque…

Nous étions sur le point de rentrer, fiers de notre pêche, lorsqu’un étrange phénomène d’aspiration sonore installa le silence. Un silence de mort. Vide. À couper le souffle.

Mondocane, Jacques Barbéri, 2016.

Mondocane

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :

Lire la suite

Premières lignes #62

Il y a deux semaines, après un passage à Bécherel, je faisais l’acquisition d’un roman de SF. C’est bien, j’ai été sage et je n’ai acheté qu’un livre !
Bref, ce roman m’intrigue, et lire son incipit me pousse à l’ajouter à ma PAL de juin (si j’ai le temps). Qu’en pensez-vous ?

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

Prologue

Japet. Dimanche 12 février 2197, 08 h 45 GMT.
C’était une statue de roche et de glace. Elle se dressait sereinement dans ce morne champ de neige, créature onirique aux griffes doucement incurvées, aux yeux irréels, campée dans une pose souple. Ses lèvres rondes et presque sensuelles s’entrouvraient. Priscilla Hutchins ne comprenait pas ce qui, dans cette sculpture, lui inspirait un tel malaise. Il y avait plus que l’aspect carnassier de la créature, la menace latente de ses doigts ongulés, la félinité de ses membres inférieurs dans la lumière blafarde. Ce n’était pas seulement son attitude vaguement agressive ou son emplacement, perdu au milieu de cette plaine désolée, éclairée par les anneaux de Saturne en ce mois d’octobre.
Ce sentiment semblait plutôt suscité par cet intérêt affiché pour le monde en frange, par-delà les crêtes et les mamelons qui s’échelonnaient à l’ouest. Cette expression gravée dans ses traits, à jamais figée par la glace, qu’elle n’aurait su décrire autrement que par les termes de « férocité métaphysique ».

Les Machines de Dieu, Jack McDevitt, 1994.

Les Machines de Dieu

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :

Lire la suite

Premières lignes #61

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

1
Marlene

Paris, une nuit de juillet 1936. Une femme frappe à la petite porte arrondie d’un cabaret de Montparnasse, boulevard Edgar-Quinet. Le halo bleuté des becs de gaz éclaire à peine son élégant profil, son chapeau noir et l’étole qui flotte sur ses épaules. Le portier s’efface pour la laisser entrer. Mèches blondes et port de reine, il l’a immédiatement identifiée.

Frede, Denis Cosnard, 2017.

Frede

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :
• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Songes d’une Walkyrie
Pousse de Gingko
• Colcoriane
Camellia Burrows
Au baz’art des mots
Mon univers fantasy
• La bibliothèque de Céline
Charlène Voirin
Eléonore B
La Marmotte qui lit
• Free Time – Lecture
Moglug
Light & Smell
Ibidouu
Page blanche et noire
Chronicroqueuse de livres
Chez Xander

Premières lignes #60

Aujourd’hui, je vous présente les premières lignes du roman Petite sœur la mort. Je devrais dire les premières lignes de l’histoire ; c’est la raison pour laquelle j’ai appelé ce rendez-vous « Premières lignes » et non « Incipit ». En effet, pour ce roman, ce n’est pas la préface que je voulais partager avec vous, ni la note de l’éditeur, mais bel et bien le début du livre écrit par William Gay.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

Une plantation du Tennessee,
vers l’année 1785

Tiré par l’attelage, le chariot grinçant de toutes parts contourna en cahotant le pied de la colline et remonta le lit du ruisseau à sec, mais le passager corpulent en costume sombre et coiffé d’un chapeau noir à larges bords ne pouvait pas le savoir. Il était assis, tassé sur lui-même dans un coin du plateau, les yeux bandés, ses bras agrippant les ridelles dans un futile effort pour absorber le tressautement des roues sur la roche, le chariot se cabrant pour monter la pente, le repoussant vers le hayon, tandis que le mastiff noir le surveillait en grondant d’un air féroce, changeant à peine de position au gré des secousses, le menton calé entre les pattes, sans le quitter des yeux.
L’homme avait cessé de se demander où il se trouvait. Le cri des engoulevents bois-pourri lui indiquaient que la nuit était tombée. Il savait que le sol était gelé, car il entendait les roues cerclées de fer crisser sur les volutes de terre figée par la glace. Il était sûr d’avoir traversé un bois ; une branche l’avait frappé durement, lui balafrant le visage. Un filet de sang avait gelé le long de la plaie et durci comme une estafilade laissée par un ongle pointu.

Petite sœur la mort, William Gay, 2015.

Petite sœur la mort

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :
• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Songes d’une Walkyrie
Pousse de Gingko
• Colcoriane
Camellia Burrows
Au baz’art des mots
Mon univers fantasy
• La bibliothèque de Céline
Charlène Voirin
Eléonore B
La Marmotte qui lit
• Free Time – Lecture
Moglug
Light & Smell
Ibidouu
Page blanche et noire
Chronicroqueuse de livres
Chez Xander

Premières lignes #59

Dans la même veine que Normal(e) la semaine dernière dans les Premières lignes #58, ma nouvelle lecture aborde aussi le sujet des transidentités.
J’ai choisi deux pages cette fois-ci, qui forment un incipit très parlant.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

Be
who
you
are

Pour toi,
quand tu tes senti(e)
différent(e)

George, Alex Gino, 2015.

George

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :
Les Livres de George
• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Songes d’une Walkyrie
Pousse de Gingko
• Colcoriane
Camellia Burrows
Au baz’art des mots
Mon univers fantasy
• La bibliothèque de Céline
Charlène Voirin
Eléonore B
La Marmotte qui lit
• Free Time – Lecture
Moglug
Light & Smell
Ibidouu

Premières lignes #58

Voici l’incipit de ma lecture en cours : Normal(e).
Bonne journée tout le monde !

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

1

Un après-midi, alors que j’avais huit ans, la maîtresse nous a dit d’écrire ce que nous voulions devenir une fois plus grands. Mlle Box a fait le tour de la classe pour demander à chacun de se lever et de partager ce qu’il ou elle avait écrit. Zachary Olsen voulait jouer en Première Ligue. Lexi Taylor rêvait de brûler les planches. Harry Beaumont se voyait Premier Ministre. Simon Allen espérait devenir Harry Potter, à tel point qu’il s’était gravé un éclair sur le front à coups de ciseaux le trimestre précédent.
Moi, je ne voulais rien de tout ça.
Voilà ce que j’avais écrit :

Je veux être une fille.

Normal(e), Lisa Williamson, 2015.

Normal(e)

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :
Les Livres de George
• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Songes d’une Walkyrie
Pousse de Gingko
• Colcoriane
Camellia Burrows
Au bazar des mots
Mon univers fantasy
• La bibliothèque de Céline
Charlène Voirin
Eléonore B
La Marmotte qui lit
• Free Time – Lecture
Moglug
Light & Smell
Ibidouu

Premières lignes #57

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

J’ai pris un livre au hasard dans ma pile à lire : T-Rex. En lisant l’incipit, je me suis demandée quel est le rapport avec le dinosaure, et j’ai commencé à échafauder quelques théories.
Je vous laisse désormais découvrir les premières lignes et vous faire vos propres théories – n’hésitez pas à les partager, ça peut-être rigolo !

PS : je suis en déplacement alors j’actualiserai les liens ce soir.

.

Prologue

Décembre 1972
Vallée Taurus-Littrow
Mer de la Sérénité
La Lune

Le 11 décembre 1972, la dernière mission habitée du programme Apollo alunissait sur le site de Taurus-Littrow, vallée spectaculaire entourée de montagnes au bord de la mer de la Sérénité. La zone, composée de collines, de cratères, de roches détritiques et d’éboulements, promettait de receler des merveilles géologiques, parmi lesquelles plusieurs étranges cratères d’impact qui avaient creusé de profonds trous dans le sol de la vallée, dispersant brèches et sphérules de verre un peu partout aux alentours. La mission avait bon espoir de rapporter un véritable trésor d’échantillons lunaires.

T-Rex, Douglas Preston, 2005.

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :
Les Livres de George
• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Songes d’une Walkyrie
Pousse de Gingko
• Colcoriane
Camellia Burrows
Au bazar des mots
Mon univers fantasy
• La bibliothèque de Céline
Charlène Voirin
Eléonore B
La Marmotte qui lit
• Free Time – Lecture
Moglug
Light & Smell

Premières lignes #56

Aujourd’hui, j’ai choisi un livre qui traîne depuis bien trop longtemps dans ma PAL. Tout ce que je peux en dire, c’est que ces premières lignes m’intriguent énormément !

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

Elle sait. C’est sûr.
Je me demande vraiment comment elle l’a appris. Je ne suis pas idiote au point de tenir un journal intime, ni une de ces débiles à fond ma-maman-est-ma-meilleure-amie-et-on-se-dit-tout. Il doit s’agir d’une sorte de sixième sens, un don que seules les mères auraient.
C’est là, dans ses yeux, chaque fois qu’elle me regarde. Le truc, c’est que j’ignore ce qu’elle pense vraiment. Pourquoi est-ce que ça ne se voit pas, ça aussi ? Est-elle en colère ? Déçue ? Résignée ? Fière ?

Perdue et retrouvée, Cat Clarke, 2015.

Perdue et retrouvée

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :
Les Livres de George
• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Songes d’une Walkyrie
Pousse de Gingko
• Colcoriane
Camellia Burrows
Au bazar des mots
Mon univers fantasy
• La bibliothèque de Céline
Charlène Voirin
Eléonore B
La Marmotte qui lit
• Free Time – Lecture
Moglug
Light & Smell