Frede

Frede

Quatrième de couverture :

C’est une femme de la nuit, qui apparaît dans Remise de peine de Patrick Modiano. Elle a les yeux bleu vert, de longs cils, une chevelure brune, un air de chat et de garçonne. Elle s’appelle Frede. Ce nom de scène aussi énigmatique qu’un sphinx méritait une enquête, car il masque une extravagante conquérante du cœur féminin.
Dans le Paris des années folles où poussent comme des fleurs vénéneuses des cabarets pour femmes, Frede ensorcelle les plus belles : Anaïs Nin, Marlene Dietrich, l’actrice mexicaine María Félix ou encore la jeune Lana Marconi, dernière épouse de Sacha Guitry. Dans ses établissements de Montparnasse, de Biarritz, du Cap d’Antibes et des Champs-Élysées, la nouvelle reine de la fête attire, sur un rythme diabolique, les heureux et les damnés : Juliette Gréco, Orson Welles, Marlon Brando, Françoise Sagan, Brigitte Bardot, Sacha Distel, Michel Déon… Elle envoie les mœurs valdinguer, brise les cœurs et les conformismes. Dans ce ballet des ombres, Frede est la première à laisser danser des femmes ensemble, joue contre joue.
Voici le récit d’une affranchie et d’une France clandestine, aussi captivant et précis qu’un rapport de la Brigade mondaine. En compagnie de Frede, tendre est la nuit : aucun lecteur, aucune lectrice ne peut lui résister…

 

Lire la suite

Les indomptables

Les indomptables

Quatrième de couverture :

Quatre beautés à perdre la tête. Quatre déesses qui partagent tout, les amants, les fous rires, les coupes de champagne.
Si Lana Turner, Ava Gardner, Grace Kelly et Lena Horne ont des vies de légende, l’histoire de leur bande tient du conte de fées, qui commence dans l’Amérique oubliée des années 1940-1950. Lana, fille d’ouvriers, rencontre Ava, échappée du Sud profond. Perdues dans les studios de la MGM, elles deviennent inséparables. Mêmes soirées, mêmes robes, même réveil à 5 heures pour avoir, à midi, l’éclat que l’on attend d’une star. Bientôt Lena Horne, première égérie noire du cinéma américain, les rejoint. Avec Ava, Grace Kelly, bon chic bon genre qui n’est pas encore princesse, s’autorise elle aussi bien des audaces.
Suivez ces indomptables dans un Hollywood vénéneux qui se joue des interdits. Au gré de leurs chemins de traverse, elles vous feront goûter le vent de la liberté.

Lire la suite

Le gang des Dalton, notre véritable histoire

Le gang des Dalton : Notre véritable histoire

Quatrième de couverture :

Calamity Jane, Jesse James, les Daton : le Far-West a ses légendes. Celle du gang des Dalton, qui enflamma les imaginations, est racontée à hauteur de six-coups par Emmett Dalton, seul survivant du sanglant braquage de Coffeyville.
Au-delà des duels et des règlements de comptes, des attaques de trains, de diligences, de banques, ce livre nous apprend que le gang comptait une femme, Miss Moore, et qu’à l’origine les Dalton étaient des hommes de loi intègres, craints et respectés, qui ne basculèrent de l’« autre côté » que lorsque la corruption du système qui les employait leur devint insupportable. Beyond the Law, titre original de ce livre, c’est aussi cela : la difficulté à garder une éthique dans un monde profondément amoral.

Lire la suite

Cupidon, tête de con

Cupidon, tête de con

Quatrième de couverture :

Caroline zigzague, trébuche (parfois elle titube aussi un peu, soyons francs) en cherchant son Graal. Pourtant, elle n’avait pas l’impression d’avoir mis la barre très haut : « Dès le début, ma Quête a été de mettre la main sur un gars avec lequel, si les conditions de température et de pression le permettaient, y aurait eu moyen de partager des bons moments, des verres de chardonnay et autres breuvages euphorisants, ainsi que des fluides, si c’était pas trop demander. »
Malgré ce cahier des charges somme toute pas très compliqué, la Quête est laborieuse. Dans la vraie vie, d’abord, puis sur les sites de rencontres. Et là, là… ça se gâte sérieux. Voire, si on était pas correcs, on dirait que ça craint du cul, mais grave.
De rendez-vous ratés en nuits torrides, de SMS anatomiques en coups de cœur, la Quête 2.0 de Caroline n’est pas toujours un chemin semé de pétales de roses.
Mais elle a quelque chose de l’odyssée de l’extase…

Lire la suite

Lettre à Hervé

Lettre à Hervé

Quatrième de couverture :

Ce livre a une histoire. La voici.

Il était une fois un garçon d’une vingtaine d’années. Qui tombe amoureux d’un mec. D’un mec hétéro. Rien de très original. Mais ce garçon se met en tête d’écrire une lettre. Dans cette lettre, il va raconter sa vie, son enfance, ses peurs, ses péripéties d’enfant normal, ou presque, péripéties touchantes. Souvent drôles, parfois choquantes, toujours humaines.

Cette lettre, il la donne à Hervé. Mais il la donnera également plus tard à ses parent, en ce rendant compte qu’il n’avait jamais rien écrit de mieux pour expliquer qu’il était différent.

Des années passent. Il reçoit alors l’appel d’un inconnu : le psychologue de son père. Il apprend que son père s’était lui aussi servi de cette fameuse lettre, pour parler de son fils sur le divan. Pourquoi ce psy avait-il appelé ? Pour demander l’autorisation de faire lire cette lettre à un autre patient, dont le fils était gay, lui aussi. Pour l’aider à accepter son fils.

Cette histoire, vraie, et d’autres événements de la vie, allaient finir par convaincre l’auteur de publier cette lettre, sous forme de fiction, en préservant l’authenticité de l’original.

Voici donc « Lettre à Hervé ».

Lire la suite

Filiation

 

 

Filiation

Je remercie l’auteure, Agnès Janin, pour cette agréable lecture.

Résumé de l’éditeur :

Je suis une funambule, je marche sur un fil tendu entre mes aïeux et mes descendants.
Je déambule le long d’une lignée, me retourne un peu derrière, regarde beaucoup devant, incarne le présent.
Je suis fille, je suis femme, je suis mère.
De ce que l’on reçoit, de ce que l’on se crée, de ce que l’on donne, ce livre a éclos en échos.
Voici seize fils qui tissent nos vies d’enfant, de parent, d’être humain.

Lire la suite

Orange is the New Black

Orange is the New Black

Résumé de l’éditeur :

Piper Kerman est une jeune femme ordinaire : un emploi, un compagnon, une famille aimante. Elle est très loin de l’intrépide étudiante qui a livré une valise d’argent sale dix ans plus tôt. Mais le passé la rattrape : condamnée à quinze mois de prison, elle devient le matricule 11187-424.
Rien ne l’a préparée aux surveillants abjects ou indifférents à sa souffrance, aux douches crasseuses, à la promiscuité et à la solitude. Ni aux rencontres avec les autres détenues, amies ou ennemies, féroces ou résignées. C’est ce monde humiliant et déshumanisant qu’elle décrit ici. Elle parvient cependant à surmonter cette épreuve, à résister au désespoir, à contourner les règles de la prison.
Déchirant, drôle et révoltant, le récit de Piper Kerman a inspiré la série télévisée du même nom.

Lire la suite

La Petite Communiste qui ne souriait jamais

La Petite Communiste qui ne souriait jamais

♥ COUP DE CŒUR ♥

Quatrième de couverture :

Fascinée par le destin de la petite gymnaste roumaine de quatorze ans apparue aux JO de Montréal en 1976 pour devenir immédiatement un mythe planétaire, la narratrice de ce roman imagine l’expérience que vécut cette prodigieuse fillette venue, par la pureté de ses gestes, incarner aux yeux du monde le rêve de l’enfance éternelle. Mais quelle version retenir du parcours de cette petite communiste qui ne souriait jamais et qui voltigea, d’Est en Ouest, devant ses juges sportifs, politiques ou médiatiques, entre adoration des foules et manipulation étatique ?

Plus proche de la légende d’Icare que de la mythologie des « dieux du stade », hommage à une fée qui mit à mal guerres froides, ordinateurs et records, le roman de Lola Lafon délivre aussi une passionnante méditation sur l’invention et l’impitoyable évaluation du corps féminin.

Lire la suite