Chanson douce

Chanson douce

Quatrième de couverture :

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.
À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

Lire la suite

Publicités

Amours

Amours

Quatrième de couverture :

Tandis que son épouse dort paisiblement, Anselme le notaire abuse de Céleste, la jeune bonne, qui tombe enceinte. Pour sauver l’honneur de tous, Victoire décide d’adopter l’enfant. Mais elle n’a pas la fibre maternelle, et le nouveau-né dépérit. En cachette, Céleste va tendrement prendre soin de son petit. Une nuit, Victoire les rejoint dans la chambre sous les combles…

Lire la suite

Adieu ma concubine

Adieu ma concubine

Quatrième de couverture :

De 1920 à 1970, des amis d’enfances, membres de l’Opéra de Pékin, vont s’aimer, se tromper, se trahir. Sur fond de bouleversements politiques, les acteurs Dieyi et Xiaolou, et la courtisane Juxian, rejouent le désir et la trashison dans cette épopée faite de soir, d’opium et de musique. Adapté au cinéma par Chen Kaige, avec Gong Li, Adieu ma concubine est l’un des succès de la fin du XXè siècle, Palme d’or 1993 du Festival de Cannes.

Lire la suite

La petite fille de Monsieur Linh

La petite fille de Monsieur Linh

J’ai gagné ce livre en participant à un concours organisé par Lydie du blog Nos expériences autour des livres.
Je la remercie d’avoir organisé ce concours, d’autant plus que sans elle, je n’aurais probablement jamais eu connaissance de ce roman.
Merci, Lydie.

Quatrième de couverture :

C’est un vieil homme debout à l’arrière d’un bateau. Il serre dans ses bras une valise légère et un nouveau-né, plus léger encore que la valise. Le vieil homme se nomme Monsieur Linh. Il est seul désormais à savoir qu’il s’appelle ainsi. Debout à la poupe du bateau, il voit s’éloigner son paye, celui de ses ancêtres et de ses morts, tandis que dans ses bras l’enfants dort. Le pays s’éloigne, devient infiniment petit, et Monsieur Linh le regarde disparaître à l’horizon, pendant des heures, malgré le vent qui souffle et le chahute comme une marionnette.

Lire la suite

Va où le vent te mène

Va où le vent te mène

Cécile Puissant signe son deuxième livre, grâce à sa rencontre avec Yves Lesigne ; leurs romans sont vendus au profit de la recherche contre le cancer.

Je tiens à m’excuser pour la piètre qualité de la première de couverture : ne l’ayant pas trouvée sur Internet, j’ai pris en photo mon exemplaire…

Quatrième de couverture :

L’air est si doux ce soir. Une brise légère frôle la cime des arbres. Dans le cœur de Louise une envie, comme un sentiment d’amour ou plutôt d’appartenance. Assise sur un banc, seule, elle l’attend.
Il devrait être là. Déjà quinze minutes de retard, lui d’ordinaire si ponctuel ne viendra pas. Déterminée, Louise ne va pas l’accepter.

Une histoire pleine de romantisme non dénué d’un réel suspens, car la vie nous réserve parfois des vérités insoupçonnées qui viennent bouleverser notre quotidien et nous entraînent dans un tourbillon d’incertitudes…

Lire la suite