Les enquêtes de Jane Austen, tome 1 : Le fantôme de l’abbaye

Les enquêtes de Jane Austen, tome 1 : Le fantôme de l’abbaye

Quatrième de couverture :

Découvrez Jane Austen sous les traits d’une jeune enquêtrice audacieuse et attachante !

Angleterre, 1789

La mère de Jane a décidé de l’envoyer à l’abbaye de Southmoor pour tenir compagnie à Lady Cromwell. À treize ans, Jane se languit de découvrir le monde, et non de se plier aux exigences d’une vieille aristocrate ! Mais quand son frère aîné, Henry, lui raconte la légende du fantôme de l’abbaye, sa curiosité est piquée. En élucidant ce mystère, elle pourrait échapper à ses ennuyeuses responsabilités, et surtout, trouver de quoi alimenter sa plume…

Un récit inspiré de Northanger Abbey, le premier roman de Jane Austen.

Un amour de dragon

Un amour de dragon

Quatrième de couverture :

Au château de la Cornette
les monstres vivent en paix… jusqu’à l’arrivée
des bébés monstres : si craquants qu’ils soient,
c’est l’enfer !
Pourtant, si le coup de foudre
attend le dragon au tournant,
c’est bien grâce à eux !

Les Filles de la chance

Les Filles de la chance, tome 1

Résumé de l’éditeur :

ENTRE WESTERN ET RÉCIT FÉMINISTE, UN ROMAN PORTÉ PAR DES HÉROÏNES BOULEVERSANTES.

À Arketta, on les appelle les Filles de la chance. Leur « chance », c’est d’avoir été vendues, enfants, à la maison d’hospitalité. On les reconnaît à la faveur qu’elles portent sur le cou : cette fleur ensorcelée gravée dans leur chair les privant de toute liberté. Les privant de leur innocence le jour de leur seizième anniversaire. Lorsqu’une d’entre elles tue accidentellement un homme, signant leur perte à toutes, les jeunes filles n’ont d’autre choix que de fuir.
Pour survivre, il leur faudra bien plus que de la chance…

Premières lignes #298

Pour les Premières lignes de ce jour, je vous propose celles d’un roman qui me fait assez envie alors que je ne sais rien de l’histoire : Les filles de la chance de Charlotte Nicole Davis. Tout ce que je sais, c’est que ce sont des héroïnes et un western. Ça vous arrive aussi de vouloir lire un livre alors que vous ne savez rien (ou presque) à son sujet ?

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

PROLOGUE

C’était plus facile, lui avait-on dit, si on se chantait une mélodie dans sa tête.
Assise aussi immobile que possible devant sa coiffeuse à pattes de lion, Clémentine fouillait sa mémoire à la recherche des chansons qu’elle avait apprises au piano dans le petit salon. Mais son esprit était vide depuis les enchères, ne laissant qu’un gémissement de peur muet, comme les lamentations des morts. Derrière elle, marmonnant la bouche pleine d’épingles, Mère Fleur exultait, répétant que c’était un honneur pour Clémentine d’avoir obtenu une telle offre et qu’elle était très fière d’elle. La responsable de maison avait passé la dernière heure à préparer Clémentine pour sa Nuit de chance, laçant sa robe blanche vaporeuse, lui appliquant du rouge sur les joues, lui noircissant les yeux avec de la suie.
– Toi aussi, tu devrais être fière de toi, poursuivit la femme plus âgée.
Elle brossait les cheveux noirs crépus de Clémentine en arrière pour dégager son visage et les épingla en un nœud élégant. Un soupire las chatouilla la nuque de la jeune fille.
– Seize ans, enfin une vraie femme. Je me rappelle quand tu n’étais qu’une sauterelle, tout comme ta sœur. Mais elle s’en est bien sortie, Clémentine, et tu t’en sortiras bien aussi.
Clémentine ne trouvait aucun réconfort dans ces paroles.

Les filles de la chance, tome 1, Charlotte Nicole Davis, 2019.

Les filles de la chance, tome 1

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

30 minutes pour survivre – L’Odyssée de la peur

30 minutes pour survivre – L’Odyssée de la peur

Quatrième de couverture :

Jason, le héros de la Grèce antique, t’a confié la Toison d’or. À bord de ton navire, tu fais voile vers ton île natale où la gloire d’attend. Soudain, un navire se profile à l’horizon, puis deux, puis trois, puis quatre. «  Des pirates ! » hurle la vigie. C’est la panique à bord, tout le monde attend tes ordres. Tu peux trouver refuge sur ces mystérieuses îles au loin, ou te battre, mais le temps presse…
TU DOIS RÉAGIR !

Premières lignes #283

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

CHAPITRE PREMIER

Mauvaises nouvelles pour le commandant Engle.
La petite aveugle et le parfum de la dame.
Le gang des Dalton débarque à Tombstone.
L’étrange situation du vol 29.

1

À exactement 22 h 14, Brian Engle arrêtait son L1011 American Pride à hauteur de la porte 22 et éteignait l’ordre ATTACHEZ VOS CEINTURES. Il laissa passer un long sifflement entre ses dents et détacha son harnais.
Il ne se souvenait pas d’avoir jamais ressenti d’une telle impression de soulagement – ni une telle sensation de fatigue – à la fin d’un vol. Il souffrait d’une pénible migraine dont les élancements lui cognaient le crâne, et ses plans pour la soirée étaient définitivement arrêtés. Ni verre dans le salon des pilotes, ni dîner, pas même un bain en arrivant à Westwood. Il se laisserait tomber sur le lit et dormirait quatorze heures.
Le vol numéro 7 d’American Pride Tokyo-Los Angeles avait été retardé tout d’abord par de forts vents debout, puis par l’habituelle congestion de la « cage à oiseaux », au-dessus de Los Angeles… LAX étant, de l’avis d’Engle, l’un des pires aéroports des États-Unis, si l’on exceptait celui de Logan, à Boston. Pour compliquer les choses, il y avait eu un problème de pressurisation pendant la dernière partie du vol. Tout d’abord mineur, il avait peu à peu pris des proportions inquiétantes, pour en arriver à un stade où aurait pu se produire une décompression explosive… stade auquel il s’était cependant miraculeusement stabilisé. Parfois, ce genre de problème se réglait mystérieusement ; c’était ce qui venait de se produire aujourd’hui. Les passagers en cours de débarquement ne se doutaient absolument pas qu’ils avaient été à deux doigts d’être transformés en chair à saucisse sur le vol de Tokyo, mais Brian, lui, le savait… et son fichu mal de tête en était le résultat.

Les Langoliers, Stephen King, 1990.

Les Langoliers

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Premières lignes #278

Salutations !
Ce dimanche, je vous propose un peu de fantasy jeunesse avec un livre dont le titre m’a tout de suite attirée : Dino Chevaliers. Je pense qu’il fera partie des lectures de mon été.
Vous connaissez ?

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

Chapitre un

Henry Fairchild fut réveillé par un giga-grognement. Il se frotta le ventre – il n’avait quand même pas si faim ! Puis il entendit un ronflement et un autre grognement. Le bruit venait de l’écurie, sous le grenier où il dormait.
Je sais ce qu’ils veulent, pensa-t-il en se laissant glisser de son matelas.
Il se releva sous la corniche avant de baisser la tête juste au bon moment. Il s’était cogné le front sur les poutres du grenier un nombre incalculable de fois, il n’y avait qu’à voir ses bleus.
Il retint son souffle : ça puait la paille humide. Il descendit l’échelle bancale, sauta du dernier barreau et atterrit doucement sur le sol de terre. Il pivota et regarda la rangée de box.
– Tout le monde debout !
Les dinosaures bougèrent dans leur enclos, leurs oreilles remuant au son de sa voix. Ils savaient tous ce que ça voulait dire : petit déjeuner !

Dino Chevaliers, tome 1 : Menace sur le château, Jeff Norton, 2019.

Dino Chevaliers, tome 1 : Menace sur le château

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Premières lignes #269

Salutations !
Avec les premières lignes du jour, je vous propose de découvrir Dans ce monde ou dans l’autre, un roman jeunesse (dès 13 ans d’après la maison d’édition) qui aborde le sujet des dérives sectaires. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on plonge directement dans le bain. Je vous laisse découvrir cela…

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

Elle avait perdu le compte des jours. Le ciel, qu’elle apercevait à travers une petite fenêtre équipée de barreaux, ne diffusait qu’une lumière fragile, vaincue chaque soir par l’obscurité puis les ténèbres. Dans son esprit, le temps s’était figé en une nuit permanente. Depuis quand était-elle en Purification, cloîtrée dans cette pièce exigüe ? Elle ne se souvenait pas. Seules les paroles prononcées par Néo avant son enfermement lui revenaient en mémoire, se répétant à l’infini tel un mantra : Le jeûne nourrira ton esprit, le dénuement renforcera ton corps, la solitude te ramènera vers les Justes.

Dans ce monde ou dans l’autre, Catherine Locandro, 2021.

Dans ce monde ou dans l’autre

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

La petite fille qui aimait Tom Gordon

Quatrième de couverture :

Le monde a des dents, et quand l’envie le prend de mordre, il ne s’en prive pas.
Trisha McFarland avait neuf ans lorsqu’elle s’en aperçut.

Quand elle se perd au cours d’une marche sur la piste des Appalaches, Trisha se retrouve à la merci de la forêt, piégée dans un labyrinthe vert et marécageux. Alors que les heures défilent, la petite fille fait face à une peur qui grandit, tente de la posséder : et si on ne me retrouvait jamais ?

Lire la suite

Premières lignes #254

Bien le bonjour, les lecturovores !
Aujourd’hui, je vous partage les premières lignes d’un roman que j’ai récemment lu : La petite fille qui aimait Tom Gordon de Stephen King. L’écrivain nous permet de comprendre que les choses ont vite dérapé, et ce pour une chose justement si anodine.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

Juin 1998

Préliminaires

Le monde a des dents, et quand l’envie le prend de mordre, il ne s’en prive pas. Trisha McFarland avant neuf ans lorsqu’elle s’en aperçut. Ce fut un matin, au début du mois de juin. À dix heures, elle était assise à l’arrière de la Dodge Caravan de sa mère, vêtue de son maillot d’entraînement bleu roi de l’équipe des Red Sox (avec 36 GORDON inscrit au dos), et jouait avec Mona, sa poupée. À onze heures, elle s’efforçait de ne pas céder à la panique, de ne pas se dire Je suis en danger, de chasser de sa tête l’idée que les gens qui se perdent dans la forêt s’en tirent quelquefois avec de graves blessures, que parfois même ils en meurent.
Tout ça parce que j’avais envie de faire pipi, se disait-elle.

La petite fille qui aimait Tom Gordon, Stephen King, 1999.

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite