Hôtel Parallell

Hôtel Parallell

Quatrième de couverture :

« Nous fournissons tout le confort moderne : des mondes de poche aptes à satisfaire les plus exigeants, des chambres avec vues sur n’importe quel continuum, des raccourcis faciles à emprunter entre les univers… sans oublier nos célèbres mini-bars. »

Lorsque Will répond à une petite annonce pour un job d’été à l’Hôtel Parallell, il est loin d’imaginer l’incroyable aventure qui l’attend…
Car l’Hôtel Parallell n’est pas un hôtel ordinaire : bâti entre les univers, il accueille des clients venus de milliers de Terres parallèles. Des clients un brin spéciaux…
Embauché pour devenir l’assistant d’Arbogast, le détective de l’hôtel, Will va aller de surprise en surprise : échapper à une tentative d’assassinat, éviter une mort affreuse par ingestion, combattre des créatures abominables, et tenter de survivre à un séjour sur l’Île des Morts…
Qui aurait cru qu’une banale histoire de robinet qui fuit cacherait autant de secrets ?
Lire la suite

PAL du mois d’août 2021

PAL du mois d’août 2021

Salutations, les lecturovores !
Août a déjà commencé et j’ai déjà lu les tomes 6 et 7 de l’édition Perfect de Fullmetal Alchemist d’Hiromu Arakawa. Cette série, je l’ai lu il y a une éternité ; je regardais le premier anime à l’époque, et on m’avait alors prêté le manga. Je redécouvre enfin l’œuvre dans cette belle (et grande édition) et ça me fait bien plaisir de m’y replonger. Ce mois-ci, je poursuis également Costumes de Bretagne de Yann Guesdon et L’Opoponax de Monique Wittig, un roman sur l’enfance que j’ai commencé lundi matin.
Pour la suite, j’ai prévu pas mal de choses, à commencer par l’anthologie Toucher le noir, avec notamment Thilliez et (celles qui m’intéressent le plus) Mayeras et Bakowski. Autre recueil, de science-fiction cette fois : Robots et chaos (il y a là de grands noms, tels que Verne, Wells, Doyle…, ça promet!). Histoire de bien faire baisser ma PAL, j’ai prévu plusieurs lectures jeunesse, notamment les trois premiers tomes de Drôle de licorne de Pip Bird (ça a l’air drôle et léger), Extra de Delphine Pessin dont je vous partageais dimanche dernier les premières lignes, Trouille Académie de Bertrand Puard (je n’ai que le tome 4 mais, si c’est comme les autres séries de cette collection que j’ai eu l’occasion de lire, ça ne devrait pas poser de problème) et Hôtel Parallell d’Alexis Flamand – histoire de passer les vacances dans une autre dimension ! Enfin, j’aimerais beaucoup poursuivre ma lecture de La Compagnie noire de Glen Cook, une saga de dark fantasy que j’apprécie grandement.

Très bon mois d’août à vous, et bonnes aventures littéraires !

Premières lignes #277

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

CHAPITRE 1

 

LE CLAIRON DE BEAUPRÉ,
ÉDITION DU 15 AVRIL 1990

Will contempla d’un air absent les titres du journal : lancement du télescope Hubble, décès de Greta Garbo, appel à la paix de Nelson Mandela… Il soupira et ouvrit le quotidien directement à la page des petites annonces.
Il devait dénicher un job pour cet été. Ses parents avaient été clairs : ils ne le supporteraient pas une saison de plus à tourner en rond dans la maison. Will savait qu’ils cherchaient surtout à ce que leur fils expérimente l’autonomie. Il approchait de ses dix-sept ans et, dans quelques temps, il quitterait le foyer pour poursuivre ses études.
La page convoitée s’étala bientôt devant lui, mur intimidant dont chaque brique promettait autant d’espoirs que de déceptions. Il parcourut la première colonne comme un alpiniste étudie une paroi avant son ascension. Quelques formules attirèrent son attention : job d’été, tourisme, horaires souples. Il prit une longue inspiration et plongea dans sa lecture. Il parcourut posément chaque annonce, parfois à plusieurs reprises afin de décrypter les abréviations que les radins utilisaient pour gagner dix centimes sur le nombre de lettres.
Prestations de menuisier, d’employé, offre de garde d’enfants, de cours à donner, recherches d’apprenti… Au milieu de la deuxième page, il sentit la migraine le gagner. Il se tortilla sur sa chaise, se massa le front et tomba sur un minuscule entrefilet tout en bas de la rubrique. Il le considéra avec perplexité. Il ne l’avait pas remarqué auparavant, ce qui était étonnant car il avait été entouré au feutre rouge.
Il se pencha et lut : Hôtel Parallell cherche homme à tout faire pour la période juillet-août. Se rendre sur place, chemin des Sept-Chutes, pour plus d’informations.
Plusieurs pensées jaillirent simultanément dans l’esprit de Will. La première était l’orthographe fantaisiste du nom de l’établissement, avec ses deux paires de L comme autant de segments parallèles. Une coquille du rédacteur ou un effet voulu par le gérant ?
La seconde réflexion était qu’il n’avait jamais vu aucun hôtel aux Sept-Chutes. D’un autre côté, on construisait tellement vite, ces jours-ci… Et puis, si l’annonce recherchait de la main-d’œuvre pour cet été, c’est peut-être qu’elle n’avait pas encore recruté de saisonniers, ce qui allait dans le sens d’une édification récente.
Et pour finir, qui avait entouré l’insert ? Il baissa la tête jusqu’à effleurer le papier. Ce n’était pas un effet d’impression destiné à mettre le paragraphe en évidence mais bien un tracé manuel.

Hôtel Parallell, Alexis Flamand, 2021.

Hôtel Parallell

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :