Le Cheval d’Orgueil

Le Cheval d’Orgueil – Mémoires d’un Breton du pays bigouden

Quatrième de couverture :

« Trop pauvre que je suis pour posséder un autre animal, du moins le Cheval d’Orgueil aura-t-il toujours une stalle dans mon écurie. » Ainsi parlait à l’auteur, son petit-fils, l’humble paysan Alain Le Foff qui n’avait d’autre écurie que sa tête et d’autre terre que celle qu’il emportait malgré lui aux semelles de ses sabots de bois. « Quand on est pauvre, mon fils, il faut avoir de l’honneur. Les riches n’en ont pas besoin. » […]
L’auteur […] n’enseigne pas, il raconte minutieusement, paysannement, comment on vivant dans une « paroisse » bretonnante de l’extrême ouest armoricain au cours du premier demi-siècle. Il ne veut rien prouver, sinon que la véritable histoire des paysans reste à faire et qu’il est un peu tard pour l’entreprendre.
Il affirme tranquillement que ceux qui jugent les paysans comme des êtres grossiers sont eux-mêmes des esprits sommaires et naïfs. Il ajoute que les hommes ou les régimes qui ont suscité des révoltes de paysans ont faire entrer ces derniers en jacquerie à force de mépriser leur culture.
Alors le Cheval d’Orgueil a secoué furieusement sa crinière !
L’auteur n’est pas convaincu, en passant d’une civilisation à l’autre, d’avoir humaine gagné au change. Mais aujourd’hui, la grande question qui se pose est de savoir s’il existe encore des paysans, c’est-à-dire des hommes qui, avant d’être de leur temps, sont d’abord de quelques part où ils doivent se mettre à l’heure du temps qu’il fait.

Coming In

Coming in

Quatrième de couverture :

Un roman graphique subtil pour arpenter le long chemin qui mène à soi…

Visiblement, la Terre entière le savait avant elle : Élo est homo. Dans COMING IN, Élodie Font raconte les longues années – de l’adolescence à la trentaine – qui lui ont été nécessaires avant de réussir à oser, enfin, être elle-même.
Un récit drôle et sensible, mêlant pensées d’hier et réflexions d’aujourd’hui, mis en lumière par le trait puissant et poétique de Carole Maurel.

Courts retours #40

Salutations !
Aujourd’hui, dans ce Courts retours, je vous propose une suite et des fins. Et croyez-moi, quand un manga se termine, qu’il fasse 5 tomes ou qu’il en fasse 34, ça fait quelque chose.
Au programme de ce Courts retours, nous avons donc le deuxième (et avant-dernier) tome des Sorcières de la fin du monde de Kujira, et les derniers tomes de Trait pour trait – Dessine et tais-toi ! d’Akiko Higashimura et de L’Attaque des titans de Hajime Isayama. De la fantasy, donc, avec au milieu une autobiographie. C’est parti !

Lire la suite

Courts retours #38

On se retrouve avec de nouveaux courts retours sur le blog. Cette fois-ci, je vais vous parler d’un livre humoristique (Le livre qui te donne des super pouvoirs magiques de Françoize Boucher), d’un comics autobiographique qui parle adolescence, patinage et homosexualité (Spinning de Tillie Walden) et de la suite d’un manga historique avec les tomes 7 et 8 du  Tigre des neiges d’Akiko Higashimura.
Bonne lecture à vous !

Courts retours #35

Salutations !
Dans ce nouveau Courts retours, je vais me pencher sur un manga et une BD : le tome 4 de Trait pour trait d’Akiko Higashimura et le tome 6 de Undertaker de Dorison, Delabie et Meyer. Je vais également vous parler d’un roman jeunesse : Mamie Fatou, la catcheuse de Kinshasa de Sébastien Gayet et Thomas Baas – place à l’empouvoirement !

Courts retours #32

Bien le bonjour !
Aujourd’hui, je vous parle de deux suites de manga, à savoir le troisième tome de l’autobiographie d’Akiko Higashimura, Trait pour trait – Dessine et tais-toi !, et le tome 4 d’Autour d’elles de Shino Torino. Je vous propose également de découvrir l’adaptation en bande dessinée du roman Mort et déterré de Jocelyn Boisvert ; elle est illustrée par Pascal Colpron et mis en couleur par Usagi. Croyez-moi, c’est lectures, ce n’est que du bonheur !
Bonne découverte à vous.

Courts retours #25

Bien le bonjour, cher·es lecturovores !
Dans ce vingt-cinquième Courts retours, je vais vous faire découvrir les manga Trait pour trait – Dessine et tais-toi !  d’Akiko Higashimura et Sorcière en formation de Hama et Sako Aizawa, et je terminerai par Artemis Fowl, tome 2 : Mission polaire d’Eoin Colfer.
Petite astuce si vous souhaitez feuilleter les livres, il suffit d’aller sur le site des maisons d’édition en cherchant sur internet ou, plus simplement, en cliquant sur leur nom en bas de chacune des chroniques.

Asana n’est pas hétéro

Quatrième de couverture :

Dans un Japon pas toujours très ouvert, ce jeune artiste livre, façon blog, ses anecdotes quotidiennes sur la vie, l’amour, le travail…
Avec légèreté et bonne humeur, il porte un regard très juste sur ses compatriote…
et lui-même !
N’attendez pas pour vous plonger dans cet ouvrage bourré d’humour et de joie de vivre, qui parle avec simplicité de tout ce qui fait la vie d’un individu…

Lire la suite

Mindhunter – Dans la tête d’un profileur

Mindhunter – Dans la tête d’un profileur

Quatrième de couverture :

Au fil de ses vingt-cinq ans au FBI, l’agent spécial John Douglas est devenu une légende vivante, considéré comme le premier profileur de serial killers. Il a suivi et résolu des dizaines de cas, dont le dernier lui a presque coûté la vie. Il est entré dans l’intimité et dans l’esprit de tueurs en série pour parvenir à établir leur profil et à les arrêter. Il a ensuite formé une nouvelle génération d’agents spéciaux et a notamment inspiré à Thomas Harris l’agent Jack Crawford dans son roman Le Silence des agneaux.

Ma vie sur la route

Ma vie sur la route

Quatrième de couverture :

Journaliste, militante, Gloria Steinem est une figure de lutte pour les droits des femmes et les droits civiques aux États-Unis. Elle a fondé le Women’s Media Center, une organisation pour rendre les femmes plus présentes dans les médias, et le magazine féministe Ms. , qui met en avant des personnalités comme Beyoncé, Chimamanda Ngozi Adichie, Lupita Nyong’o ou Amy Schumer.
Pendant toute sa vie, elle a voyagé à travers l’Amérique pour aller à la rencontre des autres – un goût du nomadisme qui s’enracine dans son enfance passée à sillonner le pays en compagnie d’un père fantasque, épris de liberté.
Ma vie sur la route est le récit autobiographique de plus de cinquante ans de combats, depuis la cause amérindienne à l’avortement en passant par le tourbillon de la campagne politique de Hillary Clinton ou encore les droits de la communauté gay.
Une ode à l’intranquilité qui nous pousse à partir à l’aventure, par celle qui écrivit :

« Ne demandez pas aux femmes de s’adapter au monde
– demandez au monde de s’adapter aux femmes. »