Les Lettres chinoises

Les Lettres chinoises

Quatrième de couverture :

A Shangai, deux jeunes gens, Yuan et Sassa, sont amoureux. Mais parce qu’il se sent étranger dans son propre pays, Yuan choisit un jour de venir s’établir à Montréal. Sassa, qui refuse à voir dans l’exil un remède au mal de vivre, décide de ne pas le suivre. Leur amour supportera-t-il cet éloignement ?
S’inscrivant dans la plus belle tradition du roman épistolaire, Les Lettres chinoises racontent le déracinement, les départs, le choc des cultures et les amours impossibles. Ces lettres, où tous les mots sont permis, sauf ceux de la vérité, sont traversées par une inquiétude fondamentale, celle qui s’empare de l’âme lorsqu’elle prend la mesure de sa profondeur.

Lire la suite

Premières lignes #8

Bien le bonjour, ami.e.s lecteurs et lectrices !

Chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite l’incipit. Je vous propose dorénavant de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste.
Au cours de cette semaine qui se termine, j’ai fait une lecture commune avec Steph, du blog Sorbet-Kiwi. Nous avons aimé notre lecture, et on vous prépare chacune une chronique (prévue pour demain, lundi!).

 

Prologue

Lion House, Richmond upon Thames
Novembre 2013

La magie lui brûlait le cœur. Il la pratiquait depuis des années. Pourtant, chaque fois qu’il se retrouvait devant cette porte d’acier, derrière laquelle dormait un des trésors des Outrepasseurs, un tremblement agitait ses mains et un lien semblait comprimer tout son être. Un parfum de soufre inondait ses sens et sa vision se teintait de rouge. Un gémissement le tira de sa transe.
– Posez-la à terre, ordonna-t-il aux gardes qui entouraient la prisonnière. Partez, à présent.
Ses hommes de main s’exécutèrent en silence. Noble demeura seul avec la jeune femme.

Les Outrepasseurs, t.1 : Les Héritiers, Cindy Van Wilder, 2014.

Les Outrepasseurs, t.1 : Les Héritiers

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :
La Chambre rose et noire 
Moglug 
Les Livres de George
Nadège
Lily (Au café bleu)
• Mon univers fantasy

Premières lignes #7

Salutations !

Chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite l’incipit. Je vous propose dorénavant de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste.
Cette fois-ci, je vous propose un livre lu très récemment : Les Lettres chinoises de Ying Chen. C’est ma sœur qui me l’a prêté il y a quelques mois, et il était temps que je le lise ! Je ne sais pas pourquoi j’ai attendu si longtemps !

 

1

Me voilà à l’aéroport de Vancouver. Il me faut prendre un avion canadien pour continuer mon trajet. En attendant l’heure du départ, je veux te redire, Sassa, ma souffrance de te quitter. Quand je suis monté dans l’avion, tu souriais. Comment peux-tu me faire cela, ma maligne? Comment peux-tu ne pas pleurer un peu à un moment pareil? Il est vrai que tes pleurs ne sauraient pas mieux me consoler. Mais ton sourire muet, ton sourire intelligent et moqueur m’a troublé. Il est imprimé dans ma mémoire et engendrera des douleurs qui m’accompagneront désormais sur le nouveau chemin de ma vie. Est-ce bien cela que tu voulais, hein?
Il est inutile de te donner des explications. Tu peux tout comprendre et tout supporter, sauf cela.

Les Lettres chinoises, Ying Chen, 1999.

Les Lettres chinoises

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :
La Chambre rose et noire
Moglug
Les Livres de George
Nadège

Lettre à Hervé

Lettre à Hervé

Quatrième de couverture :

Ce livre a une histoire. La voici.

Il était une fois un garçon d’une vingtaine d’années. Qui tombe amoureux d’un mec. D’un mec hétéro. Rien de très original. Mais ce garçon se met en tête d’écrire une lettre. Dans cette lettre, il va raconter sa vie, son enfance, ses peurs, ses péripéties d’enfant normal, ou presque, péripéties touchantes. Souvent drôles, parfois choquantes, toujours humaines.

Cette lettre, il la donne à Hervé. Mais il la donnera également plus tard à ses parent, en ce rendant compte qu’il n’avait jamais rien écrit de mieux pour expliquer qu’il était différent.

Des années passent. Il reçoit alors l’appel d’un inconnu : le psychologue de son père. Il apprend que son père s’était lui aussi servi de cette fameuse lettre, pour parler de son fils sur le divan. Pourquoi ce psy avait-il appelé ? Pour demander l’autorisation de faire lire cette lettre à un autre patient, dont le fils était gay, lui aussi. Pour l’aider à accepter son fils.

Cette histoire, vraie, et d’autres événements de la vie, allaient finir par convaincre l’auteur de publier cette lettre, sous forme de fiction, en préservant l’authenticité de l’original.

Voici donc « Lettre à Hervé ».

Lire la suite