Seeker (Cycle Alex Bénédict, tome 3)

Seeker

Quatrième de couverture :

Premières lignes #345

Seeker est depuis longtemps dans ma pile à lire mais ce n’est que récemment que j’ai découvert qu’il s’agit d’un troisième tome. Je n’ai pas les précédents et j’ai donc cherché à savoir si Seeker peut se lire indépendamment des autres – il semble que oui, comme les romans d’Agatha Christie, par exemple. Ma curiosité m’a poussée à en lire les premières lignes ; elles me font sacrément envie (je m’interroge sur la fameuse découverte et sur la survie des uns et des autres) alors je vous les partage.
Bon dimanche à vous.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

Prologue

« Nous conseillons à nos clients de ne pas s’aven-
turer aujourd’hui sur les pentes, hormis celles de la
piste bleue. Tout le domaine skiable demeure soumis
à de forts risques d’avalanches. Il serait plus prudent
de rester au chalet ou de passer la journée en ville. »

1398, CALENDRIER DE RIMWAY

Wescott sut qu’il était un homme mort. Et il y avait encore moins d’espoir pour Margaret ou sa fille. Bien qu’il eût suivi les instructions en restant à l’intérieur, il gisait maintenant sous des tonnes de glace et de roc. Tout autour de lui, en perdition dans les ténèbres qui lui semblaient l’ensevelir, il entendait pleurer et crier.
Il tremblait de froid, le bras écrasé, coincé sous une poutre effondrée. Il ne sentait plus la douleur, ni son bras.

Il repensa à Delia. Elle avait toute la vie devant elle… et pourtant, elle avait dû être emportée elle aussi. Il laissa couler ses larmes. Elle avait tant voulu venir.
Fermant les yeux, il tenta de se résigner. De se retrouver à bord du Falcon, où Margaret et lui s’étaient rencontrés. Des années si précieuses qu’elles en étaient inestimables. Il avait su que le jour viendrait où il souhaiterait revenir en arrière et tout recommencer.
Le Falcon
Mon Dieu !
Il réalisa alors que si Margaret n’avait pas pu fuir le bâtiment, leur découverte allait disparaître avec eux. Delia en avait connaissance, mais elle était trop jeune pour comprendre.
Ils n’en avaient parlé à personne ! Personne sauf Mattie… Mattie savait.

Seeker, Jack McDevitt, 2005.

Seeker

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Premières lignes #344

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir les premières lignes de l’un des romans les plus connus d’Annie Ernaux, qui s’est récemment vu décerner le prix Nobel de littérature : L’événement. C’est un récit qui parle d’avortement ; ces premières lignes m’évoquent des lieux que je connais un peu, je visualise donc bien le quartier ce qui me permet déjà de m’immerger.
Bon dimanche à vous !

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

Je suis descendue à Barbès. Comme la dernière fois, des hommes attendaient, groupés au pied du métro aérien. Les gens avançaient sur le trottoir avec des sacs roses de chez Tati. J’ai pris le boulevard de Magenta, reconnu le magasin Billy, avec des anoraks suspendus au-dehors. Une femme arrivait en face de moi, elle portait des bas noirs à gros motifs sur des jambes fortes. La rue Ambroise-Paré était presque déserte jusqu’aux abords de l’hôpital. J’ai suivi le long couloir voûté du pavillon Elisa. La première fois je n’avais pas remarqué un kiosque à musique, dans la cour qui longe le couloir vitré. Je me demandais comment je verrais tout cela après, en repartant. J’ai poussé la porte 15 et monté les deux étages. À l’accueil du service de dépistage, j’ai remis le carton où est inscrit mon numéro. La femme a fouillé dans un fichier et elle a sorti une pochette en papier kraft contenant des papiers. J’ai tendu la main mais elle ne me l’a pas donnée. Elle l’a posée sur le bureau et m’a dit d’aller m’asseoir, qu’on m’appellerait.

L’événement, Annie Ernaux, 2000.

L’événement

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Courts retours #45

Bien le bonjour, les lecturovores !
Aujourd’hui, je vous propose un voyage en Egypte avec le roman court Lever de Soleil de Noémie Wiorek qui mélange science-fiction et fantastique, puis nous prendrons la direction des Etats-Unis avec le comics jeunesse Lois Lane & le challenge de l’amitié de Grace Ellis et Brittney Williams. Enfin, nous terminerons cet article avec le court et intéressant texte Le danger de l’histoire unique de Chimamanda Ngozi Adichie.
Bonne lecture à vous 📚

Lire la suite

Florida

Florida

Résumé de l’éditeur :

Effroyables jardins

Effroyables jardins

Résumé de l’éditeur :

« Certains témoins mentionnent qu’aux derniers jours du procès de Maurice Papon, la police a empêcher un clown de rentrer dans la salle d’audience. […] L’ancien secrétaire général de la préfecture a peut-être remarqué ce clown mais rien n’est moins sûr. Par la suite l’homme est revenu régulièrement sans son déguisement à la fin des audiences et aux plaidoiries. À chaque fois, il posait sur ses genoux une mallette dont il caressait le cuir tout éraflé. Un huissier se souvient de l’avoir entendu dire après que le verdict fut tombé :
– Sans vérité, comment peut-il y avoir de l’espoir ? »

L’auteur dédie ce court texte lumineux, émouvant et métaphorique à la mémoire de son grand-père, ancien combattant à Verdun et de son père, ancien résistant.
[…]

Premières lignes #318

Salutations !
Mi-mai sortira au format poche un roman qui me faisait envie lors de sa sortie en grand format et je vais donc enfin saisir l’occasion de découvrir cette histoire. Je vous partage aujourd’hui les premières lignes de Florida d’Olivier Bourdeaut, l’auteur du bien connu En attendant Bojangles (que je n’ai pas lu).

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

1

Ne trouvez-vous pas cocasse que dans un pays de gagnants, ma malédiction soit d’avoir un jour gagné ? Pas n’importe quel jour, celui de mes sept ans. Ma mère me disait que j’étais très belle et que je n’étais pas trop bête. L’ordre des compliments est important, la forme aussi. J’étais très belle, une affirmation. Je n’étais pas trop bête, une négation. Elle aussi était belle et plutôt intelligente. C’était la raison pour laquelle je ne comprendrai jamais cette journée d’anniversaire ni toutes celles qui ont suivi pendant cinq ans. Enfin si, je comprends maintenant. Je comprends, mais je ne pardonne pas. Je ne pardonnerai jamais.

Florida, Olivier Bourdeaut, 2021.

Florida

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Défense des droits des femmes

Défense des droits des femmes

Quatrième de couverture :

« J’espère que, quand on reverra la Constitution, les droits de la femme seront enfin comptés pour quelque chose et respectés comme ils doivent l’être, surtout quand il sera bien prouvé, comme cela ne peut manquer de l’être, que la raison exige que l’on fasse attention à leurs plaintes et réclame hautement justice pour une moitié de l’espèce. »

Directement inspiré par la pensée des Lumières, un texte puissant et original, par une figure majeure du féminisme anglo-saxon.

Lire la suite

Premières lignes #263

Je ne sais pas si vous connaissez Mary Wollstonecraft, la mère de Mary Shelley ? C’était une écrivaine, féministe et philosophe anglaise du XVIIIe siècle. Je suis passée en librairie l’autre jour et j’ai vu Défense des droits des femmes à 2€. J’ai lu les quatre premières lignes et je l’ai acheté. Ah, si elle savait où on en est aujourd’hui…

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

« J’espère que, quand on reverra votre
constitution, les droits de la femme
seront enfin comptés pour quelque chose
et respectés comme ils doivent l’être. »

Défense des droits des femmes, Mary Wollstonecraft, 1792.

Défense des droits des femmes

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Fondation – Le cycle de Fondation, I

Fondation – Le cycle de Fondation, I

Quatrième de couverture :

En ce début de treizième millénaire, l’Empire n’a jamais été aussi puissant, aussi étendu à travers toute la galaxie. C’est dans sa capitale, Trantor, que l’éminent savant Hari Seldon invente la psychohistoire, une science nouvelle permettant de prédire l’avenir. Grâce à elle, Seldon prévoit l’effondrement de l’Empire d’ici cinq siècles, suivi d’une ère de ténèbres de trente mille ans. Réduire cette période à mille ans est peut-être possible, à condition de mener à terme son projet : la Fondation, chargée de rassembler toutes les connaissances humaines. Une entreprise visionnaire qui rencontre de nombreux et puissants détracteurs…

Lire la suite