Dent de dinosaure

Dent de dinosaure

Quatrième de couverture :

Le roman inédit de Michael Crichton, qui lui a inspiré Jurassic Park

1875. Dandy désoeuvré, le jeune William Johnson, après avoir perdu un pari, doit partir pour le Far West. Quittant son univers privilégié, l’étudiant de Yale rejoint une expédition à la recherche de fossiles préhistoriques dans les territoires reculés et hostiles du Wyoming.
Mais la plus sanglante des guerres indiennes vient d’éclater. Et avec elle un autre conflit, opposant deux célèbres paléontologues prêts à tout pour déterrer d’inestimables vestiges de dinosaures et accéder à la gloire.
Pactes secrets, trahisons et meurtres rythmeront l’épopée de Johnson, peuplée de figures mythiques de l’Ouest : chasseurs de bisons et chasseurs de primes, généraux en déroute et Sioux sanguinaires, as de la gâchette et danseuses de saloon.
Retrouvé dans les archives de l’écrivain, ce roman inédit au confluent du western et du thriller est fondé sur des faits réels. Il lui a ensuite inspiré Jurassic Park, son plus célèbre roman.

Lire la suite

Stone Butch Blues

Stone Butch Blues

♥ COUP DE CŒUR ♥

 

Quatrième de couverture :

Stone Butch Blues raconte l’histoire de Jess, né·e aux Etats-Unis dans les années 1950 au sein d’une famille juive et prolétaire.

« C’est un garçon ou une fille ? »
Face à cette question qui lui est sans cesse adressée, Jess cherche et trouve des réponses, différentes selon les moments de sa vie. A travers les décennies, son parcours croise luttes antiracistes et féministes, grèves ouvrières, syndicalisme, mouvement de libération homosexuelle, communautés lesbiennes et transitions de genre.

Ce roman nous parle d’amour, d’amitié, de politique. Par-dessus tout, Stone Butch Blues est un hommage à la solidarité et à la construction de ces communautés qui nous permettent de tenir ensemble et de survivre à la violence de ce monde.

Lire la suite

Caresser le velours

Caresser le velours

Quatrième de couverture :

Débauche de mélodies, de parfums et de costumes, Caresser le velours ressuscite, dans la meilleure tradition picaresque, les dernières années de l’Angleterre victorienne. À la fois érotique et historique, le récit met en scène les aventures de Nancy, une jeune vendeuse d’huîtres dans un petit port du Kent. Son sort bascule lorsqu’elle tombe amoureuse d’un chanteur de music-hall aux allures de dandy qui se revèle être… une femme. Quand l’élue décroche un rôle à Londres, Nancy la suit comme habilleuse. Bientôt la petite écaillère enfile, elle aussi, un pantalon, et le duo de faux hommes devient célèbre sur les scènes du West End…
Plongée dans l’Angleterre qui condamna Oscar Wilde, Caresser le velours nous offre une vision clandestine et fascinante de cette fin de siècle qui préluda à la Belle Époque. Et en conteuse mi-libertine, mi-sentimentale, Sarah Waters renoue avec la littérature de tentation et de plaisir. Lire la suite

150 idées reçues sur l’Histoire

150 idées reçues sur l’Histoire

Quatrième de couverture :

Tout à tour légendes, clichés ou contre-vérités, les idées reçues sont puissantes… et nombreuses ! Insidieuses, dérangeantes, elles forment ce bastion des connaissances communément admises, sans même que l’on prenne la peine de les interroger tant l’évidence de leur fondement s’impose à nous.

Vous pensez que c’est Christophe Colomb qui a découvert l’Amérique ? Que Jeanne d’Arc était bergère ? Que Néron a incendié Rome ? Que Charlemagne a inventé l’école ? Que Molière est mort sur scène ? Que le mariage des prêtres a toujours été interdit ? Que la carmagnole est une danse ? Qu’on ne s’est pas battu en juin 1940 ? Eh bien, détrompez-vous : tout cela est FAUX !

Sous la plume aiguisée et si bien documentée des historiens écrivant pour la revue Historia, chacune de ces étonnantes notices rétablit une vérité historique… insoupçonnée. De l’Antiquité à nos jours, chaque époque est passée au crible d’une série de postulats éclectiques, efficacement déconstruits.

Laissez-vous surprendre à votre tour et découvrez la vérité sur 150 idées reçues sur l’histoire.

Lire la suite

La maîtresse de Rome

La maîtresse de Rome

♥ COUP DE CŒUR ♥

Quatrième de couverture :

Jeune esclave juive soumise aux caprices de Lepida, son arrogante maîtresse, Thea connaît pour la première fois le bonheur dans les bras du gladiateur Arius le Barbare, la nouvelle coqueluche de Rome. Mais leur idylle attise la jalousie de Lepida, qui s’emploie de son mieux à les séparer.
Cette dernière n’est pas le seul obstacle à se présenter sur la route des deux amants. Grâce à ses talents de musicienne, la belle Thea ne tarde pas à être remarquée de l’aristocratie romaine… et d’un dangereux admirateur […].

Lire la suite

Le Clan des Otori, IV – Le Vol du héron

Le Clan des Otori, IV : Le Vol du héron

Si vous n’avez pas lu les tomes précédents (Le Silence du RossignolLes Neiges de l’exil
et La Clarté de la lune), je vous invite à les lire avant de vous attarder sur cette chronique.

Quatrième de couverture :

Seize ans ont passé… Takeo et Kaede font régner sur les Trois Pays la paix et la prospérité. Leur fille aînée, la belle Shigeko, promet d’être une héritière digne d’eux. Mais cette harmonie est en danger. Certains membres de la Tribu n’ont pas renoncé à leur vengeance, des guerriers forts de l’appui de l’empereur convoitent le pouvoir, les étrangers arrivent avec leur religion et leurs armes à feu, et le fils caché de Takeo, que la prophétie désigne comme artisan de sa mort,a grandi. Les ressorts de la tragédie sont en place…

Lire la suite

Elle s’appelait Tomoji

Elle s’appelait Tomoji

Quatrième de couverture :

Avec la délicatesse qui le caractérise, Jirō Taniguchi brosse le portrait de Tomoji Uchida, une jeune femme qui vécut au Japon dans les années 1920.
A travers ce personnage charismatique, au parcours jalonné d’évènements douloureux, l’auteur redonne vie à cette époque rurale, pauvre et attachée à ses traditions qu’il affectionne tant.

Jirō Taniguchi nous prouve encore une fois que l’indicible peut être raconté.

Lire la suite

Le Clan des Otori, III – La clarté de la lune

Le Clan des Otori, III – La clarté de la lune

Si vous n’avez pas lu les tomes précédents (Le Silence du Rossignol et Les Neiges de l’exil), je vous invite vivement à les lire, sinon vous risquez fort d’être spoilés par le résumé.

Quatrième de couverture :

« Tu conquerras la paix en cinq batailles ; quatre victoires et une défaite. »
Takeo parviendra-t-il à apporter la pays sur les Trois Pays comme l’annonce la prophétie ? Après leur union secrète au temple de Terayama, Takeo et Kaede sont plus résolus que jamais à prendre possession de leur héritage et venger sire Shigeru. Tandis que le jeune homme tente de rallier à sa cause le pirate Fumio Terada, Kaede est victime d’un chantage diabolique… Lorsque enfin la lune se lève sur la dernière et terrible bataille, l’issue est plus que jamais incertaine…

Lire la suite