Vox

Vox

Quatrième de couverture :

Jean McClellan est docteure en neurosciences. Elle a passé sa vie dans un laboratoire de recherches, loin des mouvements protestataires qui ont enflammé son pays. Mais, désormais, même si elle le voulait, impossible de s’exprimer : comme toutes les femmes, elle est condamnée à un silence forcé, limitée à un quota de 100 mots par jour. En effet, le nouveau gouvernement en place, constitué d’un groupe fondamentaliste, a décidé d’abattre la figure de la femme moderne. Pourtant, quand le frère du Président fait une attaque, Jean est appelée à la rescousse. La récompense ? La possibilité de s’affranchir – et sa fille avec elle – de son quota de mots. Mais ce qu’elle va découvrir alors qu’elle recouvre la parole pourrait bien la laisser définitivement sans voix…
Christina Dalcher nous offre avec Vox un roman dystopique glaçant qui rend hommage au pouvoir des mots et du langage.

Le gang des Dalton, notre véritable histoire

Le gang des Dalton : Notre véritable histoire

Quatrième de couverture :

Calamity Jane, Jesse James, les Daton : le Far-West a ses légendes. Celle du gang des Dalton, qui enflamma les imaginations, est racontée à hauteur de six-coups par Emmett Dalton, seul survivant du sanglant braquage de Coffeyville.
Au-delà des duels et des règlements de comptes, des attaques de trains, de diligences, de banques, ce livre nous apprend que le gang comptait une femme, Miss Moore, et qu’à l’origine les Dalton étaient des hommes de loi intègres, craints et respectés, qui ne basculèrent de l’« autre côté » que lorsque la corruption du système qui les employait leur devint insupportable. Beyond the Law, titre original de ce livre, c’est aussi cela : la difficulté à garder une éthique dans un monde profondément amoral.

Lire la suite