Bilan 2019

En 2019, j’ai lu…

61 romans
61 livres du 9ème art (BD, comics, manga…)
8 autres livres (essais, albums jeunesse…)

Soit un total de 130 livres lus, ce qui fait 35 109 pages. Lire la suite

Le Hobbit

Le Hobbit

Quatrième de couverture :

Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible et sans histoire. Son quotidien est bouleversé un beau jour, lorsque Gandalf le magicien et treize nains barbus l’entraînent dans un voyage périlleux. C’est le début d’une grande aventure, d’une fantastique quête au trésor semée d’embûches et d’épreuves, qui mènera Bilbo jusqu’à la Montagne Solitaire gardée par le dragon Samug…

Premières lignes #143

Salutations ami.e.s lecturovores !
Je pars en vacances et je n’aurai pas beaucoup accès à internet. N’hésitez donc pas à mettre votre participation en commentaire pour partager votre nouvelle publication.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Auparavant, je vous demandais de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article.  Désormais, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.

.

Introduction

Pour les enfants de J.R.R. Tolkien, l’attrait et l’importance du Père Noël, au-delà même du remplissage des bas de laine le soir de Noël, résidaient dans la lettre qu’il leur écrivait chaque année, où il décrivait, en mots en images, sa maison, ses mais et les événements, drôles ou alarmants survenus au Pôle Nord. La première de ces lettres arriva en 1920, alors que l’aîné, John, avait trois ans. Pendant plus de vingt ans elles continuèrent à arriver chaque Noël, suivant la croissance de ses trois autres enfants, Michael, Christopher et Priscilla. Les enveloppes, saupoudrées de neige et portant les timbre de la poste polaire, étaient parfois trouvées dans la maison le matin suivant sa visite ; d’autres fois, c’était le facteur qui les portait ; à leur tour, les lettres que les enfants écrivaient disparaissaient de la cheminée quand il n’y avait personne dans les parages.
[…]

Lettres du Père Noël, J.R.R. Tolkien, 1920-1943.

Lettres du père Noël

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite

Premières lignes #44

En ce dernier dimanche de janvier, je vous propose de (re)découvrir les premières lignes d’un roman qui n’est autre que mon plus gros coup de cœur de jeunesse : je l’ai lu, relu, encore et encore relu. J’étais très très fan, et j’avais même fait un exposé en cours sur la trilogie, alors voilà, il était temps de vous parler du Seigneur des Anneaux.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Je vous propose de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

 

Trois Anneaux pour les Rois Elfes sous le ciel,
Sept pour les Seigneurs Nains dans leurs demeures de pierre
Neufs pour les Hommes Mortels destinés au trépas,
Un pour le Seigneur Ténébreux sur son sombre trône
Dans le Pays de Mordor où s’étendent les Ombres.
Un Anneau pour les gouverner tous. Un Anneaux pour les trouver
Un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier.
Au Pays de Mordor où s’étendent les Ombres.

Le Seigneur des années, t.1 : La Communauté de l’Anneau, J.R.R. Tolkien, 1954.

Le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l’Anneau

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :
Moglug 
Les Livres de George
• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Songes d’une Walkyrie
Pousse de Gingko
• Colcoriane
Camellia Burrows
Au bazar des mots
Akatsuki no manga
Mon univers fantasy

Premières lignes #1

Bonjour, amis lecteurs et amis lectrices !

Aujourd’hui, je me lance dans un rendez-vous qui aura lieu chaque semaine : Premières lignes.
Quand on ouvre un roman, les premières lignes sont importantes, car elles nous en disent beaucoup sur ce que nous allons lire : est-ce un récit à la première ou à la troisième personne ? L’histoire nous est-elle racontée au passé ou au présent ? Le chapitre est-il un numéro, un titre, ou encore le nom d’un personnage, et dans ce cas il y a de fortes chances pour que nous suivions un autre protagoniste au cours du prochain chapitre ? Sommes-nous directement plongés dans l’action ? Quel est le langage utilisé ? Etc.

Ces premières lignes nous disent beaucoup de choses.

Chaque semaine, je prendrais un livre – qui m’appartient, ou que l’on m’a prêté – dans ma bibliothèque et vous citerai ces lignes.
Je me contenterai des romans et des nouvelles, puisque vous présenter une bande dessinée ainsi n’aurait pas vraiment de sens.

Bonne découverte.

 

I
Une fête inattendue

Au fond d’un trou vivait un hobbit. Non pas un trou immonde, sale et humide, rempli de bouts de vers et de moisissures, ni encore un trou sec, dénudé, sablonneux, sans rien pour s’asseoir ni pour se nourrir : c’était un trou de hobbit, d’où un certain confort.
Sa porte, peinte en vert, était parfaitement ronde comme un hublot, avec un étincelant bouton de cuivre jaune placé exactement au centre. Elle s’ouvrait sur un hall en forme de tube, comme un tunnel ; un tunnel très confortable et sans fumée, avec des murs recouverts de lambris, un sol carrelé et garni de tapis, pourvu de chaises bien astiquées et de nombreuses patères pour accrocher chapeaux et manteaux : ce hobbit aimait la visite.

Le Hobbit, J.R.R. Tolkien, 1937.

Le Hobbit

Le Hobbit