Premières lignes #201

Salutations !
Aujourd’hui, je vous parle du roman La maîtresse de Rome de Kate Quinn, lu il y a quelques années de cela. J’avais adoré ! Je ne sais pas si, aujourd’hui encore, ce serait un coup de cœur mais, ce que je sais, c’est que j’en aimerais toujours la lecture.
Ce n’est pas l’incipit à proprement parler, ni les premières lignes du récit, mais juste trois lignes qui nous pose un peu l’ambiance, qui nous présentent de quoi il sera question.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Auparavant, je vous demandais de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article. Désormais, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.

«Je promets de supporter le feu, les chaînes,
les coups, la mort par le fer. »

Serment des gladiateurs

La maîtresse de Rome, Kate Quinn, 2010.

La maîtresse de Rome

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite

Bilan 2016

Enfin, 2016 a laissé sa place à 2017 !
Je vous souhaite une excellente année, qu’elle soit remplie de bonheur, de jolis moments, de belles amitiés, et de tout un tas de bonnes choses ♥

Il est temps pour moi de faire le point sur 2016. Ça a été une année très riche pour mon blog, alors on va se la jouer rétrospective ; je vous laisse découvrir mes quelques chiffres concernant mes lectures, les challenges, mes coups de cœur, etc. C’est parti !

En 2016, j’ai lu…

59 romans (+ Les fiancés de l’hiver en cours)
13 comics
9 bandes dessinées
5 mangas
3 autres livres (albums jeunesse, beaux-livres…)

Soit un total de 89 livres lus, ce qui fait 22 274 pages (une moyenne de 250 pages par livre) ! Lire la suite

La maîtresse de Rome

La maîtresse de Rome

♥ COUP DE CŒUR ♥

Quatrième de couverture :

Jeune esclave juive soumise aux caprices de Lepida, son arrogante maîtresse, Thea connaît pour la première fois le bonheur dans les bras du gladiateur Arius le Barbare, la nouvelle coqueluche de Rome. Mais leur idylle attise la jalousie de Lepida, qui s’emploie de son mieux à les séparer.
Cette dernière n’est pas le seul obstacle à se présenter sur la route des deux amants. Grâce à ses talents de musicienne, la belle Thea ne tarde pas à être remarquée de l’aristocratie romaine… et d’un dangereux admirateur […].

Lire la suite