One Last Stop

One Last Stop

Quatrième de couverture :

Le dernier arrêt ? Non, c’est là que tout commence…

A vingt-trois ans, August s’installe à New-York pour échapper à sa mère, avec qui elle entretient une relation compliquée. Cynique et intentionnellement solitaire, elle tombe malgré elle au beau milieu d’un véritable nid de fou : une colocation joyeuse et extravagante, où discussions et fêtes se succèdent. Mais, sceptique, elle ne se laisse pas vraiment toucher par la ville fascinante et insaisissable qu’elle découvre peu à peu.

Et si ce n’était pas déjà assez déroutant, voilà que par un matin de galère, sur le chemin de la fac, elle fait la rencontre d’une certaine Jane qui n’hésite pas à la sortir d’un mauvais pas. August en reste abasourdie : qui est cette fille belle à tomber qu’elle croise et recroise sans cesse sur sa ligne de métro new-yorkaise ? En tout cas, la jeune inconnue au blouson de cuir, à la fois mystérieuse et solaire, n’est pas ce qu’elle prétend… Car, là, sur le mur du légendaire diner où August joue les serveuses pour se faire un peu d’argent, le visage de Jane illumine une photo prise… dans les années 1970 ! Comment expliquer ce prodige ?

[…]

Courts retours #43

Bien le bonjour, les lecturovores !
Dans ce nouveau « Courts retours », je vous propose de partir à l’aventure dans l’espace avec Buzz L’Éclair – La bande dessinée du film puis de plonger dans les fonds marins avec La baie de l’Aquicorne de Kay O’Neill. Enfin, direction un terrain sacrément miné avec le dixième tome de Fullmetal Alchemist (toujours dans son édition Perfect) de Hiromu Arakawa !

Lire la suite

Les filles qui ne mouraient pas

Les filles qui ne mouraient pas

Résumé de l’éditeur :

Une réinterprétation féministe de l’œuvre de Dracula

Le jour de leurs prédictions, où elles auraient dû découvrir leurs destinées, Lil et sa sœur jumelle Kizzy sont arrachées à leur communauté de Voyageurs et réduites à l’esclavage par le cruel seigneur Valcar.
Forcée à travailler dans les cuisines du terrifiant château, Lil trouve du réconfort auprès de la douce Mira. Mais autour d’elles, des jeunes filles disparaissent tous les jours sans laisser de trace, et personne ne sait ce qu’elles deviennent… Quand arrive le tour de Kizzy, Lil est prête à tout pour sauver sa sœur des griffes du Dragon qui les tient en otage. Mais elle ignore que ce qu’elle va découvrir surpasse toutes ses craintes…

Peau d’homme

Peau d’homme

Quatrième de couverture :

« Les femmes de notre famille, nous avons un secret, nous avons en notre possession une peau d’homme. Nous l’appelons Lorenzo.
Une fois la peau revêtue, nul ne peut se douter que tu n’es pas un garçon. Ainsi tu pourras voyager incognito dans le monde des hommes. »

La Hyène, la Sorcière et le Garde-manger

La Hyène, la Sorcière et le Garde-manger

Quatrième de couverture :

Il était une fois, dans le lointain royaume de Rosevelle, Gertrude, une princesse aux cheveux violets.
Gertrude aimait la musique trop forte, la nourriture et la femme brillante avec qui elle sortait. En revanche, elle détestait sa belle-mère, qu’elle soupçonnait d’être une sorcière. Mais on ne s’oppose pas à la sinistre Corvinia de Maleganza sans en subir les conséquences, même quand on est aussi outrancière que Gert !

Les Filles de la chance

Les Filles de la chance, tome 1

Résumé de l’éditeur :

ENTRE WESTERN ET RÉCIT FÉMINISTE, UN ROMAN PORTÉ PAR DES HÉROÏNES BOULEVERSANTES.

À Arketta, on les appelle les Filles de la chance. Leur « chance », c’est d’avoir été vendues, enfants, à la maison d’hospitalité. On les reconnaît à la faveur qu’elles portent sur le cou : cette fleur ensorcelée gravée dans leur chair les privant de toute liberté. Les privant de leur innocence le jour de leur seizième anniversaire. Lorsqu’une d’entre elles tue accidentellement un homme, signant leur perte à toutes, les jeunes filles n’ont d’autre choix que de fuir.
Pour survivre, il leur faudra bien plus que de la chance…

Tant qu’il le faudra, tome 2

Tant qu’il le faudra, tome 2

Tome 1

Quatrième de couverture :

Les fêtes de fin d’année s’achèvent et les membres de HoMag vont avoir du pain sur la planche ! En effet, la soirée anniversaire approche à grands pas et va leur demander beaucoup de préparatifs. Hélas, tous n’ont pas le cœur à l’ouvrage : Harry est tiraillé entre son envie de vivre une nouvelle histoire d’amour et sa peur d’être blessé. Romane va devoir affronter une épreuve tant redoutée. Pour Min-Jae, HoMag n’est pas toujours une priorité. Léo, quant à lui, a bien du mal à se faire accepter en tant que président légitime de l’association. Entre amour, études, travail et autres réalités du quotidien, la vie n’est pas toujours simple, pour celles et ceux qui ne rentrent pas dans le moule d’une société trop formatée. Suivez leurs vies, leurs errances, leurs luttes, durant toute une année scolaire, à travers un récit choral aussi ambitieux que stimulant.

PAL du mois de décembre 2021

PAL du mois de décembre 2021

Ça y est, le dernier mois de l’année arrive ! C’est la dernière ligne droite pour que je fasse baisser ma PAL mais, ce que je peux déjà dire, c’est que malgré tous mes efforts, elle n’aura pas réussi à baisser en 2021. Qu’importe, je me dis que je ferai mieux l’an prochain ! En attendant, voici ma pile à lire pour décembre…

Pour terminer cette année, je vais lire un livre en VO, à savoir The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows (connu en français sous le titre du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates). Comme je lis assez lentement quand c’est en anglais, j’ai opté pour des lectures courtes pour le reste du mois, notamment des manga : le tome 5 d’Autour d’elles de Shino Torino (et si j’ai l’occasion d’acheter le dernier tome, je le lirai également ce mois-ci), le tome 9 (déjà!) de L’atelier des sorciers de Kamome Shirahama et le huitième de Fullmetal Alchemist de Hiromu Arakawa. J’ai aussi prévu de très courts livres avec le Petit grimoire – Légendes des dragons de Patrick Jézéquel et illustré par Séverine Pineaux, et La Hyène, la Sorcière et le Garde-manger d’Aeph. Les deux sont de la fantasy mais dans des styles bien différents puisque l’un propose des légendes tout en étant une sorte de bestiaire sur les dragons, tandis que l’autre nous parle d’une princesse qui a l’air très rock’n’roll ! Quelques romans un peu plus denses viennent augmenter ma PAL mensuelle mais je pense les lire assez vite – tout du moins, j’ai bon espoir. Il s’agit de Malou dit vrai de Gwen Guilyn que je veux déjà lire depuis un moment, de même que Jeune éditrice tourmentée cherche chat pour vivre mieux d’Isabelle Collin. Ajoutons-y Notre-Dame des Loups d’Adrien Tomas dont les premières lignes m’ont beaucoup intriguée, et Les filles de la chance de Charlotte Nicole Davis (dont je ne sais absolu rien). Quatre poires d’Anjela Duval m’accompagnera tout au long du mois ; il s’agit d’un recueil de poèmes et j’aime les lire au compte-gouttes, un ou deux par-ci, trois ou quatre autres par-là. Enfin, j’aimerais terminer Le cheval d’orgueil de Pierre-Jakez Helias mais, comme je vous le disais hier, j’ai besoin de changer un peu d’air donc je fais une pause (je l’aime beaucoup mais j’avance très lentement, c’est un peu frustrant).

Qu’avez-vous prévu de lire pour terminer l’année 2021 ?

Passing Strange

Passing Strange

Résumé de l’éditeur :

San Francisco, 1940.
Six femmes, avocate, artiste ou scientifique, choisissent d’assumer librement leurs vies et leur homosexualité dans une société dominée par les hommes. Elles essayent de faire plier la ville des brumes par la force de leurs désirs… ou par celle de l’ori-kami. Mais en science comme en magie, il y a toujours un prix à payer quand la réalité reprend ses droits.

Viendra le temps du feu

Viendra le temps du feu

Quatrième de couverture :

« Elles étaient toutes brisées et pourtant incassables. Elles existaient ensemble comme un tout solidaire, un orchestre puissant, les organes noués en ordre aléatoire, un grand corps frémissant. Et j’étais l’une d’entre elles. »
Une société totalitaire aux frontières closes, bordée par un fleuve. Sur l’autre rive subsistent les vestiges d’une communauté de résistantes inspirée des Guérillères de Monique Wittig. Dans la capitale du territoire fermé, divers personnages se racontent, leurs aspirations, leurs souvenirs, comment survivre, se cacher et se faufiler dans un monde où les livres sont interdits.
Une dystopie où se reflètent les crises que nous traversons aujourd’hui. Un roman choral poétique et incandescent, où l’on parle d’émancipation des corps, d’esprit de révolte et de sororité. Un hommage à la littérature et à son potentiel émancipateur et subversif.