Moi, Tituba sorcière…

Moi, Tituba sorcière…

Quatrième de couverture :

Fille de l’esclave Abena violée par un marin anglais à bord d’un vaisseau négrier, Tituba, née à la Barbade, est initiée aux pouvoirs surnaturels par Man Yaya, guérisseuse et faiseuse de sorts. Son mariage avec John Indien l’entraîne à Boston, puis au village de Salem au service du pasteur Parris. C’est dans l’atmosphère hystérique de cette petite communauté puritaine qu’a lieu le célèbre procès des sorcières de Salem en 1692. […]

Premières lignes #191

Salutations !
Pour ce nouveau rendez-vous Premières lignes, je vous propose un livre dont je vous avais déjà présenté l’incipit mais, cette fois, ce sont bien les premières lignes du récit que je vous fais découvrir. Elles sont violentes (trigger warning : viol) et placent tout de suite l’intrigue dans une époque, un lieu, et c’est glaçant. Pourtant, à l’heure où j’écris ces lignes, j’ai presque terminé le roman et je l’ai dévoré ; il est dur mais tellement bien écrit ; on espère un bel avenir pour l’héroïne, probablement vainement.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Auparavant, je vous demandais de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article. Désormais, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.

 

1

Abena, ma mère, un marin anglais la viola sur le pont du Christ the King, un jour de 16** alors que le navire faisait voile vers la Barbade. C’est de cette agression que je suis née. De cet acte de haine et de mépris.

Moi, Tituba sorcière…, Maryse Condé, 1986.

Moi, Tituba sorcière…

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite

Premières lignes #167

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous présenter des premières lignes qui sont un petit témoignage du processus d’écriture.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Auparavant, je vous demandais de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article.  Désormais, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.

 

Tituba et moi, avons vécu en étroite
intimité pendant un an. C’est au
cours de nos interminables conver-
sations qu’elle m’a dit ces choses
qu’elle n’avait confiées à personne.
MARYSE CONDÉ

Moi, Tituba sorcière…, Maryse Condé, 1986.

Moi, Tituba sorcière…

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite