Les griffes et les crocs

Les griffes et les crocs

Quatrième de couverture :

Bon Agornin a eu une longue et belle vie, mais sa fin est proche, il le sent. Étendu près de son trésor, il attend la mort. Toute sa famille est réunie pour vivre avec lui ses derniers instants : ses deux fils et ses trois filles, ainsi que son gendre l’illustre Daverak, qui héritera de son domaine.
Bon Agornin tient absolument à se confesser à son fils aîné, il veut partir absous de ses péchés, d’autant que ces derniers sont immenses : afin de pouvoir devenir un dragon de soixante-dix pieds de long, capable de voler et de cracher du feu, il a dévoré son frère et sa sœur – les carcasses de bœuf ne suffisent pas pour mener à bien une telle entreprise…
« Je n’ai pas eu le choix », se justifie-t-il, dans son dernier souffle. Avant d’être dvoré à son tour par ses héritiers, comme le veut la tradition chez les dragons.

La Soupe de Kafka – Une histoire complète de la littérature mondiale en 19 recettes

La soupe de Kafka

Quatrième de couverture :

Si vous alliez dîner chez Gustave Flaubert, Virginia Woolf, Gabriel García Márquez ou Raymond Chandler, que vous offriraient-ils à manger ? Mark Crick répond à la question en nous donnant une série de savoureux pastiches de quelques-uns des plus grands écrivains du monde. Chaque texte est une plongée dans un univers différent, raconté d’une voix semblable à s’y méprendre à celle de l’écrivain lui-même. S’inscrivant dans la tradition des Pastiches de Proust et rappelant les Exercices de style de Queneau, le recueil de Mark Crick est un véritable tour de force, publié dans une vingtaine de pays.
L’auteur a également illustré chacun de ces fins morceaux de sa propre main, proposant autant d’éloges d’artistes célèbres.
Suite au fulgurant succès du livre à sa parution il y a dix ans, cette nouvelle édition de La Soupe de Kafka, enrichie de trois recettes inédites et de trois nouveaux pastiches de dessins et tableaux, est toujours un délicieux hommage aux grands écrivains et un clin d’œil à la société contemporaine. Lire la suite

Le Roland-Barthes sans peine

Le Roland-Barthes sans peine

Quatrième de couverture :

Un des ouvrages les plus pretigieux du grand Roland-Barthes disparu en 1980 et qui aurait eu cent ans en 2015 est sans conteste « Le Degré zéro de l’écriture ».
Il y développait une savante théorie linguistique difficilement accessible aux non-initiés, parmi lesquels deux journalistes pétris d’humour, Michel-Antoire Burnier et Patrick Rambaud.

Ils s’en donnèrent à cœur joie en 1978 en «dézinguant» le sabir du maître à travers un dictionnaire «franco-Barthes» aussi iconoclaste que réjouissant, censé aider à décrypter, entre autres belles énigmes, «Quelle stipulation verouille et agence l’économie de la pragma comme l’occultation de notre ek-sistance ?» ou encore «Une opposition signifiante peut-elle être neutralisée par le degré zéro ?»

Vastes débats que la présente réédition permettra de remettre à l’ordre du jour pour le plus grand bonheur de tous les admirateurs de Barthes, si tant est qu’ils aient de l’humour… et qu’ils ne considèrent pas ce pamphlet comme une marque d’irrespect mais au contraire comme un hommage innatendu.

Lire la suite