Premières lignes #170

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Auparavant, je vous demandais de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article.  Désormais, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.

 

1

Amorti

Le téléphone sonna quelques minutes après 4 heures du matin.
– Toi qui aimes les accidents, Dar, il faudrait que tu vois celui-là.
– J’aime les accidents, moi ? Première nouvelle !
Il n’avait pas demandé qui c’était. Il avait reconnu tout de suite la voix de Paul Cameron, bien qu’ils ne se soient pas vus depuis plus d’un an. Cameron faisait partie de la police de la route de Californie basée à Palm Spring.
– D’accord, lui dit l’officier de police. Disons que tu aimes les énigmes.
Dan se tourna pour regarder sa montre.
– Pas à quatre heure huit du matin, grommela-t-il.
– Celle-là vaut le coup.

L’épée de Darwin, Dan Simmons, 2000.

L’épée de Darwin

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite

Premières lignes #166

Hello !
Aujourd’hui, je vous présente les premières lignes d’un livre que j’ai acheté le mois dernier. L’idée de ce bouquin, c’est de nous présenter des femmes qui ont marqué l’Histoire mais qui ont été oubliées au profit des « grands hommes ». Que ce soit parmi les plus connues ou les moins connues citées dans cette préface, j’en connais plusieurs, cela dit quelques unes me sont totalement inconnues et j’ai hâte de les découvrir.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Auparavant, je vous demandais de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article.  Désormais, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.

 

Préface

Connaissez-vous Christine de Pizan, George Sand, Joséphine Baker ? Oui, sans doute, même si les livres scolaires les ignorent ou les minorent. Un interlocuteur de hasard me disait récemment qu’il croyait que George Sand était un homme. Connaissez-vous Hypatie, Berty Albrecht, Rosa Parks ? C’est moins sûr. Et vous ignorez certainement tout de Hatchepsout, pharaonne, première reine dont on ait gardé le nom, Élisabeth Báthory, la comtesse sanglante, Hedy Lamarr, inventrice d’un système de radiocommunication auquel Internet doit tout, ou Rosalind Franklin, brillante biologiste dont le rôle central dans la découverte de l’ADN a été totalement occulté, à l’instar de tant de scientifiques. En testant quelques-uns de ces soixante-quinze noms, vous vous interrogerez sur vos méconnaissances. Elles ne sont pourtant pas seules en cause. C’est que personne ne vous a jamais parlé de ces femmes oubliées, invisibilisées, aux yeux d’une histoire aveugle qui ne connaît que les « grands Hommes ».

Ni vues ni connues, Collectif Georgette Sand, 2017.

Ni vues ni connues

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite

Premières lignes #143

Salutations ami.e.s lecturovores !
Je pars en vacances et je n’aurai pas beaucoup accès à internet. N’hésitez donc pas à mettre votre participation en commentaire pour partager votre nouvelle publication.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Auparavant, je vous demandais de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article.  Désormais, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.

.

Introduction

Pour les enfants de J.R.R. Tolkien, l’attrait et l’importance du Père Noël, au-delà même du remplissage des bas de laine le soir de Noël, résidaient dans la lettre qu’il leur écrivait chaque année, où il décrivait, en mots en images, sa maison, ses mais et les événements, drôles ou alarmants survenus au Pôle Nord. La première de ces lettres arriva en 1920, alors que l’aîné, John, avait trois ans. Pendant plus de vingt ans elles continuèrent à arriver chaque Noël, suivant la croissance de ses trois autres enfants, Michael, Christopher et Priscilla. Les enveloppes, saupoudrées de neige et portant les timbre de la poste polaire, étaient parfois trouvées dans la maison le matin suivant sa visite ; d’autres fois, c’était le facteur qui les portait ; à leur tour, les lettres que les enfants écrivaient disparaissaient de la cheminée quand il n’y avait personne dans les parages.
[…]

Lettres du Père Noël, J.R.R. Tolkien, 1920-1943.

Lettres du père Noël

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite

[Angor]

[ANGOR]

Quatrième de couverture :

La quatrième aventure commune de Lucie Henebelle et Franck Sharko plonge ces derniers dans les mystères de la mémoire cellulaire…
D’où vient ce cauchemar qui la hante depuis sa greffe de cœur ? Camille, gendarme à Villeneuve-d’Ascq, voit chaque nuit une femme enfermée l’appeler au secours. Un rêve aussi réel qu’un souvenir. Elle n’a dès lors plus qu’une obsession : retrouver l’identité de son donneur.
À une centaine de kilomètres de là, Sharko et Henebelle n’ont guère le temps de pouponner leurs jumeaux : une femme, victime d’une longue séquestration, les yeux presque blancs, dépourvus d’iris, a été découverte… sous un arbre.
Et leur enquête prend un tournant plus curieux encore lorsque Franck comprend qu’à chaque nouvelle piste, il est devancé par une jeune femme, gendarme dans le Nord…

Premières lignes #79

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

Chapitre 1

Chère Toi,
Le corps que tu habites actuellement m’appartenait. La cicatrice à l’intérieur de la cuisse gauche provient d’une chute que j’ai faite à l’âge de 9 ans quand je suis tombée d’un arbre et que je me suis transpercé la jambe. Le plombage de la molaire supérieure gauche est dû au fait que j’ai repoussé une visite chez le dentiste pendant quatre ans. Mais tu n’as sans doute pas grand-chose à faire du passé de ce corps. Après tout, je t’écris cette lettre pour que tu la lises dans le futur. Tu te demandes peut-être pourquoi quiconque ferait une chose pareille. La réponse est à la fois simple et compliquée. La version simple est que je savais que ce serait nécessaire.
La version compliquée risquerait de prendre un peu plus de temps.
Connais-tu le nom du corps dans lequel tu te trouves ? Mon nom est Myfanwy. Myfanwy Alice Thomas. Je pourrais te dire que c’est mon nom, mais comme désormais ce corps t’appartient, j’imagine que tu vas l’utiliser. […]
Bien à toi,
Moi

Au service surnaturel de Sa Majesté, Daniel O’Malley, 2012.

Au service surnaturel de Sa Majesté

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :

Lire la suite

Le silence des agneaux

Le silence des agneaux

Quatrième de couverture :

Il s’appelle Hannibal Lecter. Il est psychiatre. Emprisonné à vie pour une série de meurtres sanglants, il est la plus grande autorité du pays en matière de démence criminelle.
Pour comprendre les motivations secrètes d’un psychopathe qui terrifie l’Amérique, la police a besoin de ses « intuitions ».
Mais Lecter n’accepte de communiquer qu’avec Clarice, une jeune inspectrice tout juste sortie de l’université. Si elle veut bien lui parler d’elle-même, de son enfance, de ses peurs intimes, peut-être l’aidera-t-il à trouver le tueur…
Ou le tueur à la trouver…

Lire la suite

Premières lignes #31

Aujourd’hui, mon choix pour ces Premières lignes c’est porté sur Fendragon. Une fois n’est pas coutume, ces premières lignes s’accompagnant d’une illustration, je vous ai pris la page en photo.
Bonne journée à vous !

Rappel du principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Je vous propose dorénavant de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste.

Premières lignes de "Fendragon"

Premières lignes de « Fendragon »

Fendragon, Barbara Hambly, 1985.

Fendragon

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :
Moglug 
Les Livres de George
Nadège
• La Chambre rose et noire
Lily (Au café bleu)
• Mon Univers fantasy
• La bibliothèque de Céline
• A la page des livres
Mokamilla
• Lectoplum
Songes d’une Walkyrie
Vague Culturelle
Pousse de Gingko
• Colcoriane
Page blanche et noire

Premières lignes #6

Bonjour !

Chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite l’incipit. Je vous propose dorénavant de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste.
Aujourd’hui, je vous fait découvrir les premières lignes d’un livre que j’ai gagné grâce à La Croque-Livres (encore merci!).

 

Chapitre 1

Des années plus tard, quand elle serait bien vieille, et à des kilomètres de là, Polly aurait du mal à trouver les mots pour expliquer que tel était leur quotidien, à l’époque. Que certains jours, ils pouvaient rejoindre la côte en voiture, et d’autres, ils étaient obligés de prendre le bateau. Parfois même ils se retrouvaient complètement isolés pendant de longues périodes, et personne ne savait vrailent alors combien de temps cela allait durer. Le tableau des marées vous disait à quelle heure la mer allait monter ou se retirer, il n’annonçait pas la météo.

La petite boulangerie du bout du monde, Jenny Colgan, 2016 (format poche).

La petite boulangerie du bout du monde

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :
Les livres de George
• Nadège (Les mots de la fin)
Moglug

Premières lignes #2

Salutations à vous !

Voici le deuxième rendez-vous des Premières lignes. Pour retrouverez le pourquoi du comment j’ai décidé de mettre en place ce rendez-vous, je vous renvoie au premier ; pour simplifier, il s’agit de vous présenter chaque semaine les premières ligne d’un roman.

 

– Je vois…, dit le vampire d’un air pensif.
Puis, lentement, il traversa la pièce pour aller se poster à la fenêtre. Il y resta un long moment ; sa silhouette se découpait sur la clarté diffuse qui émanait de Divisadero Street et sur les rayons de phares des automobiles. L’ameublement de la pièce apparaissait maintenant plus clairement au jeune homme : la table de chêne ronde, les chaises. Contre l’un des murs, il y avait un lavabo surmonté d’un miroir. Il posa sa serviette sur la table et attendit.
– De combien de bandes disposez-vous ? demanda le vampire en tournant la tête de manière à offrir son profil au regard du jeune homme. Assez pour l’histoire de toute une vie ?

Entretien avec un vampire, Anne Rice, 1976.

Entretien avec un vampire