Le Cheval d’Orgueil

Le Cheval d’Orgueil – Mémoires d’un Breton du pays bigouden

Quatrième de couverture :

« Trop pauvre que je suis pour posséder un autre animal, du moins le Cheval d’Orgueil aura-t-il toujours une stalle dans mon écurie. » Ainsi parlait à l’auteur, son petit-fils, l’humble paysan Alain Le Foff qui n’avait d’autre écurie que sa tête et d’autre terre que celle qu’il emportait malgré lui aux semelles de ses sabots de bois. « Quand on est pauvre, mon fils, il faut avoir de l’honneur. Les riches n’en ont pas besoin. » […]
L’auteur […] n’enseigne pas, il raconte minutieusement, paysannement, comment on vivant dans une « paroisse » bretonnante de l’extrême ouest armoricain au cours du premier demi-siècle. Il ne veut rien prouver, sinon que la véritable histoire des paysans reste à faire et qu’il est un peu tard pour l’entreprendre.
Il affirme tranquillement que ceux qui jugent les paysans comme des êtres grossiers sont eux-mêmes des esprits sommaires et naïfs. Il ajoute que les hommes ou les régimes qui ont suscité des révoltes de paysans ont faire entrer ces derniers en jacquerie à force de mépriser leur culture.
Alors le Cheval d’Orgueil a secoué furieusement sa crinière !
L’auteur n’est pas convaincu, en passant d’une civilisation à l’autre, d’avoir humaine gagné au change. Mais aujourd’hui, la grande question qui se pose est de savoir s’il existe encore des paysans, c’est-à-dire des hommes qui, avant d’être de leur temps, sont d’abord de quelques part où ils doivent se mettre à l’heure du temps qu’il fait.

Deux amantes au Caméléon

Deux amantes au Caméléon

Quatrième de couverture :

Gabor Tsenyi aurait-il pu prévoir qu’il photographierait un jour l’une des personnalités les plus fascinantes et terrifiantes du XXe siècle ?
Fraîchement arrivé de sa Hongrie natale dans le Paris des années vingt, il fait de la ville sa muse, traquant ses ombres et ses protagonistes nocturnes. Sa curiosité pour les marges le conduit sans surprise au Caméléon, club d’initiés et de travestis où se croise le Tout-Paris, de la baronne Lily de Rossignol, mondaine et mécène à ses heures, au sarcastique écrivain américain Lionel Maine.
C’est en ce lieu mythique des Années folles qu’il rencontre Louisiane Villars. Ancienne prodige sportive devenue danseuse, Lou est désormais l’amante scandaleuse de la meneuse de revue. Mais alors que l’exubérance de l’époque commence à pâlir sous la montée des extrêmes, un désir d’amour et de reconnaissance entraîne la jeune femme au physique d’homme dans une voie bien plus dangereuse encore.
En réinventant les vies de Brassaï et des personnalités marquantes de l’époque, Francine Prose restitue de manière saisissante les bouleversements sociaux, les troubles politiques et les questionnements artistiques de ces années. Plus encore, elle interroge la difficulté de situer la vérité historique et de porter un jugement moral sur ses acteurs.

Florida

Florida

Résumé de l’éditeur :

Effroyables jardins

Effroyables jardins

Résumé de l’éditeur :

« Certains témoins mentionnent qu’aux derniers jours du procès de Maurice Papon, la police a empêcher un clown de rentrer dans la salle d’audience. […] L’ancien secrétaire général de la préfecture a peut-être remarqué ce clown mais rien n’est moins sûr. Par la suite l’homme est revenu régulièrement sans son déguisement à la fin des audiences et aux plaidoiries. À chaque fois, il posait sur ses genoux une mallette dont il caressait le cuir tout éraflé. Un huissier se souvient de l’avoir entendu dire après que le verdict fut tombé :
– Sans vérité, comment peut-il y avoir de l’espoir ? »

L’auteur dédie ce court texte lumineux, émouvant et métaphorique à la mémoire de son grand-père, ancien combattant à Verdun et de son père, ancien résistant.
[…]

PAL du mois de juin 2022

PAL du mois de juin 2022

Bien le bonjour !
Demain, nous serons en juin et j’espère débuter ce nouveau mois avec une nouvelle lecture, il faudrait donc que je termine Deux amantes au Caméléon aujourd’hui (ce qui est faisable, je pense). Quoiqu’il en soit, voici ce que j’aimerais découvrir dans les semaines à venir.
Nous avons tout d’abord la BD La République du Crâne de Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat que je n’ai pas eu l’occasion de lire en mai, ainsi que la suite de Pretty Guardian Sailor Moon de Naoko Takeuchi dont ma relecture avance tranquillement (encore une fois, c’est toujours un plaisir). En restant du côté du neuvième art, il y a le deuxième tome d’Isola qui est enfin sorti et que j’ai donc acheté – un comics de Brenden Fletcher, Karl Kerschl et Msassyk dont j’avais beaucoup aimé le premier volume – ; La tapisserie du Dragon-thé et La baie de l’Aquicorne de Kay O’Neill sont également de la partie, de même que l’adaptation en BD de Buzz l’Éclair (le film sort à la fin du mois, il me semble).
Je ne compte pas lire uniquement des bandes dessinées, vous vous en doutez. J’ai également au programme un essai, Les luttes des putes de Thierry Schaffauser, un roman jeunesse avec le tome 2 de Punkette & Poupoune : Les jours Z’heureux de Benoît Minville et illustré par CED, et enfin Le chœur des femmes de Martin Wrinckler, entre roman et témoignage sur les femmes et les services gynécologiques, me semble-t-il.
Est-ce que vous avez lu certains de ces livres ? Qu’en avez-vous pensé ?

Bonne fin de mai à vous et bon mois de juin !

Les femmes de sciences vues par une ado un peu vénère !

Les femmes de sciences vues par une ado un peu vénère !

Résumé de l’éditeur :

Les femmes ont fait avancer la science, voici leur bio, drôle et illustrée !

Depuis que son frère a déclaré que les femmes étaient nulles en sciences, Louise est prête à tout pour lui prouver qu’il a tort. Et pour ça, quoi de mieux qu’une émission sur Internet qui mette en lumière le parcours et les travaux des grandes femmes scientifiques ? De la chimie à l’astronautique, c’est parti pour un tour d’horizon drôle et documenté de ces grandes figures, sans prise de tête !

Entre anecdotes, explications scientifiques et interview d’une vraie chercheuse, Louise te présente avec humour 25 femmes qui ont marqué l’histoire des sciences. Le bonus ? Grâce aux illustrations BD, les personnages prennent vie pour tout te raconter !

#ilnyapasquemariecurie #féminisme #endirectdulabo

Jeune éditrice tourmentée cherche chat pour mieux vivre

Jeune éditrice tourmentée cherche chat pour vivre mieux

Résumé de l’éditeur :

Charlotte, une jeune éditrice surmenée, passionnée par son métier, jongle avec difficulté entre son travail, son mec et ses copines… Sans parler de son chat. Cet équilibre précaire s’écroule quand elle se fait licencier et larguer la même semaine. Charlotte s’effondre, mais remonte peu à peu la pente grâce à un livre, Devenez zen comme votre chat. Elle applique à la lettre les conseils qui y sont prodigués et découvre avec bonheur la vie en mode chat. Son matou Modiano ne manque d’ailleurs pas une occasion pour participer à ses séances de ronronthérapie !

Mais la vie côté félin permet-elle de trouver du travail ? Et est-elle vraiment la solution pour retrouver l’amour ?

PAL du mois de mai 2022

PAL du mois de mai 2022

Salutations, les lecturovores !
Je vous retrouve aujourd’hui pour vous présenter ma pile à lire mensuelle, qui n’a pas été des plus simples à faire : si je m’écoutais, j’enchaînerais avec le tome 4 des Aventuriers de la mer, mais il se trouve que j’ai quelques livres que l’on m’a prêté et que j’aimerais rendre. Sans compter que j’aimerais vider un peu ma PAL globale (quelques centaines de livres papiers) avant d’acheter des livres, même si ce sont des suites. Evidemment, je suis plongée dans le dernier livre de Mona Chollet, Réinventer l’amour – Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles et je vais donc le terminer (il faut dire que, malgré mes réticences, il est intéressant). Après la lecture d’un essai, j’aime retourner à la fiction et autant vous dire que je n’ai que l’embarras du choix, entre le polar Miaou, bordel ! de Gérard Chevalier, Deux amantes au Caméléon de Francine Prose (qui est apparemment une biographie romancée de Violette Morris), Florida d’Olivier Bourdeaut (le récit d’une fille forcée à participer aux concours de mini-miss et qui, en grandissant, choisit de se venger – je ne sais pas comment, je vais le découvrir en lisant ce bouquin), ou encore Les enfants des sables mouvants, une roman jeunesse d’Efua Traoré qui sort courant mai. Mais ce n’est pas tout et je compte bien lire quelques BD, notamment La République du Crâne de Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat (une histoire de pirates), le tome 2 de Magic Friends de Kristen Gudsnuk et le premier tome de Chat de Yakuza du mangaka Kamimura Riddle (ça a l’air tellement drôle!).
Comme toujours, il est bien probable que ma PAL se meuve en fonction de mes envies, de nouvelles sorties…

Dites-moi si vous connaissez certains de ces livres et, si vous en avez lu, les avez-vous aimé ?
Bon mois de mai à vous, et bonne lecture.