Premières lignes #121

Tout comme la semaine dernière, je vous présente l’incipit du livre, et lorsque je le lirai, je vous mettrai les premières lignes du récit.
Il y a encore trois ou quatre ans, je n’avais jamais entendu parler de cet auteur et, lorsque ça a été le cas, j’ai su que je manquais quelque chose. Mais je ne l’ai toujours pas lu – ça ne saurait tarder.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

Introduction

Au début de 1942, la radio de Paris nous annonçait que « l’écrivain juif Stefan Zweig venait de se donner la mort au Brésil » – nouvelle reproduite le lendemain en trois lignes par les journaux nazis de la capitale. Et ce fut ensuite le silence complet sur ce grand et noble écrivain qui avait acquis en France une renommée égale à celle de nos meilleurs auteurs.

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, Stefan Zweig, 1927.

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite