Viendra le temps du feu

Viendra le temps du feu

Quatrième de couverture :

« Elles étaient toutes brisées et pourtant incassables. Elles existaient ensemble comme un tout solidaire, un orchestre puissant, les organes noués en ordre aléatoire, un grand corps frémissant. Et j’étais l’une d’entre elles. »
Une société totalitaire aux frontières closes, bordée par un fleuve. Sur l’autre rive subsistent les vestiges d’une communauté de résistantes inspirée des Guérillères de Monique Wittig. Dans la capitale du territoire fermé, divers personnages se racontent, leurs aspirations, leurs souvenirs, comment survivre, se cacher et se faufiler dans un monde où les livres sont interdits.
Une dystopie où se reflètent les crises que nous traversons aujourd’hui. Un roman choral poétique et incandescent, où l’on parle d’émancipation des corps, d’esprit de révolte et de sororité. Un hommage à la littérature et à son potentiel émancipateur et subversif.

PAL du mois d’octobre 2021

PAL du mois d’octobre 2021

Bien le bonjour à vous, les lecturovores !
Pour ce mois d’octobre, je prévois une grande pile de lecture. Toutefois, il y a pas mal de livres assez rapides à lire dedans, et comme je vous partage ma PAL ce 6 octobre, quelques livres ont déjà été lus, et je vais commencé par ceux-ci.
Octobre commence bien avec la découverte du premier tome de La Sorcière invincible, tueuse de Slimes depuis 300 ans ! de Kistesu Morita, Yusuke Shiba et Benio, et le roman jeunesse Mamie Fatou, la catcheuse de Kinshasa de Sébastien Gayet et illustré par Thomas Baas. J’ai également passé un bon moment avec Frères de foot, tome 1 : Unis pour la vie de MX18, Ludovic Danjou et Alession Zonno, et avec 30 minutes pour survivre : L’Odyssée de la peur de Bertrand et Neil Puard, un livre dont on est le héros. Je suis un peu plus mitigée concernant le tome 1 du Huitième fils de Hiroki Kusumoto, Y.A et Fuzichoco – je vous reparle très bientôt de ces lectures, comme je compte bien terminer le mois en étant le plus à jour possible sur mes chroniques !
Je suis toujours plongée dans Bienvenue à Perfect City de Helena Duggan, un roman jeunesse qui nous plonge dans une ville parfaite mais aussi étrangement inquiétante… Passons désormais aux lectures qui vont suivre.
A la bibliothèque, j’ai totalement craqué et j’ai emprunté les tomes 7 et 8 du Tigre des neiges d’Akiko Higashimura, un manga historique que j’aime beaucoup, Viendra le temps du feu de Wendy Delorme, Fuki-no-tô et Azami d’Aki Shimazaki et Le cheval d’orgueil de Pierre-Jakez Helias. Il y a également l’adaptation de Hamlet de Shakespeare en manga, qui commence à traîner depuis trop longtemps dans ma PAL. Et divers livres que je souhaite lire très prochainement, soit parce que c’est la saison, soit parce que je dois les lire pour le boulot. Il s’agit de Pistache & Soda de Paule Battault et Miss Paty, Les Langoliers de Stephen King (que je voulais lire en septembre), le tome 2 de Tant qu’il le faudra de Cordélia, L’équarrisseur de Nadine Matheson (un thriller, c’est parfait pour l’automne!), Revenants et diableries (un recueil pour se plonger dans l’ambiance de Halloween), le premier tome du manga Les sorcières de la fin du monde de Kujira, Héla et les quatre royaumes de Marie-Line Brault (de la fantasy, ça fait toujours du bien) et – enfin – Passing Strange d’Ellen Klages (que je vais lire pour un book club).

Du coup, avec tout ça, ma pile à lire mensuelle arrive à mes genoux ! Et mes jambes ne sont pas petites, croyez-moi…
Et vous, votre PAL d’octobre, elle en est où, par rapport à vous ?
Passez un très bon mois, et bonne lecture à vous !

Premières lignes #287

Aujourd’hui, place à un livre sorti en début d’année 2021 et qui m’intrigue depuis : Viendra le temps du feu. En passant à la bibliothèque, je suis tombée dessus et j’en ai donc profité pour l’emprunter (il fera logiquement partie de mes prochaines lectures).
Ce roman de Wendy Delorme est décrit comme une dystopie féministe, autant dire que j’ai hâte de le découvrir !

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

ÈVE

Elles sont mortes, toutes. Elles étaient peu nombreuses et elles sont mortes, il n’y a pas de traces. Je les ai vues souvent, sans plus faire partie de leur groupe, leur cercle, leur assemblée. D’autres les ont vues. Certains se souviennent mais aucun ne sait ce qu’elles sont devenues. Je ne connais pas l’emplacement de leurs tombes. Je ne sais pas s’il y a des corps qui pourrissent sous terre, elles ont disparu.
Je ne sais pas si j’ai la force d’écrire cette histoire. Si je meurs avant de l’avoir racontée, c’est comme si elles n’avaient pas existé.
Il y avait Louve. Il y avait Maïna, Raquel et Grâce. Rosa et Francesca. Il y en avait d’autres. J’ai aimé Louve, plus que de raison, dès le début. Je l’observais. Elle était d’une beauté frappante et ne ressemblait à personne. Ne ressemblait à aucune de ces femmes que l’on trouve belles. Elle était d’une beauté sanguine, calme et féroce.
Penser à elles me saisit au centre du corps et une coulée de plomb m’emplit. Puis vient la nausée, puissante, quand je pense à la fuite. Il me faudra du temps.
Parfois je sens que je vais mourir. Je me sens mourir. Cela me prend une fois par jour au moins. Je me ressaisis parce que je sais qu’ils guettent. Il faut faire attention. Ne pas donner de signe de faiblesse. Il m’arrive d’oublier qu’ils sont nos ennemis. Au mieux je peux considérer qu’ils ne sont pas mes alliés.
Il n’y as plus lieu de dire « nous » car il n’y a plus que moi. Ça me donne le vertige de savoir cela et d’être seule à le savoir. Je les laisse penser que je suis parmi eux, quand je ne suis pas là mais dans un repli de mon âme où elles existent encore. Je leur laisse croire que nous sommes faits pareils quand la mémoire de ma peau conte une tout autre histoire.
Il y a eu la main de Louve sur ma nuque. Il y a eu son souffle et le mien entre nos bouches ouvertes l’une à l’autre. Entre nous, l’oxygène a circulé. Y penser est une façon de lutter contre l’asphyxie.
Chaque jour je rassemble les morceaux de mon être. Chaque jour il m’est plus difficile d’effectuer ce geste de composition. Il me semble que bientôt je n’aurai plus la force mais il y a cette enfant que j’ai voulue, que j’ai portée, donc je n’ai pas le droit de mourir et chaque jour je rassemble les morceaux de moi épars.

Viendra le temps du feu, Wendy Delorme, 2021.

Viendra le temps du feu

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :