30 minutes pour survivre – L’Odyssée de la peur

30 minutes pour survivre – L’Odyssée de la peur

Quatrième de couverture :

Jason, le héros de la Grèce antique, t’a confié la Toison d’or. À bord de ton navire, tu fais voile vers ton île natale où la gloire d’attend. Soudain, un navire se profile à l’horizon, puis deux, puis trois, puis quatre. «  Des pirates ! » hurle la vigie. C’est la panique à bord, tout le monde attend tes ordres. Tu peux trouver refuge sur ces mystérieuses îles au loin, ou te battre, mais le temps presse…
TU DOIS RÉAGIR !

L’Équarrisseur

L’Équarrisseur

Quatrième de couverture :

Lorsque des morceaux de cadavres sont retrouvés sur les rives de la Tamise, l’inspectrice Anjelica Henley pense immédiatement à Peter Olivier, alias l’Equarrisseur, emprisonné à vie pour avoir démembré ses septvictimes. Elle l’a elle-même mis derrière les barreaux et en a payé le prix : poignardée, elle a failli y laisser la vie et a passé de longs mois ennuyeux derrière un bureau.
De nouveau sur le terrain, elle cherche à retrouver ce copycat dont les motivations sont opaques. Et le choix des victimes, incompréhensible.
Mais rapidement, Henley comprend que ce tueur lui adresse des messages tout à fait personnels.
Pour l’arrêter, Henley doit affronter ses propres démons et revivre en plus intense ce qu’elle a déjà éprouvé avec l’Equarrisseur.

Nadine Matheson est avocate pénaliste à Londres. L’Equarrisseur, premier volet d’une série, est d’ores et déjà un best-seller en Angleterre.

Lire la suite

De polyamour et d’eau fraîche

De polyamour et d’eau fraîche

Quatrième de couverture :

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’amour libre !

Polyamour, non-monogamie éthique, compersion, etc. ces notions ne vous sont pas tout à fait étrangères, mais une série de questions vous taraude : peut-on vraiment aimer plusieurs personnes ? Comment gérer la jalousie ? Que répondre aux interrogations des enfants ? Y a-t-il une hiérarchie entre les partenaires ?

Heureusement, Charly, Elsa et Tina sont là pour y répondre. En novembre 2019, le trouple a créé le compte Instagram « Holy Poly Macaroni » (plus de 15 000 abonnées) dans le but de donner plus de visibilité au polyamour et au concept de couple ouvert. Ils offrent des réponses aux questions les plus fréquentes de leurs abonnées à travers des strips réalisé par Charly (Cookie Kalkair). Amour, sexe, règles, parentalité, jalousie, hiérarchie, rupture, ils abordent tous les sujets avec humour et bienveillance.

Lire la suite

Premières lignes #291

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

Chapitre 1

N’oublie pas

– Halte-là !
Le bruit d’un fouet qui claque tira Héla de sa torpeur. On n’entendait plus les sabots des chevaux. La calèche devait s’être arrêtée.
Épuisée, la jeune fille aux long cheveux bruns se redressa dans l’obscurité de la voiture, fermée par de lourds rideaux noirs. Le voyage entre le royaume des Corbeaux et celui des Dragons lui avait paru interminable.
Elle plissa les paupières, surprise d’avoir encore des larmes à retenir. Combien en avait-elle versé depuis le jour où on leur avait annoncé, à elle et à sa famille, la nécessité absolue de cet « échange commercial » ?
Ce matin)là, sa mère l’avait serrée contre elle à lui en broyer les côtes, sa petite sœur avait été inconsolable et même son père, si stoïque d’ordinaire, lui avait semblé vieillir d’un coup.
La terreur qu’inspirait le peuple Dragon était légendaire : ces soldats, féroces et sanguinaires, tenaient en respect la plupart des royaumes de la région, qui les craignaient comme la peste. Rares étaient ceux qui avaient osé ouvertement leur résister. Ils n’étaient d’ailleurs plus là pour en parler.
Longtemps, Dragons et Corbeaux s’étaient mené la guerre, jusque’à ce qu’un accord soit trouvé. La pais en échange de la connaissance, de la science, du savoir. Médecine, mécanique… Les Corbeaux devaient continuellement se surpasser pour découvrir davantage, pour avoir quelque chose à offrir. C’était le prix à payer pour survivre.
Et, de temps à autre, les Dragons avaient besoin de satisfaire un caprice. C’était leur manière de montrer qu’ils étaient toujours les plus forts, et d’asseoir chaque fois un peu plus leur pouvoir.
Aussi, lorsque ces derniers avaient exigé une fille de haute naissance, tout juste  majeure, pour épouser un de leurs princes, le peuple des Ailes-Noires n’avait-il pas hésité. Les Dragons avaient envoyé trois émissaires chargés de sélectionner les filles à marier les plus « qualitatives » du royaume. Après un entretien avec les familles, ils avaient désigné celle qui aurait l’honneur de devenir la femme du prince Erebe.
C’était tombé sur Héla, qui venait de fêter ses dix-huit ans et qui depuis s’était souvent répété, désespérée : « Pourquoi moi ? »

Héla et les quatre Royaumes, Marie-Line Brault, 2021.

Héla et les quatre Royaumes

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Courts retours #36

Bien le bonjour à vous, les lecturovores !
Je vous propose aujourd’hui de découvrir Une vie au zoo de Saku Yamaura avec le premier tome de cette série manga qui en compte quatre en tout. Je vais également vous parler de Hamlet de Shakespeare, adapté en manga par Julien Choy et Crystal S. Chan. Enfin, je terminerai ce Courts retours avec Abby & Walton d’Anaïs Halard et Giorgia Casetti (c’était sympa, mais il y a un gros « mais »).

C’est lundi, que lisez-vous ? #268

C’est lundi, que lisez-vous ? est un rendez-vous organisé par Millina, qui a désormais repris le flambeau.

Ce que j’ai lu la semaine passée

La semaine à mille pages de Petit Pingouin vert s’est terminée et elle a pour moi été l’occasion de lire une dizaine de livres (pas mal de manga, j’ai terminé L’Equarrisseur et De polyamour et d’eau fraîche, et j’ai enfin repris Costumes de Bretagne). J’ai réussi le challenge en dépassant de quelques centaines de pages l’objectif ! Et ainsi ma PAL a bien baissé, ça fait plaisir.

Lire la suite

Premières lignes #290

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

Je descends l’escalier en consultant ma montre. Il est trois heures passées. Je viens de prendre un déjeuner tardif au restaurant à l’étage.
Ce matin, j’ai interviewé monsieur L. pour le présenter aux lecteurs : il tiendra dorénavant une rubrique de conseils de vie dans notre revue. Après quoi, j’ai passé un long moment dans mon bureau à transcrire l’enregistrement de cette entrevue. On avait besoin du texte final avant deux heures cet après-midi. Plongé dans ma rédaction, j’ai complètement oublié d’aller manger.
Il me reste encore trente minutes de pause. En contemplant le bois naturel qui revêt le mur extérieur du restaurant, je me demande comment tuer le temps.
Je m’engage dans la rue commerçante à arcades, d’où je peux retourner directement à mon bureau. Il y a beaucoup de monde, car ce sont les vacances du golden-week. Je flâne sans but dans la foule.
Deux femmes entre deux âges me dépassent en caquetant à plein gosier. Une forte odeur de parfum me pique le nez. La couleur de leurs cheveux teints est pareille : violâtre. À leur air inhabituel, j’ai l’impression qu’elles sont entraîneuses de bar ou de cabaret. Elles entrent dans le pachinko-ten situé au bout de la rangée de boutiques à ma gauche. Le pachinko me tente, mais je continue de marcher.
Au bout de quelques pas, je m’arrête devant une vitrine. C’est un magasin soécialisé dans les stylos-plumes haut de gamme. Attiré par un stylo noir de marque P., je songe à en un acheter un plus tard, si ma femme est d’accord.
En passant devant un magasin de musique, j’entends une chanson populaire des années 70. Immobile, je tends l’oreille. En l’écoutant, je me souviens de la berceuse de ma grand-mère, Azami.

« Ce soir encore, ton oreiller est baignée de larmes.
À qui rêves-tu ? Viens, viens vers moi.
Je m’appelle Azami. Je suis la fleur qui berce la nuit.
Pleure, pleure dans mes bras. L’aube est loin encore. »

Quelqu’un chuchote mon prénom. Une voix masculine. Ce doit être une coïncidence. Je l’ignore.
— Kawano-san.
« C’est mon nom ! » Je me retourne vers la voix.

Azami, Aki Shimazaki, 2014.

Azami

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Bienvenue à Perfect City

Bienvenue à Perfect City

Résumé de l’éditeur :

Et si les murs avaient des yeux ?

Qui voudrait vivre dans une ville où tout le monde porte des lunettes pour ne pas devenir aveugle ?
Personne, n’est-ce pas ?
Pourtant, Violet n’a pas le choix. Ses parents l’ont obligée à emménager à Perfect City, la ville où tout est parfait… sauf la vue de ses habitants !
Mais, très vite, la jeune fille se rend compte que les soucis ophtalmologiques ne sont pas les seuls problèmes à Perfect City. Et la vie n’y est pas aussi génial qu’on voudrait bien le faire croire…
[…]

Ce sera moi

Ce sera moi

Quatrième de couverture :

Skye Shin a tout entendu. « Les filles grosses ne devraient pas danser. Elles ne devraient pas porter des couleurs vives. Elles ne devraient pas attirer l’attention sur elles. »
Pourtant Skye rêve de devenir une star de K-pop, quitte à briser toutes les règles que la société, les médias et même sa propre mère ont établies pour les filles comme elles.
Quand elle se présente à un concours télévisé, Skye est prête à tout pour remporter la victoire.
Mais rien ne l’avait préparée à la grossophobie des membres du jury, aux haters sur les réseaux sociaux et, encore moins, à un rapprochement avec un de ses concurrents…

Lire la suite