Undertaker, t.3 : L’Ogre de Sutter Camp

Undertaker, t.3 : L’ogre de Sutter Camp

Tome 1 : Le mangeur d’or
Tome 2 : La danse des vautours

Résumé de l’éditeur :

Dans ce troisième tome d’« Undertaker », Jonas Crow n’est plus ce pauvre croque-mort solitaire… même si, lui, aurait bien voulu le rester ! Dorison et Meyer lui ont associé mademoiselle Lin et Rose, la belle Anglaise. De la douceur dans son monde de brutes ? Pas pour très longtemps… Un ancien colonel lui apprend que « l’Ogre de Sutter Camp est vivant » ! Son passé trouble pendant la guerre de Sécession ressurgit, et Jonas engage alors sa « troupe » dans une chasse à l’homme et à ses propres regrets…

Lire la suite

Premières lignes #60

Aujourd’hui, je vous présente les premières lignes du roman Petite sœur la mort. Je devrais dire les premières lignes de l’histoire ; c’est la raison pour laquelle j’ai appelé ce rendez-vous « Premières lignes » et non « Incipit ». En effet, pour ce roman, ce n’est pas la préface que je voulais partager avec vous, ni la note de l’éditeur, mais bel et bien le début du livre écrit par William Gay.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

Une plantation du Tennessee,
vers l’année 1785

Tiré par l’attelage, le chariot grinçant de toutes parts contourna en cahotant le pied de la colline et remonta le lit du ruisseau à sec, mais le passager corpulent en costume sombre et coiffé d’un chapeau noir à larges bords ne pouvait pas le savoir. Il était assis, tassé sur lui-même dans un coin du plateau, les yeux bandés, ses bras agrippant les ridelles dans un futile effort pour absorber le tressautement des roues sur la roche, le chariot se cabrant pour monter la pente, le repoussant vers le hayon, tandis que le mastiff noir le surveillait en grondant d’un air féroce, changeant à peine de position au gré des secousses, le menton calé entre les pattes, sans le quitter des yeux.
L’homme avait cessé de se demander où il se trouvait. Le cri des engoulevents bois-pourri lui indiquaient que la nuit était tombée. Il savait que le sol était gelé, car il entendait les roues cerclées de fer crisser sur les volutes de terre figée par la glace. Il était sûr d’avoir traversé un bois ; une branche l’avait frappé durement, lui balafrant le visage. Un filet de sang avait gelé le long de la plaie et durci comme une estafilade laissée par un ongle pointu.

Petite sœur la mort, William Gay, 2015.

Petite sœur la mort

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :
• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Songes d’une Walkyrie
Pousse de Gingko
• Colcoriane
Camellia Burrows
Au baz’art des mots
Mon univers fantasy
• La bibliothèque de Céline
Charlène Voirin
Eléonore B
La Marmotte qui lit
• Free Time – Lecture
Moglug
Light & Smell
Ibidouu
Page blanche et noire
Chroniqueuse de livres
Chez Xander

Dreanum

Dreanum

Résumé de l’éditeur :

Londres, fin du XIXème siècle, quatre agents de Scotland Yard meurent empoisonnés. Alors que l’unique témoin, Maéva Redinsky, va livrer ses secrets aux autorités, celle-ci s’effondre à son tour devant le poste de police. Il n’en fallait pas plus pour que l’inspecteur Ruben Abott mène l’enquête.

Doté de méthodes d’investigations singulières, il remonte petit à petit vers le seul point convergent des indices : une île aussi mystérieuse qu’invisible.

Entre rencontres improbables, aventures exaltantes et courses de flydrones, l’enquêteur va devoir s’adapter à son nouvel environnement et apprendre à faire confiance à ses nouveaux alliés. Mais sont-ils vraiment tous du bon côté ?

Dans un monde tout de cuivre et de vapeur, P. Lunahël signe ici son premier roman dans lequel chacun de ses personnages devra se battre pour ses idéaux.

Laissez-vous porter par l’univers singulier de « Dreanum ».

 

Lire la suite

George

George

Résumé de l’éditeur :

Beaucoup de gens aiment George. Maman est très fière de son petit garçon, elle pense qu’il deviendra « un jeune homme très bien ». Scott aime beaucoup son « frérot ». Et Kelly le tient pour son « meilleur ami ». Mais George sait que les gens ne voient pas qui elle est vraiment. Car, George en a la certitude, elle est une fille.
Alors, quand sa maîtresse propose de jouer une pièce de théâtre à l’école, George veut plus que tout interpréter le personnage de Charlotte. Elle sera parfaite, et les gens comprendront qui elle est.
Comment leur faire comprendre que c’est le rôle de sa vie ?

Lire la suite

Premières lignes #59

Dans la même veine que Normal(e) la semaine dernière dans les Premières lignes #58, ma nouvelle lecture aborde aussi le sujet des transidentités.
J’ai choisi deux pages cette fois-ci, qui forment un incipit très parlant.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Mettez le lien de votre RDV en commentaire de l’article, et je dresserai une petite liste. Elle est actualisée chaque semaine en fonction des participant.e.s.

.

Be
who
you
are

Pour toi,
quand tu tes senti(e)
différent(e)

George, Alex Gino, 2015.

George

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :
Les Livres de George
• La Chambre rose et noire
• Lectoplum
Songes d’une Walkyrie
Pousse de Gingko
• Colcoriane
Camellia Burrows
Au baz’art des mots
Mon univers fantasy
• La bibliothèque de Céline
Charlène Voirin
Eléonore B
La Marmotte qui lit
• Free Time – Lecture
Moglug
Light & Smell
Ibidouu

Durarara !!, t.2

Durarara !!, t.2

Tome 1

Quatrième de couverture :

Ikebukuro est le théâtre d’une série d’attaques à l’arme blanche. Alors que certains cherchent à identifier le coupable, l’agression d’un membre des Dollars va déclencher des événements qui risquent de changer le visage du quartier…

Pour le plus grand plaisir de celui, qui dans l’ombre, tire les ficelles.

Lire la suite

Normal(e)

Normal(e)

Quatrième de couverture :

« La voilà, l’occasion pour moi de tout déballer.
Cinq petits mots : Je. Veux. Être. Une. Fille. Une phrase qui refuse de sortir. Qui me réduit au silence. Maman s’attend certainement à ce que je lui dise que je suis gay. Il y a sans doute des mois qu’elle se prépare à cette conversation. Sauf qu’elle et papa ont tout interprété de travers.
Je ne suis pas gay. Je suis juste une fille coincée dans un corps de mec. »

Lire la suite