L’homme-dragon

L’homme-dragon

Quatrième de couverture :

Au Royaume d’Organd, la Guerre Éternelle oppose les hommes aux dragons depuis plus de cent ans.
Le jeune Nocturne a été envoyé par son père dans la capitale du Royaume pour représenter son village lors de la cérémonie des chasseurs de dragons… Mais Nocturne, animé par d’autres desseins, n’a pas la volonté de suivre la volonté du chef de village…
Il préfère défier le Comte Lerith, le meneur des chasseurs. Ce que Nocturne n’avait pas prévu, c’est sa rencontre avec Aurore, une jeune femme bien mystérieuse, qui ressemble étrangement à la princesse du Royaume…
De l’homme ou du dragon, qui aura le dessus ?
Lire la suite

Courts retours #23

Salutations, les lecturovores !
Pour ce Courts retours, je vais vous parler éducation et féminisme avec Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe de Chimamanda Ngozi Adichie, thriller avec Millenium 3 – La reine dans le palais des courants d’air de Stieg Larsson, et adaptation en BD avec Artemis Fowl – la bande dessinée d’Eoin Colfer, adapté par Michael Moreci et illustré par Stephen Gilpin.
En avant !

C’est lundi, que lisez-vous ? #211

C’est lundi, que lisez-vous ? est un rendez-vous organisé par I Believe in Pixie Dust.

Ce que j’ai lu la semaine passée

J’ai beaucoup aimé Les griffes et les crocs de Jo Walton, une histoire typique de roman victorien si ce n’est que les personnages principaux sont… des dragons – un régal. J’ai également dévoré Rose Rase d’Illana Cantin, un roman jeunesse sur le féminisme et la lutte (ici, l’héroïne commence par boycotter les cours et invite les autres femmes à en faire de même). Puis je me suis fait plaisir avec l’adaptation en BD d’Artemis Fowl – adaptation par Eoin Colfer lui-même, adapté par Michael Moreci et dessiné par Stephen Gilpin. Un déception avec L’homme-dragon d’Éric Sanvoisin ; ce roman jeunesse me bottait bien mais les trop nombreux clichés m’ont exaspérée.
Hier, j’ai commencé deux nouvelles lectures : La dernière fois que j’ai cru mourir c’était il y a longtemps de Clémence Michallon (et je pense que je vais le lire assez rapidement! J’en suis au premier quart et ça me plaît) et Le Trône de fer – Intégrale 2 de George R.R. Martin (qui est en vérité une relecture et, pour le coup, avec ses presque mille pages et son texte écrit tout petit, ça va me prendre pas mal de temps).

Lire la suite

Premières lignes #233

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.

 

Le climat de ras-le-bol s’était installé bien avant l’épisode Ameline Brillant. Être renvoyées chez vous pour des jeans troués et des tee-shirts trop courts nous hérissait depuis un bon moment, mais s’il n’y avait que ça… Ça nous faisait criser quand les surveillants d’internat empêchaient les filles de visiter leurs amies après 21 heures sous prétexte qu’elles étaient trop bruyantes, alors que les garçons avaient la permission de 23 heures. Ça nous énervait de voir qu’on dépensait des sommes astronomiques pour que l’équipe masculine de handball fasse la tournée des championnats, quand les coureuses, pourtant plus nombreuses et bien mieux classées, devaient vendre des croissants tous les matins pour financer le voyage jusqu’à Londres. Ça nous mettait en rogne d’apprendre qu’un prof de maths avait mis une retenue à une seconde qui avait éclaté en sanglots en plein cours à cause de ses règles douloureuses – elle faisait son cinéma, prétendait-il.
C’était donc loin d’être n secret : au lycée Olympe de Gouges, les femmes étaient bien moins loties que les hommes. Constat ironique quand on réalisait que l’établissement portait le nom d’une grande figure des droits des femmes, une qui aurait été du genre à balancer son porc. On ne s’y faisait pas, à cette ambiance misogyne, néanmoins on vivait avec ; l’établissement était renommé, et l’avoir fréquenté passait bien sur un dossier. Mais avec Ameline Brillant, tout avait éclaté.

Rose Rage, Illana Cantin, 2020.

Rose Rage

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite

Super espions, tome 2 : Mission Odette

Super espions, tome 2 : Mission Odette

Quatrième de couverture :

C’est les vacances et Juliette et son cousin Nathan partent à NEW-YORK ! Mais à peine sont-ils arrivés que la tante, qui devait les accueillir, disparaît mystérieusement… Et si c’était à cause des SUPER GADGETS dont sont appartement fourmille ?

Qu’est-elle au juste : inventrice de génie ou espionne ? Qu’importe, la mission des cousins est de RETROUVER ODETTE !

Lire la suite

C’est lundi, que lisez-vous ? #210

C’est lundi, que lisez-vous ? est un rendez-vous organisé par I Believe in Pixie Dust.

Ce que j’ai lu la semaine passée

Après avoir terminé la pavasse qu’est Docteur Sleep (vraiment bien), j’ai lu l’excellent Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe avant de débuter Les griffes et les crocs – j’ai tellement attendu avant de m’y lancer !

Lire la suite

Premières lignes #232

Bien le bonjour, les lecturovores !
Aujourd’hui, les premières lignes que je vous présente sont un peu spéciales : il s’agit du premier poème du recueil Les planches courbes d’Yves Bonnefoy.
Bonne lecture à vous.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.

 

Les rainettes, le soir

I

Rauques étaient les voix
Des rainettes le soir,
Là où l’eau du bassin, coulant sans bruit,
Brillait dans l’herbe.

Et rouge était le ciel
Dans les verres vides,
Tout un fleuve la lune
Sur la table terrestre.

Prenaient ou non nos mains,
La même abondance.
Ouverts ou clos nos yeux,
La même lumière.

Les planches courbes, Yves Bonnefoy, 2001.

Les planches courbes

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite

Les planches courbes

Les planches courbes

Quatrième de couverture :

Salué dès sa publication en octobre 2001 comme l’un des livres majeurs d’Yves Bonnefoy, Les Planches courbes s’impose en effet au sommet d’un œuvre sans faiblesse ni reniement. Une parole qui sait magistralement faire la place du sens et du chant s’élève, à la fois affirmée et fragile, inquiète et souveraine. Les planches courbes auxquelles le titre se réfère sont celles de la barque du passeur qui tente encore une avancée entre les deux rives du fleuve, les deux rives du rêve, les deux rives de la vie.

Lire la suite

Pumpkin Autumn Challenge – 2020

Salutations, cher·es lecturovores !
L’édition de ce nouveau Pumpkin Autumn Challenge, organisé par Guimause, est une édition spéciale enchanteresses. Il se déroule du 1er septembre au 31 novembre 2020 – il a donc déjà commencé au moment où j’écris ces lignes.
Cette année, je vise l’option 2 – je compte débloquer le palier Un appétit de goule (et je valide ainsi la première option au passage).
Grâce à cette publication, vous pourrez suivre mon avancé.
Et vous, vous participez au challenge ? Vous êtes du genre à avoir déjà fait toute une PAL ou vous piocherez au fur et à mesure ?

Lire la suite