C’est lundi, que lisez-vous ? #311

C’est lundi, que lisez-vous ? est un rendez-vous organisé par Millina, qui a désormais repris le flambeau.

Ce que j’ai lu la semaine passée

J’ai terminé l’écoute de Respire (quelle histoire surprenante !) et lecture de La fille cachée. Pour le reste, pas mal de livres mais ils étaient assez courts ou bien il s’agissait de comics. Le recueil de contes Le Bureau des chats est le seul livre encore entre mes mains aujourd’hui.

Lire la suite

Premières lignes #333

Salutations !
Nouvelles premières lignes aujourd’hui : celles d’un court roman biographique sur la célèbre aviatrice Amelia Earhart, disparue mystérieusement en mer lors de la dernière étape de son tour du monde. Je ne sais pas si la journaliste Cathy White a réellement existé – je n’ai rien trouvé à son sujet –, toujours est-il que ces paragraphes nous présentent les deux femmes et que c’est une bonne entrée en matière.
Merci à Patricia pour m’avoir permis la découverte de ce livre ! Sa chronique est ici (cliquez).

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

2 juillet 1937, 10 heures du matin. Cathy White scrutait le ciel d’un bleu immaculé, en imaginant l’Electra qui venait de décoller, piloté par les mains expertes d’Amelia Earhart, célèbre aviatrice partie pour un tour du monde. La jeune journaliste, qui mesurait la chance qu’elle avait de couvrir un événement aussi exceptionnel, ne manquait pas de conserver précieusement les articles qu’elle avait écrits à son propos.
C’était son premier vrai sujet, le premier d’envergure. Il la rendait franchement fière, il justifiait les années de privations pendant les études, les railleries de son entourage incapable de comprendre son engouement pour un tel métier.

Depuis plusieurs années, Amelia Earhart occupait les grands titres des journaux. Ses compétences de pilote, ses exploits, sa féminité assumée, et maintenant ce tour du monde qu’elle avait entrepris, et qu’elle était sur le point de terminer.
Cathy avait été choisie pour suivre l’événement en exclusivité, aussi l’aviatrice était-elle devenu un modèle pour la jeune journaliste encore inexpérimentée, qui gardait ancrée en elle cette phrase parmi d’autres : « Comme les hommes, les femmes doivent tenter de réussir et si elles échouent, leur échec doit être un défi pour d’autres femmes. »
Message reçu, Amelia. Votre tour du monde était aussi un exploit pour Cathy, et pour cela elle vous serait éternellement reconnaissante.

Amelia Earhart – L’aviatrice qui voulait faire le tour du monde, Pascale Perrier et Isabelle Delorme, 2020.

Amelia Earhart – L’aviatrice qui voulait faire le tour du monde

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Millenium, tome 4 : Ce qui ne me tue pas

Millénium 4 – Ce qui ne me tue pas

Tome 1 : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes
Tome 2 : La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette
Tome 3 : La reine dans le palais des courants d’air

Quatrième de couverture :

Elle est une hackeuse de génie. Une justicière impitoyable qui n’obéit qu’à ses propres lois.
Il est journaliste d’investigation. Un reporter de la vieille école, persuadé qu’on peut changer le monde avec un article. La revue Millénium, c’est toute sa vie.
Quand il apprend qu’un chercheur de pointe dans le domaine de l’intelligence artificielle détient peut-être des informations explosives sur les services de renseignements américains, Mikael Blomkvist se dit qu’il tient le scoop dont Millénium et sa carrière ont tant besoin. Au même moment, Lisbeth Salander tente de pénétrer les serveurs de la NSA…

Série noire sur le Chérie Noire

Série noire sur le Chérie Noire

Quatrième de couverture :

Sur le Chérie Noire, pauvre raffiot amarré au milieu des yachts de Saint-Martin, Philémon Frigo cherche un sujet pour son prochain livre. Pressé par son éditeur, Philémon promet d’écrire en trois semaines une biographie de Jean Philibert Loca, légende vivante de la littérature… Et vogue la galère, sur laquelle l’accompagne Souad, la belle secrétaire touareg à la stupéfiante collection de Bikini. Pour la faire frémir, Philémon parsème la biographie de Loca d’invraisemblables rebondissements… Jusqu’à ce que, pour le plus grand bonheur de tous, fiction et réalité viennent se mêler.

C’est lundi, que lisez-vous ? #310

C’est lundi, que lisez-vous ? est un rendez-vous organisé par Millina, qui a désormais repris le flambeau.

Ce que j’ai lu la semaine passée

Trois lectures terminées, deux nouvelles en cours : La fille cachée et Respire (en audio). Le premier est un roman policier très prenant mais je trouve parfois la traduction étrange, maladroite. A part cela, qui ne fait surface qu’occasionnellement, l’histoire me plaît beaucoup et j’ai hâte d’en avoir le fin mot ! Quant à Respire que j’écoute en faisant mon point de croix Pokémon, c’est plein de mystères et j’aime beaucoup la voix du narrateur, Antoine Tomé (connu pour avoir doublé l’inspecteur Darryl dans Charmed, Scar dans Fullmetal Alchemist, plusieurs voix dans One Piece, Yasu dans Nana, des voix dans de nombreux jeux vidéo et nombreux films… – il est prolifique et je suis persuadée que vous avez déjà entendu sa voix un jour).

Lire la suite

Premières lignes #332

Aimez-vous les licornes ?
Pour les premières lignes de ce jour, je vous propose de découvrir un ouvrage décrit comme « petit livre » mais qui, croyez-moi, est assez grand et promet d’être riche ! Il y a une touche d’humour dans l’avant-propos, je me demande si on la retrouvera au fil des pages. Quoiqu’il en soit, ça m’a donné envie d’en savoir plus.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

AVANT-PROPOS

Ce petit livre essaie de répondre avec le sérieux d’un rhinocéros et la légèreté d’une biche à quelques questions sur les licornes.

• D’où vient cette bête unicorne et imaginaire, connue de tous bien qu’absente tant des mythologies savantes que des traditions populaires ?
• Comment la licorne, qui fut d’abord assez trapue et armée d’une corne noire, a-t-elle acquis la silhouette qu’on lui connaît aujourd’hui, celle d’une fine et blanche cavale à la corne torsadée ?
• Quelles relations, honnêtes ou malhonnêtes, a entretenues et entretient encore la licorne avec les autres animaux, qu’ils soient imaginaires comme le dragon ou réels comme le lion ou l’éléphant ?
• Où trouve-t-on la licorne, comment la chasse-t-on, et qu’est-ce que c’est exactement cette histoire de jeune vierge ?
• Que peut-on bien faire avec une corne de licorne, si par hasard on en trouve une, ou si on en achète une chez un antiquaire – j’ai des adresses à Paris, si cela vous intéresse ?
• Et bien sûr, pourquoi voit-on depuis une quinzaine d’années des licornes partout ?

Ces questions, nous irons les poser à toutes sortes de licornes, à celles vues par les voyageurs, dessinées ou sculptées par les artistes, racontées par les écrivains, étudiées par les savants, à celles d’Europe mais aussi plus rapidement à celles du monde arabe ou oriental, à celles du Moyen Âge et de la Renaissance mais aussi à celles de l’époque romantique et à celles d’aujourd’hui. Si elles ne parlent guère, elles ont néanmoins toutes beaucoup à nous dire, et, en premier lieu, que les hommes qui les ont connues, ou du moins décrites, n’étaient pas si différents de nous.

Licornes – Métamorphoses d’une créature millénaire, Bruno Faidutti, 2022.

Licornes – Métamorphoses d’une créature millénaire

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Respirer le noir

Respirer le noir

Toucher le noir

Résumé de l’éditeur :

Barbara Abel, Franck Bouysse, Hervé Commère, Adeline Dieudonné, François-Xavier Dillard, Chrystel Duchamp, R. J. Ellory, Karine Giebel, Vincent Hauuy, Sophie Loubière, Jérôme Loubry, Dominique Maisons et Mo Malø. Ces auteurs prestigieux, maîtres incontestés du frisson, nous entraînent dans une exploration sensorielle inédite autour de l’odorat.

Douze nouvelles originales, singulières et surprenantes, pour autant de voyages olfactifs à la découverte de mondes connus ou futuristes, de personnages terrifiants ou terriblement humains ; douze expériences sensorielles qui vous marqueront durablement de leur effluve.

Retenez votre souffle et laissez vos sens vous guider dans le noir.

PAL du mois d’août 2022

PAL du mois d’août 2022

Pour mes vacances (partie 2), je me prévois de la SFFF à fond avec Le tombeau scellé, tome 1 : Gideon la Neuvième de Tamsyn Muir et Les aventuriers de la mer, tome 5 : Prisons d’eau et de bois de Robin Hobb. Du côté du neuvième art, je pense lire trois comics qui traînent depuis quelques temps dans ma PAL, à savoir Lois Lane & le challenge de l’amitié de Grace Ellis et Brittney Williams, Superman écrase le Klan de Gene Luen Yang et Gurihiru et Antihéros de Kate Karyus Quinn, Demitria Lunetta et Maca Gil. Mais avant les vacances et avant les comics, car j’ai très très envie de romans en ce moment, il y aura la réédition d’un roman d’Evelyne Brisou-Pellen : La voix du volcan, paru initialement en 1993 (j’ai lu beaucoup de ses livres mais pas celui-ci, j’espère qu’il a bien vieilli), Série noire sur le Chérie Noire de Jean-Paul Nozière (un policier jeunesse qui sera une relecture), Le Bureau des chats de Kenji Miyazaki (un recueil de contes japonais), Le jardin qui est un polar coréen de Hye-Young Pyun, et enfin Marie-Thérèse Eyquem, une biographie signée Florys Castan Vicente.

Et vous, quoi de prévu ?
Excellent mois d’août à vous, profitez bien 😎

Dans ton cul

Dans ton cul

Résumé de l’éditeur :

Puissante et transgressive, Dans ton cul brandit sur scène les arguments du SCUM Manifesto. Prophétie de rue au caractère visionnaire, elle annonce la fin de la domination masculine.

« Valerie Solanas écrit du point de vue des putes, des gouines et des enragées… Son ironie est une arme, sa seule arme dans un système qui détruit les marginales, aussi brillantes soient-elles. » W.D.