Premières lignes #257

ILe principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

INTRODUCTION

À toi qui lis.
Je veux dire merci. Pendant toute l’année que ce livre aura demandé pour être écrit, préparé, mis en page, j’ai souvent pensé à toi. J’ai essayé de me projeter dans tes intentions et tes espoirs ; j’ai écrit chaque ligne en cherchant à la rendre utile. Écrire aura été plus difficile que je le pensais, mais aussi moins solitaire. Parce que tu étais déjà là.

En attendant les occasions de se rencontrer, d’avoir (enfin) des retours de lecteur·rices·x sur ce texte, je ne peux que parler de mes intentions. J’avais l’envie – et je m’étais mise au défi – de créer un double niveau de lecture, pour que, d’une part, les personnes trans puisent des ressources et un empouvoirement ; et que, d’autre part, les personnes cisgenres trouvent des réponses et un espace de pédagogie.
Pédagogie sur quoi ? Pédagogie pourquoi ? Parce tout dans notre société se base sur des dynamiques de genres : tout n’y est qu’histoires de genres. Parce que le recul manque pour voir ce que ces dynamiques impliquent pleinement. Et surtout, parce qu’elles restent en grande majorité invisibles, et, au premier plan, celles qui concernent les personnes transgenres.

Il s’agit de comprendre et définir les spécificités des personnes trans et l’intégration de ce grand groupe social dans la société : une histoire de normes, de conditionnements, de rejets donc ; une histoire de la division trans/cis, des parcours individuels et des possibles blessures que la transidentité peut entraîner dans le rapport aux autres. J’ai voulu y mettre de moi ; un tel sujet aurait pu être traité de façon plus formelle mais j’avais à cœur de donner le sens d’une discussion entre nous, d’un partage de réflexions et de connaissances que j’espère pouvoir prolonger hors du papier.

J’avoue aussi avoir voulu être ambitieuse. Si l’exhaustivité n’était pas possible, l’idée était de créer un panorama des sujets que la transidentité peut recouvrir, des mots et arguments qui y sont souvent convoqués, des émotions que ceux-ci peuvent faire naître.  Ensemble, nous tenterons une déconstruction de tout un tas de choses ; pas pour le plaisir, mais par besoin de reconstruire. Reconstruire mieux, et pour tout le monde.

Écrire cet ouvrage n’a pas été chose aisée. D’abord justement parce que j’ai voulu être ambitieuse et produire un livre qui serait utile dans le temps, mais aussi parce que mon expérience personnelle de l’écriture ne m’avait encore jamais amenée à réfléchir à comment construire un livre.

Une histoire de genres. Guide pour comprendre et défendre les transidentités, Lexie, 2021.

Une histoire de genres. Guide pour comprendre et défendre les transidentités

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Sponsored Post Learn from the experts: Create a successful blog with our brand new courseThe WordPress.com Blog

WordPress.com is excited to announce our newest offering: a course just for beginning bloggers where you’ll learn everything you need to know about blogging from the most trusted experts in the industry. We have helped millions of blogs get up and running, we know what works, and we want you to to know everything we know. This course provides all the fundamental skills and inspiration you need to get your blog started, an interactive community forum, and content updated annually.

Isola, tome 1

Isola, tome 1

Quatrième de couverture :

À l’aube d’une guerre imminente, la reine Olwyn, en proie à un étrange maléfice, est contraire de fuir la capitale, accompagnée de Rook, sa protectrice inexpérimentée. Pour lever la malédiction et lui permettre de sauver le royaume de Marr, il leur faudra gagner une île mystérieuse à l’autre bout du monde, un lieu que les légendes nomment Isola, la terre des morts…

Lire la suite

Beloved

Beloved

Quatrième de couverture :

Inspiré d’un fait divers survenus en 1856, Beloved exhume l’horreur et la folie d’un passé douloureux. Ancienne esclave, Sethe a tué l’enfant qu’elle chérissait au nom de l’amour et de la liberté, pour qu’elle échappe à un destin de servitude. Quelques années plus tard, le fantôme de Beloved, la petite fille disparue, revient douloureusement hanter sa mère coupable.

Loin de tous les clichés, Toni Morrison ranime la mémoire et transcende la douleur des opprimés. Prix Pulitzer en 1988, Beloved est un grand roman violent et bouleversant.

Lire la suite

Courts retours #30

Bien le bonjour, les lecturovores !
Aujourd’hui, je vais vous parler d’un album biographique : 30 destins d’alpinistes de Jessica Jeffries-Britten et illustré par Emmanuelle Halgand. Je vais également partager avec vous mes retours sur le deuxième tome du très bon Trait pour trait – Dessine et tait-toi ! d’Akiko Higashimura et des tomes 3 à 6 du Tigre des neiges de la même mangaka.

Les impatientes

Les impatientes

Quatrième de couverture :

Trois femmes, trois histoires, trois destins liés. Ce roman polyphonique retrace le destin de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l’époux de Safira, tandis que Hindou, sa sœur, est contrainte d’épouser son cousin. Patience ! C’est le seul et unique conseil qui leur est donné par leur entourage, puisqu’il est impensable d’aller contre la volonté d’Allah. Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel.» Mais le ciel peut devenir un enfer. Comment ces trois femmes impatientes parviendront-elles à se libérer ?

Mariage forcé, viol conjugal, consensus et polygamie : ce roman de Djaïli Amadou Amal brise les tabous en dénonçant la condition féminine au Sahel et nous livre un roman bouleversant sur la question universelle des violences faites aux femmes.

Lire la suite

[ENTRETIEN] – Agnès, de la librairie Calypso

Il n’y a pas très longtemps, une amie m’a parlé d’une librairie mettant en avant des auteurs et autrices des Outre-Mer et des Caraïbes : la librairie Calypso. Agnès, la gérante de la librairie, a accepté de répondre à quelques-unes de mes questions, qui tournent autour de sa librairie, de son parcours et des livres. Encore merci à elle de m’avoir accordé de son temps.
Adresse de la librairie Calypso : 17 bis avenue Parmentier, 75011 Paris

Afin de présenter votre librairie à celles et ceux qui nous lisent, pouvez-vous expliquer le concept de votre librairie ?
Agnès : La librairie Calypso est une librairie généraliste dans le sens où il y a des romans, des poèmes, des livres jeunesse, des documentaires historiques, des livres de cuisine… La seule particularité est que les auteurs viennent des Outre-Mer et des Caraïbes, ou alors le sujet est l’Outre-Mer et la Caraïbe. Les Outre-Mer englobent les départements et territoires d’Outre-Mer français. La Caraïbe : les états indépendants de la Caraïbe créolophone, anglophone et hispanophone.
Je tenais à ce qu’il y ait une partie salon de thé car je trouve que c’est agréable de pouvoir savourer un thé et une pâtisserie en lisant un bon livre. Les produits viennent également des Outre-Mer : thé de la Réunion (unique département français à produire du thé), café de Guadeloupe, pâtisseries de Martinique…
Mon projet comprend également une partie galerie d’art : je souhaite accueillir de temps en temps des œuvres d’artistes de ces régions. Même si c’est deux ou trois œuvres car mon espace n’est pas très grand, mais cela pour permettre aux personnes de découvrir les nombreux artistes que nous avons.
Toutes les régions françaises d’Outre-Mer, à l’exception de la Guyane, sont des îles. L’insularité entraîne une singularité qui se retrouve dans la littérature et dans la vision que l’on a du monde.

Lire la suite

C’est lundi, que lisez-vous ? #234

C’est lundi, que lisez-vous ? est un rendez-vous organisé par I Believe in Pixie Dust.

Ce que j’ai lu la semaine passée

Encore une bonne semaine de lecture de passée, mais toujours ce sentiment de ne pas avancer des masses, la faute à des livres dépassant allègrement les mille pages ! Sans compter que j’ai eu finalement peu de temps pour me plonger dans des livres. Au moins ai-je terminé Beloved et l’adaptation de Sacrées Sorcières par Pénélope Bagieu. Les autres livres sont toujours en cours de lecture !

Lire la suite

Premières lignes #256

Bien le bonjour !
En ce moment, après quelques mois sans en lire, je commence à avoir de grandes envies de thriller… En regardant ma pile à lire, ce roman de Karine Giébel m’a fait de l’œil et, si le prologue me semble quelque peu opaque, ma curiosité est tout de même sacrément piquée.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

PROLOGUE

Tous les soirs se ressemblent, les nuits aussi. Et les jours, c’est pareil.
À quoi se raccrocher, alors ?
Aux repères, ceux qui rythment le temps, évitant qu’il ne devienne une hideuse masse informe.
S’y cramponner, comme à des arbres au milieu d’une plaine infinie, à des voix au cœur du silence.
À chaque heure, quelque chose de précis. Gestes, odeurs ou sons.
Et, au-delà des murs, le train.
Décibels de liberté venant briser l’aphasique solitude. Celle-là même qui vous dévore lentement, morceau après morceau. Qui vous aspire sans heurt vers les abimes du désespoir.
Le train, comme un peu du dehors qui s’engouffre en vous jusqu’à l’âme, se moquant des barrières, de l’épaisseur du béton ou de la dureté de l’acier.
Fuir avec lui.
Voyages imaginaires qui transportent ce qu’il reste de soi vers des destinations choisies.
S’accrocher aux wagons, prendre le train en marche.
Il ne reste plus que ça.
Là, au cœur de la perpétuité.

Meurtres pour rédemption, Karine Giébel, 2006.

Meurtres pour rédemption

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Broderies en Bretagne

Broderies en Bretagne

Après vous avoir présenté la Galerie armoricaine et Les costumes bretons, c’est enfin au tour de Broderies en Bretagne, un bel ouvrage qui vient conclure cette semaine autour du patrimoine vestimentaire breton. Ici, nous entrons dans le détail, dans ce qui fait l’une des renommées de la Basse Bretagne, à savoir, comme l’indique le nom du livre, la broderie. Quel est l’histoire de cet art ? Qui ornait ainsi ses vêtements ? Quels étaient les différents motifs et où les portait-on ? Ce livre répond à toutes ces questions, et bien plus encore.

Résumé de l’éditeur :

Dans ce premier volet sur la broderie, les auteures, spécialistes s’il en est de ce vaste sujet, s’intéressent à la broderie sur tissu : châles, tabliers, gilets, etc…
Elles listent les points, les couleurs, les motifs les plus utilisés par terroir, en racontant l’histoire, l’usage et l’évolution. Enfin, toujours dans une démarche pédagogique, elles communiquent leur savoir-faire et leur expérience, avec patrons à l’appui à réaliser chez soi, pour des usages traditionnels ou des déclinaisons plus actuelles en couture et en décoration.

Tous les points expliqués, 13 modèles à reproduire.

Lire la suite

Les costumes bretons

Les costumes bretons

Après avoir parlé mardi dernier de la Galerie armoricaine – Costumes & vues pittoresques de la Bretagne de François Hippolyte Lalaisse et Félix Benoist, nous nous retrouvons aujourd’hui pour le deuxième livre de cette semaine spéciale autour des costumes bretons, avec de nouveau une publication des éditions Equinoxe et dont le titre est sans équivoque : Les costumes bretons de Victor Lhuer. Cette fois, place à un travail à l’aquarelle !
Lire la suite