Lune rousse

Lune rousse – édition collector

Quatrième de couverture :

L’une vit le jour, l’autre vit la nuit…
1846. Un soir d’automne, le ciel est rouge au-dessus du village de Thiercelieux.
Lapsa et Lune ont grandi ensemble mais cette nuit-là, l’appel de la lune rousse va les séparer. Lapsa découvre qu’on lui a menti sur la mort de ses parents et se jure de découvrir la vérité. Lune se lance à la poursuite d’un loup noir, jusqu’à un coffre caché sous un rocher. À l’intérieur : des masques de loups, un poème oublié qui parle de vengeance…
Un masque sur le visage, la jeune fille se sent soudain investie d’une force animale. Elle fait le serment de lutter contre les injustices qui frappent le village.
Mais la malédiction des loups, surgie du passé, ne risque-t-elle pas de bouleverser Thiercelieux et de les dépasser toutes les deux ?

Premières lignes #142

Etant en week-end, je ne pourrai actualiser les liens que demain. N’hésitez pas à les mettre en commentaire pour partager avec les autres lecturovores en attendant !
Ce dimanche, ce sont les premières lignes de l’une des mes lectures en cours, Lune rousse. Je les aime beaucoup car, vraiment, elles présagent une histoire pleine de non-dits, de secrets, et ceux-ci seraient alors révélés par la plus inattendues des personnes.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Auparavant, je vous demandais de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article.  Désormais, si vous avez une page dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; ce sera plus rapide pour moi d’actualiser vos liens – et je passerai toujours découvrir vos premières lignes.

.

Que chacun donc veille à se taire
car j’ai l’intention de vous raconter une belle histoire,
et j’en connais plus d’une !
Avec un peu d’attention,
Vous pourriez en tirer une leçon
fort utile.
Certes, on a l’habitude de me prendre pour un fou,
pourtant, j’ai appris à l’école
que la vérité sort de la bouche des fous¹.

 

1. Avertissement du conteur, Le Roman de Renart, texte établi et traduit par Jean Dufournet et Andrée Méline, GF-Flammarion, 1985. Tome 1, p.309-311.

Lune rousse, Paul Beorn et Silène Edgar, 2018.

Lune rousse

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite

Un point sur les challenges

Mes lecturovores,

La fin de l’année approche et, avec elle, son lot de challenges qui vont bientôt débuter. Alors oui, il y en a toute l’année, c’est vrai, mais j’aime beaucoup les challenges annuels qui me permettent de mettre en avant certains genres littéraires, mais aussi et surtout m’aident à avoir un objectif en plus de vider ma PAL et prendre plaisir à découvrir de nouvelles lectures. Lire la suite

La sorcière Camomille – Œuvres complètes

La sorcière Camomille – Œuvres complètes

Quatrième de couverture :

Voici regroupées les dix aventures pleines d’humour de la célèbre sorcière Camomille…

La naissance de la sorcière Camomille
Le mariage de la sorcière Camomille
La grande fête de la sorcière Camomille
La sorcière Camomille à Paris
Le voyage à Venise de la sorcière Camomille
La sorcière Camomille et Mona la guenon
La sorcière Camomille et le château hanté
La sorcière Camomille au congrès de sorcellerie
Les vacances de la sorcière Camomille
Le Noël de la sorcière Camomille

Malala – L’histoire de mon engagement pour le droit des filles

Malala – L’histoire de mon engagement pour le droit des filles

Quatrième de couverture :

L’histoire vraie de Malala, plus jeune lauréate du prix Nobel de la paix, et de son combat pour l’éducation.

Avant de devenir célèbre, Malala était une jeune fille comme les autres qui a simplement osé défendre une cause qui lui tenait à cœur. Dans sa région du Pakistan autrefois si paisible, alors qu’on leur interdit désormais d’aller à l’école, Malala a risqué sa vie pour le droit de toutes les filles à recevoir une éducation.
Cette version abrégée de son autobiographie, qui inclut des illustrations, un glossaire, ainsi qu’une chronologie de la vie de Malala, raconte l’histoire remarquable d’une jeune fille qui a refusé de se taire. Malala s’exprime face à la haine pour offrir son message de persévérance et d’espoir.

Fun Home

Fun Home

Quatrième de couverture :

Secrets de famille, déchirures cachées, enfance gothique, anxiétés sexuelles et grande littérature.. Une autobiographie familiale à l’humour sombre et à la lucidité éblouissante…
Bruce Bechdel enseigne l’anglais dans une petite ville de Pennsylvanie tout en dirigeant le « Fun Home », le salon funéraire familial. Sa sensibilité, sa passion des livres, son raffinement s’expriment tant dans l’embaumement des corps que dans la restauration obsessionnelle de sa maison et la dictature esthétique à laquelle il soumet sa femme et ses trois enfants. La jeunesse d’Alison, sa fille, est envahie par l’ombre de ce père aux secrets brûlants, ogre des sentiments à la fois distant et infiniment proche. Elle découvre en même temps sa propre homosexualité et celle, soigneusement cachée, de ce tyran charmant, inconséquent et tourmenté, dont la mort brutale à 44 ans a tout d’un suicide.
Dépassant de loin sa fonction d’exorcisme personnel, cette plongée vertigineuse dans les non-dits d’une famille américaine est le prétexte à revisiter l’une des plus grandes révolutions du XXe siècle – celle des genres sexuels.

Premières lignes #141

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Auparavant, je vous demandais de mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article.  Désormais, si vous avez une page dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; ce sera plus rapide pour moi d’actualiser vos liens – et je passerai toujours découvrir vos premières lignes.

.

Cendrelle

Je suis une rousse des années 80. Française. Nul n’est parfait. À quinze ans, j’étais convaincue qu’en l’an 200 ma vie serait aussi passionnante que celle d’Albator et aussi romantique que celle de Candy. Je serais une guerrière comme Pappy Boyington, j’aurais la classe d’Emma Peel, la force et le charme de Wonder Woman. J’accepterais des missions impossibles, j’explorerais la quatrième dimension. De preux chevaliers se battraient pour m’épouser… Il ne pouvait en être autrement. Il suffisait d’attendre. Les choses ne se sont pas tout à fait passées comme prévu.

Je m’appelle Cendrelle. Côté cœur, je suis célibataire par intermittence depuis 1995.

La rousse qui croyait au Père Noël a 29 ans, Suzanne Marty, 2018.

La rousse qui croyait au Père Noël a 29 ans

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite