[INSCRIPTION] Challenge de l’Imaginaire – 9e (01/01/2021 – 31/12/2021)

∴ FORMULAIRE D’INSCRIPTION ∴

 

Ça y est, le dernier mois de 2020 approche et se terminera avec cette année particulière la huitième édition du Challenge de l’Imaginaire.
Ce challenge a été créé en 2013 par Mariejuliet et Amaruël a repris le flambeau en 2016. Depuis 2018, c’est moi qui gère le challenge. Quel est son but, me demanderez-vous ? Tout simplement de partager autour des littératures de l’Imaginaire, à savoir la SFFF (science-fiction, fantasy et fantastique). Et comment fait-on ? En écrivant des chroniques sur nos lectures !

Les stats des éditions précédentes : 1e éd. 31 inscrit·es – 2e éd. 25 inscrit·es – 3e éd. 32 inscrit·es – 4e éd. 98 inscrit·es – 5e éd. 81 inscrit·es – 6e éd. 50 inscrit·es – 7e éd. 69 inscrit·es – 8e éd. 52 inscrit·es

J’espère que vous serez nombreux·euses à nous rejoindre pour cette nouvelle aventure de l’Imaginaire ! N’hésitez pas à en parler autour de vous.



Le but du challenge :
L’objectif de ce challenge est de lire et de chroniquer des ouvrages appartenant à la littérature de l’Imaginaire, à savoir :
– la Science-Fiction
– la Fantasy
– le Fantastique
(avec leurs sous-genres comme la dystopie, la bit-lit etc.). Lire la suite

Premières lignes #244

Bien le bonjour !
Ce dimanche comme le dimanche précédent, je vous propose de découvrir les premières lignes d’un roman de Stephen King. De celui-ci, je sais seulement que c’est une uchronie : et si JFK n’était pas mort le 22 novembre 1963 ? L’incipit de ce roman nous replonge dans les faits.

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

« Il est pratiquement impossible à la rai-
son d’assimiler le fait qu’un petit homme
solitaire ait pu abattre un géant au milieu de
ses limousines, des ses légions, des ses foules,
de sa sécurité. Si une telle nullité a pu
détruire le chef de la nation la plus puissante
de la terre, alors un monde de démesure nous
engloutit et nous vivons dans un univers
absurde. »
Norman MAILER

« Quand il y a de l’amour, les cicatrices
de la variole sont aussi jolies que des fos-
settes. »
Proverbe japonais

« La danse, c’est la vie. »

22/11/63, Stephen King, 2011.

22/11/63

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite

Les Aventuriers de la mer, tome 1 : Le vaisseau magique

Les aventuriers de la mer, tome 1 : Le vaisseau magique

Quatrième de couverture :

Les Vivenefs sont des vaisseaux magiques liés à la famille qui les possède par des liens empathiques. Ces navires sont insaisissables, ils bravent les tempêtes, évitent les récifs, distancent les monstres marins, sèment les pirates… Et sont surtout l’objet de toutes les convoitises. Vivacia est la vivenef de la famille Vestrit. Le capitaine Ephron Vestrit est mourant et, parmi les siens, chacun ourdit complots et traîtrises pour s’approprier son vaisseau, car l’héritage d’une vivenef ne se transmet pas comme un legs normal. Et ce tandis que d’autres dangers se profilent à l’horizon : les serpents de mer qui infestent les océans se regroupent, et un ambitieux pirate aspire à unir ses pairs sous un seul pavillon : le sien…
Lire la suite

Le Chant des cavalières

Le chant des cavalières

Quatrième de couverture :

Dragons, cavalières et herboristes !

Un royaume divisé, instable, des forces luttant pour le pouvoir. Un Ordre de femmes chevauchant des dragons. Des matriarches, des cavalières, des écuyères et, parmi elles, Sophie, qui attend. Le premier sang, le premier vol ; son amante, son moment ; des réponses à ses questions. Pour trouver sa place, elle devra louvoyer entre les intrigues de la cour et de son Ordre, affronter ses peurs et ses doutes, choisir son propre destin, devenir qui elle est vraiment.

Lire la suite

C’est lundi, que lisez-vous ? #221

C’est lundi, que lisez-vous ? est un rendez-vous organisé par I Believe in Pixie Dust.

Ce que j’ai lu la semaine passée

Que de bonnes lectures, au cours de la semaine passée ! Concernant Ni vues ni connues, je n’ai bien sûr toujours pas terminé, et pour Rosa Bonheur, l’audacieuse, j’ai lu un peu plus de la moitié du bouquin et si la seconde partie est comme la première, alors c’est cool !

Lire la suite

Premières lignes #243

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. Pensez à mettre le lien de votre RDV en commentaire de l’article ou, si vous avez une page ou une catégorie dédiée, n’hésitez pas à me le faire savoir ; cela facilitera l’actualisation.
N’oubliez pas de me citer, ça fait toujours plaisir ♡

 

Première Partie

Le départ

1

« Prononcez le mot secret et gagnez cent dol-
lars. George, qui sont nos cent premiers concur-
rents ? George… ? Tu es là, George ? »
Groucho MARX, You Bet Your Life

Une vieille Ford bleue se présenta ce matin-là au guichet du parking, l’air d’un petit fatigué après une longue course. Un des gardiens, un jeune homme sans expression portant un uniforme kaki et ceinturon, demanda à voir la carte d’identité en plastique bleu. Le garçon assis à l’arrière la donna à sa mère, qui la remit au gardien. Celui-ci l’emporta vers un terminal d’ordinateur qui avait l’air bizarre et déplacé dans ce cadre rural. Le terminal avala la carte et écrivit sur son écran :

GARRATY RAYMOND DAVIS
RTE 1 POWNAL MAINE
CANTN D’ANDROSGOGGIN
N° d’immat.  49-801-89
O.K. — O.K. — O.K.

Le gardien appuya sur un bouton et tout disparut, laissant l’écran lisse, vert et vide. Il leur fit signe d’avancer.
— Ils ne rendent pas la carte ? demanda Mrs. Garraty. Ils ne…
— Non, maman, répondit patiemment Garraty.
— Eh bien, je n’aime pas ça, remarqua-t-elle en allant se garer dans un espace libre.
Elle répétait cela depuis qu’ils étaient partis dans la nuit, à 2 heures du matin. Ou plutôt, elle gémissait.
— Ne te fais pas de souci, dit-il à sans même y prêter attention.
Il était occupé à tout observer et absorbé par ses propres sentiments, d’attente et de peur. Il descendit avant même que la voiture eût pu pousser son dernier soupir. C’était un grand garçon, bien charpenté, portant un blouson militaire fané contre la fraîcheur de ce petit matin de printemps.

Marche ou crève, Stephen King, 1979.

Marche ou crève

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Lire la suite