Pocahontas, la princesse du Nouveau Monde

Pocahontas, la princesse du Nouveau Monde

Résumé de l’éditeur :

Pocahontas, fille du chef Powhatan, vient d’épouser, selon la coutume, son promis. Au même moment, trois navires britanniques abordent la côte Est de l’Amérique.

Nous sommes en 1607 et la vie de Pocahontas, comme celle de tout le continent américain, vient de basculer…

Mon avis :

Dès que j’ai ouvert cette bande dessinée, j’ai été surprise : les planches sont en bichromie, à savoir du noir et une sorte d’ocre un peu clair. Cela permet de mettre en valeur les personnages et certaines actions, et c’est donc très réussi.
Côté composition, on remarquera le découpage des planches en 6 cases (2×3) ; il arrive toutefois que deux ou quatre cases soient associées pour en former une plus grande. Dans tous les cas, cela reste toujours très carré, ou rectangulaire, mais ça ne prend jamais de forme originale. C’est un style que l’on retrouve beaucoup dans les bandes dessinées franco-belges alors que les manga et les comics américains favorisent des cases et des découpages très dynamiques. Est-ce pour autant moins attrayant ? Non, parce que les dessins sont suffisamment évocateurs et que, de toute façon, ce n’est pas une BD d’action ou d’aventure mais une biographie.

Extrait de la BD « Pocahontas, la princesse du Nouveau Monde » de Loïc Locatelli Kournwsky.

Je connaissais déjà, de façon plutôt sommaire, l’histoire de Pocahontas. Après avoir lu Pocahontas, la princesse du Nouveau Monde, je n’en sais pas énormément plus, mais j’ai pu en apprendre davantage concernant cette époque, les relations entre les indigènes et les colons. Cela reste du point de vue de Pocahontas, mais on comprend aisément les enjeux des deux côtés.
Pour nous raconter son histoire, Loïc Locatelli Kournwsky a découpé sa BD en trois grands chapitres et un épilogue. On débute par « Mataoka » qui est le véritable prénom de Pocahontas. De façon logique, parce qu’il y a une raison à ce surnom qui lui sera donné, le deuxième chapitre s’intitule « Pocahontas », et on termine avec « Rebecca ».

J’ai beaucoup apprécié cette BD tant pour son style graphique très plaisant que pour redécouvrir Pocahontas. Envers et contre tous – ou presque -, elle a tenté de créer des liens entre indigènes et colons, elle a sauvé John Smith… Vous en saurez sûrement plus en lisant la page Wikipédia qui lui est consacrée, mais lire Pocahontas, la princesse du Nouveau Monde est l’assurance de passer un bon moment ; les illustrations sont très belles et le récit reprend les éléments important de la vie de cette femme. Une bande dessinée à découvrir sans plus attendre.

Pocahontas, la princesse du Nouveau Monde, Loïc Locatelli Kournwsky • Editions Sarbacane • 2015 • 128 pages • 19,50€ • Genre : biographie, BD • ISBN : 9782848658254

9 réflexions sur “Pocahontas, la princesse du Nouveau Monde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s