Un raccourci dans le temps

Un raccourci dans le temps

Quatrième de couverture :

Rien ne va plus pour Meg Murry, 13 ans : son père a disparu, et personne ne s’intéresse à elle ni à ses problèmes. Car qui voudrait d’une fille qui se met tout le temps en colère ?
Heureusement, il y a son frère, Charles Wallace, un petit génie de cinq ans qui lit dans les pensées : lui est toujours là pour la réconforter.
Quant à ses nouvelles et bien étranges voisines, les sorcières Mme Qui, Mme Quidam et Mme Quiproquo, elles semblent savoir où se trouve M.Murry…
Et si Meg avait bien plus d’amis qu’elle ne le pense ?…

.
Mon avis :

Un raccourci dans le temps est un roman de Madeleine L’Engle paru en 1962 aux Etats-Unis. Très connu outre Atlantique, on ne peut pas en dire de même par chez nous. Il semble par ailleurs que ce roman ait eu un accueil mitigé lors de sa sortie mais, par la suite, il a connu un assez beau succès et a eu droit à plusieurs suites (le premier tome, qui est le livre dont je vais vous parler, peut se lire indépendamment des autres). En 2018, Disney a produit une adaptation cinématographique de ce roman et la bande-annonce m’avait bien fait envie. Par manque de temps, je me suis retrouvée à ne pas avoir vu le film mais à récupérer le bouquin qui, pendant presque un an, a attendu d’être lu dans ma bibliothèque.
Maintenant que je l’ai lu (et j’ai d’ailleurs regardé le film après avoir lu le roman – je vous en parle à la fin de cette chronique), j’avoue être un peu déçue et ne pas avoir pleinement apprécié ma lecture. Déjà, je pensais que ce serait un peu plus adolescent mais l’héroïne, Meg, a 13 ans et sont petit frère qui l’accompagne dans cette aventure, Charles Wallace, a 5 ans. Cela n’est guère important, je me suis ajustée à la tranche d’âge sans problème. En revanche, j’ai énormément eu de mal avec ces deux personnages : Meg car elle se laisse beaucoup trop portée par les événements (à part à la toute fin du roman, alors qu’on la suit tout le temps, elle reste passive), Charles Wallace car il fait trop « élu » (il a 5 ans et comprend mieux le monde que les autres). Heureusement, Mrs. Quiproquo, Mrs. Quidam et Mrs. Qui sont drôles et complètement perchées, elles ajoutent une bonne dose d’humour, et il y a Calvin, un garçon au collège avec Meg, qui est attachant, profondément bienveillant. Il y a donc des protagonistes appréciables voire très appréciables. Quant à l’histoire, elle est sympathique et bien menée : le père de Meg et Charles Wallace a disparu depuis quelques années. Quand la jeune fille apprend qu’elle peut le retrouver mais qu’il lui faudra voyager dans le temps et l’espace, elle n’hésite pas longtemps. On a donc la découverte de différents protagonistes dont certains vont aider la sœur et son frère, d’autres vont leur mettre des bâtons dans les roues. C’est un livre de voyage, d’aventure, de découverte… Bon, ne nous enflammons tout de même pas, c’est sympa mais pas sensationnel.
Une dernière chose que je souhaite souligner, c’est cette présence presque tue et en même temps bien présente de Dieu ; qu’importe qu’il soit question des croyances des humains ou des extraterrestres, c’est le même. A vous de vous faire votre avis là-dessus car nous n’avons pas toutes et tous les mêmes sensibilités sur le sujet ; j’ai personnellement trouvé que c’était too much.

Pour conclure sur le livre, c’est un roman jeunesse de science-fiction avec une bonne histoire mais un héros et une héroïne trop peu appréciables. Si j’en demande peu aux romans jeunesse, j’espère à chaque fois y trouver des personnages et une histoire sympathiques. Dommage que dans Un raccourci dans le temps il m’ait manqué l’un de ces éléments et que l’autre ne soit pas plus extraordinaire pour contrebalancer le premier.

Un petit point sur le film avant de terminer cette chronique : c’est une bonne adaptation et c’est super de voir certains des lieux qui font rêver. Toutefois, je comprends que le film soit considéré comme un flop puisque le récit et les personnages ne sont pas extraordinaires. Quoiqu’il en soit, si vous avez la curiosité de découvrir l’œuvre de L’Engle, je vous conseille le film pour son aspect visuel, ses quelques changements (je pense à la mère, à des personnages sans intérêt supprimés de l’adaptation…) et pour Levi Miller qui incarne Calvin (il a vraiment une bonne tête et un jeu plaisant).

Un raccourci dans le temps, Madeleine L’Engle • Titre VO : A Wrinkle in Time  Traduction : Anne Crichton Hachette • 2018 (1962 première édition en VO) • 300 pages • 15,90€ • Genre : science-fiction, jeunesse, quête • ISBN : 9782016273180

Ce livre participe au challenge Littérature de l’Imaginaire.
Ce livre participe au challenge Bingo de l’Imaginaire.
Ce livre participe au Hold My SFFF Challenge (#HMSFFF).

Publicités

10 réflexions sur “Un raccourci dans le temps

    • Ma Lecturothèque dit :

      Les décors et certaines créatures sont les gros points forts du film. Pour le reste, je comprends que tu n’en gardes pas de souvenir. Je pense que j’en garderai mais c’est aussi que j’ai lu le roman en plus de voir le film – enfin je dis ça mais on en reparle dans un an X)

      Aimé par 1 personne

  1. Audrey dit :

    Je croyais le roman beaucoup plus récent ! Je comprends mieux ta déception même si dans ta chronique, il n’y a rien de rédhibitoire pour moi 🙂
    Quant au film, avec un matériel à la base moyen, je ne suis pas trop étonnée que ce ne soit pas un chef-d’œuvre…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s