La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert

La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert

Résumé de l’éditeur :

À New York, au printemps 2008, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l’innocence de son ami Harry, Marcus, jeune écrivain à succès, abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête.

Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ?

.
Mon avis :

Quel livre ! Certes, ce roman n’en est pas pour autant un livre extraordinaire, sensationnel, mais c’est une très bonne histoire que nous raconte Joël Dicker, mêlant avec adresse le présent et le passer, l’amour et le drame, l’enquête et l’écriture.
La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert débute avec Marcus Goldman, un jeune auteur dont le premier roman a fait un tabac à sa sortie. Mais voilà, cela fait plus d’un an et, depuis, c’est la page planche. Alors il se décide à aller voir son ancien professeur, devenu son ami avec le temps, Harry Quebert, lui-même écrivain à succès. Mais voilà que, durant son séjour, Marcus découvre que Quebert a eu une liaison avec une jeune femme de quinze ans, Nola Kellergan, alors qu’il en avait lui-même trente-quatre. Au même moment, un cadavre est découvert dans le jardin du professeur. Marcus, convaincu de l’innocence de Harry, va tenter de découvrir la vérité.
La première chose que j’ai noté, dans mon carnet de lecture, c’est que j’ai aimé le découpage du roman. En effet, comme je l’ai dit en introduction, le récit navigue entre le présent et le passé, mais pas que ! On y lit la réalité de Goldman, des pages de son roman, des pages du best-seller de Harry, et il y a aussi des échanges sur l’écriture, etc. C’est assez dense, c’est vrai, mais c’est bien agencé, il y a une logique dans la construction du livre et on ne s’y perd jamais.
Ensuite, l’histoire est prenante. Si j’ai d’abord eu un peu de mal avec la relation entre Harry et Nola, le temps passant, les pages défilant, l’amour se fait à la fois concret et puissant ; malgré l’aspect quelque peu mièvre qu’on peut trouver à leur relation, c’est aussi le reflet d’une époque, la passion d’une adolescente et l’adoration d’un homme pour cette dernière. Nous découvrons cette relation en même temps que nous découvrons les événements, que des révélations sont faites, et que nous faisons la connaissance de divers protagonistes ; au fil des pages, certains deviennent de sacrés suspects, d’autres nous semblent vierges de tout crimes…, mais, finalement, je n’ai plus su qui croire. Dicker a réussi à créer des personnages nuancés, certains attachants, d’autres antipathiques, mais aucun ne m’apparaissant blanc comme neige.
Un roman comme celui-ci, avec ses huit-cent soixante-quatre pages, ça pourrait faire long s’il ne se lisait pas aussi bien et s’il ne regorgeait pas d’autant de mystère, si des rebondissements, bien situés dans l’intrigues, ne venaient pas ponctuer le récit. Joël Dicker a bien dosé tout cela et il est donc bien compliqué de lâcher le roman une fois que l’on a le nez dedans.

La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est un très bon roman policier. Le livre a beau être un pavé, l’enquête est tellement bien menée que les pages se tournent vite et avec plaisir. Si vous ne connaissez pas encore, je vous conseille de profiter de cet été pour découvrir ce livre : un mystère à résoudre (qui à tuer Nola et pourquoi?), un super rythme et des rebondissements arrivant toujours au bon moment, voilà les clés d’un succès assuré.

La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, Joël Dicker Editions de Fallois • 2012 • 864 pages • 9,50€ • Genre : policier, écriture, disparition • ISBN : 9791032101254

20 réflexions sur “La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert

  1. lespagesquitournent dit :

    Je suis contente que tu aies été également happée par ce récit. Effectivement, l’enquête est très prenante.^^ J’en garde un très bon souvenir.
    Apparemment, il y a une suite (Le livre des Baltimore) où l’on retrouve le narrateur auteur dans une nouvelle affaire. Mes adhérents ont bien aimé, mais je ne me suis pas encore lancée.

    Aimé par 2 personnes

    • Ma Lecturothèque dit :

      Il est épais mais se lit finalement assez vite (une semaine en ne lisant pas tout le temps et en ne lisant pas très vite) ^^ Si tu as aimé le téléfilm, tu devrais en effet apprécier le roman – de mon côté, je compte regarder le téléfilm quand l’histoire sera moins fraîche dans mon esprit 😉

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s