Le féminisme en 7 slogans et citations

La petite Bédéthèque des Savoirs, t.11 : Le féminisme en 7 slogans et citations

Résumé de l’éditeur :

Malgré des avancées significatives durant le 20e siècle, le combat féministe reste toujours d’actualité. D’Olympe de Gouges à Virginie Despentes en passant par Simone de Beauvoir ou Angela Davis, cette bande dessinée retrace, à travers des événements et des slogans marquants, les grandes étapes de ce mouvement et en explicite les concepts-clés, comme le genre, la domination masculine, le « slut-shaming » ou encore l’intersectionnalité.

.
Mon avis :

Grâce au confinement, nous avons l’occasion de découvrir de nombreux ouvrages et Le féminisme en 7 slogans et citations en fait partie (offre terminée). Si c’est loin d’alléger ma pile à lire, j’admets toutefois être très contente d’avoir enfin pu découvrir cette petite bande dessinée qui m’intriguait depuis fort longtemps. Et, contrairement à ce que je pensais, elle n’est pas à destination des pré-ados, l’éditeur la conseillant à partir de quinze ans. Effectivement, c’est un propos assez dense pour des jeunes, mais passionnant.
Comme suggéré dans le titre, le livre se découpe en sept chapitres, chacun abordant des thèmes divers. Je vous les présent, sans entrer dans les détails, afin de vous démontrer l’intérêt de Le féminisme. On commence avec une citation d’Olympe de Gouges : « La femme a le droit de monter sur l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la Tribune ». Cette célèbre citation permet d’ouvrir l’ouvrage sur les bases du féminisme : l’égalité et l’émancipation des femmes ; nous sommes là dans la première vague du mouvement féministe. Le deuxième chapitre est un slogan que vous avez peut-être déjà entendu, quoiqu’il soit moins connu : « Le privé est politique ». Il y est question de viol, d’avortement… et donc notamment de la loi Veil. Vient ensuite le fameux « On ne naît pas femme, on le devient » de Simone de Beauvoir, chapitre au cours duquel sont expliquées les différences entre le sexe (biologique) et le genre (construction sociale). Ensuite, nous avons de nouveau un slogan, à savoir : « White woman listen! » (« Femme blanche, écoute! »), où est abordée la question de l’intersectionnalité. Il ne faut en effet pas oublié que les premières féministes étaient majoritairement des femmes blanches et, par conséquent, le mouvement s’est fondé sur leurs connaissances, leurs vécus… oubliant que les femmes racisées ne subissent pas les mêmes discrimination, et les reléguant à des personnes devant être sauvées (par les féministes blanches, donc). Le « Black feminism » est abordé. Chose appréciable, d’ailleurs, c’est que Husson et Mathieu rappellent, dans cette BD, qu’il existe plusieurs mouvances et mouvements féministes (sans pour autant approfondir des masses le sujet mais, hé, c’est une BD de moins de cent pages!).
Rien qu’avec ça, il y a beaucoup de choses à dire et c’est super intéressant. Même si je suis sensibilisée à tout cela, comme il y a toujours des sujets qui m’intéressent plus que d’autres, j’ai découvert des noms, j’ai pu avoir des précisions sur les questions traitées.
Mais revenons-en aux rapidement chapitres car je n’ai pas terminé : le cinquième est un autre slogan, « Nos désirs font désordre » qui parle de la sexualité et du plaisir féminins. Une citation de Benoîte Groult ouvre le sixième chapitre : « Le féminisme n’a jamais tué personne, le machisme tue tous les jours ». Vous devinez le sujet ? Eh oui, les violences faites aux femmes, qu’elles soient physiques, sexuelles, psychologiques, économiques… La BD se termine avec le slogan « Ne libère pas, je m’en charge! », qui laisse la parole à de jeunes féministes.
Le féminisme en 7 slogans et citations se lit très bien ; même si les cases ne sont pas délimitées, la mise en page est telle qu’il est impossible de se tromper d’ordre dans les bulles et cartouches. De plus, les sujets sont abordés avec un vocabulaire accessibles et les idées sont bien expliquées. Une chose appréciable également, ce sont les petites mises en garde faites au début de certains chapitres. Il est en effet parfois question de viol ou de violence et, grâce à cela, les lecteur·rices ne sont pas pris·es au dépourvu.

En bref, cette une bande dessinée bien faite, aux propos clairs et pertinents, et que je vous conseille vivement, tant pour découvrir que pour approfondir (un peu) vos connaissances.

La petite Bédéthèque des Savoirs, tome 11 : Le féminisme en 7 slogans et citations, Anne-Charlotte Husson (scénario) et Thomas Mathieu (dessin) Le Lombard • 2016 • 96 pages • 10€ • Genre : bande dessinée, féminisme • ISBN : 9782803637409

10 réflexions sur “Le féminisme en 7 slogans et citations

  1. Ada dit :

    J’ai adoré cette BD, une de mes premières recommandations dans ma série sur les livres féministes ! (je relirais pas l’article par contre, c’était au début de mon blog…)

    C’est vraiment une très bonne introduction au sujet, j’ai envie de l’offrir à plein de monde ! (surtout les hommes)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s