La Voie des Oracles, I. Thya

La Voie des Oracles, I. Thya

Quatrième de couverture :

La Gaule, Ve siècle après Jésus-Christ.

Cerné par les barbares, miné par les intrigues internes et les jeux du pouvoir, l’Empire romain, devenu chrétien depuis peu, décline lentement. Les vieilles croyances sont mises au rebut, les anciens dieux se terrent au fond des bois, des montagnes et des grottes, les devins sont pourchassés par la nouvelle Église.
Thya, fille de l’illustre général romain Gnaeus Sertor, a toujours su qu’elle était une Oracle. Il lui faut vivre loin de Rome, presque cachée, en Aquitania, perdue au milieu des forêts.
Que faire alors, quand son père, son protecteur, tombe sous les coups d’assassins à la solde de son propre fils ? Il faut fuir, courir derrière la seule chance qu’elle a de le sauver… Se fier à ses visions et aller vers Brog, dans les montagnes du nord, là où, autrefois, Gnaeus a vaincu les Vandales. Et peut-être, le long de ce chemin pavé d’embûches et d’incroyables rencontres, voir le passé refaire surface, et réécrire l’Histoire…

Mon avis :
J’ai acheté La Voie des Oracles au Salon du Fantastique, en février dernier, en pensant le lire rapidement après l’achat. Sauf que j’ai traîné, que d’autres lectures sont passées avant… et je ne pensais finalement pas le lire avant de partir en vacances. Sauf que mi-juin a débuté un book club autour de ce premier tome, organisé par Hélène du blog Ptitelfe. Sur un coup de tête, je me suis lancée dans l’aventure. Et quelle aventure ! C’était vraiment chouette, que ce soit la partie book club ou la partie lecture. Mais comme je suis ici pour vous parler du roman d’Estelle Faye, La Voie des Oracles, je vais donc me concentrer là-dessus.

Ce premier tome tient du parcours initiatique, ainsi que de l’introduction à un univers mêlant Histoire, fiction et fantastique. On y découvre différents personnages, comme Thya, une jeune fille qui a longtemps vécu enfermée dans l’une des demeures de son père, dans le but de la protéger ; il y a aussi Enoch, véritable Dom Juan qui s’attire les pires ennuis, ainsi que Mettius, un ancien soldat ayant combattu aux côtés du père de Thya, etc. J’ai apprécié de voir leur évolution au fil des pages, et j’ai hâte de voir comment cela va se poursuivre. Si je me suis un peu moins attachée à Thya, je l’ai tout de même beaucoup appréciée : je ne pense pas qu’elle ait été écrite pour plaire d’emblée comme c’est le cas pour d’autres héroïnes. Cela dit, j’ai décelé en elle des forces et des faiblesses qui ont fait d’elle un personnage très humain – à mes yeux, en tout cas.
Il y a aussi d’autres protagonistes, plus ou moins importants, comme des dieux et des créatures mythologiques, que j’ai beaucoup apprécié, et dont les apparitions sont très marquantes. Et puis il y a Aedon, le frère de Thya : si au début il semble être intéressant, j’ai malheureusement trouvé qu’il ne prenait pas assez d’ampleur (peut-être dans le deuxième livre?), et qu’il devenait presque caricatural.
Concernant le récit, j’ai beaucoup aimé ! J’adore la mythologie et l’Antiquité (ici, romaine), j’aime beaucoup le fantastique… alors voilà, mélanger tout cela, ajouter des personnages auxquels on s’attache, des divinités qui ne manquent pas de faire leur impression… Forcément, j’ai aimé. Aussi, c’est très prenant, et on ne peut lire un chapitre sans se demander ce qu’il va ensuite se passer. Alors, moi, j’ai tourné les pages, j’ai dévoré le livre, et j’y ai pris beaucoup de plaisir.
Je n’ai rien à redire quant à l’écriture d’Estelle Faye, et je vais donc terminer en vous disant simplement : lisez. Lisez ce livre, lisez la suite (après les vacances, pour ma part!), et profitez.

La Voie des Oracles, I. Thya, Estelle Faye • Scrineo • 2014 • 337 pages • 16,90€ • Genre : fantastique, Antiquité romaine • ISBN : 2367401896 

Ce livre participe au challenge Littérature de l’Imaginaire.
challenge-litteraturedelimaginaire

Publicités

22 réflexions sur “La Voie des Oracles, I. Thya

  1. Mistinguette dit :

    J’ai beaucoup aimé ce livre aussi ! J’ai d’abord été attirée par sa couverture puis par l’idée d’une fantasy pendant la Gaule antique. Je suis d’accord avec toi sur Thya : ce n’est pas l’héroïne qui est la plus attachante dans un premier temps. Les personnages secondaires sont tellement bien faits en plus ! J’ai les tomes 2 et 3 à la maison mais toujours pas pris le temps de les lire… Shame on me !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s