La Légende des Akakuchiba

La légende des Akakuchiba

Quatrième de couverture :

À travers l’histoire de trois générations de femmes japonaises, Kazuki Sakuraba livre une saga familiale empreinte de réalisme magique, entre tradition et modernité.

Lorsqu’une fillette est retrouvée abandonnée dans la petite ville japonaise de Benimidori en cet été 1943, les villageois sont loin de s’imaginer qu’elle intégrera un jour l’illustre clan Akakuchiba et règnera en matriarche sur cette dynastie d’industriels de l’acier. C’est sa petite-fille, Toko, qui entreprend bien plus tard de nous raconter le destin hors du commun de sa famille. L’histoire de sa grand-mère, femme dotée d’étonnants dons de voyance, et celle de sa mère, chef d’un gang de motardes devenue une célèbre mangaka, dont le succès permettra de sauver la famille du déclin dans un Japon frappé de plein fouet par la crise industrielle.

Mon avis :

Par la voix de Tôko, la fille Akakuchiba, nous découvrons cette famille, nous apprenons à connaître des femmes extraordinaires ; mais La Légende des Akakuchiba est également un reflet de la société japonaise et nous permet d’en apprendre plus sur le Japon au cours de la seconde moitié du XXème siècle.
Le roman, découpé en trois parties (« Man’yô, 1963-1975 », « Kemari, 1978-1998 » et « Tôko, 2000-futur »), narre l’évolution d’une famille et d’une ville par le biais d’une grand-mère (Man’yô), de sa fille (Kemari) et de sa petite-fille (Tôko). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le récit est très prenant, d’autant plus que lorsque je lisais certains passages, j’imaginais très bien ceux-là dans un film de Miyazaki : il y a un côté fabuleux à cette histoire, on se demande parfois si ce que l’on nous raconte est vrai ou bien totalement chimérique. Mais qu’importe : on se prend au jeu ! Au fil des pages, on côtoie une voyante, une maîtresse de maison, une domestique qui danse nue, des loubards, une mangaka… Eh oui, l’air de rien, il y a de tout dans ce roman ! Mais cela ne tombe jamais dans la surenchère ; l’autrice, Kazuki Sakuraba, a su parfaitement dosé tous ces éléments. De plus, sa plume et la traduction sont agréables.

La Légende des Akakuchiba est une superbe saga familiale qui nous permet, en plus de passer un très bon moment, de découvrir aussi la société japonaise au cours de ces dernières décennies. Les trois héroïnes sont attachantes et leur histoire m’a captivée.
C’est un roman à découvrir absolument !

Merci à NetGalley et aux Editions Piranah pour leur confiance.

La Légende des Akakuchiba, Kazuki Sakuraba • Titre VO : 赤朽葉家の伝説 • Jean-Louis de la Couronne • Editions Piranha • 2017 (2006 en VO) • 416 pages • 23€ • Genre : littérature contemporaine, famille, société • ISBN : 9782371190696

Ce livre participe au challenge Coupe des 4 maisons – 2017-2018.
.

 

9 réflexions sur “La Légende des Akakuchiba

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s