Stone Butch Blues

Stone Butch Blues

♥ COUP DE CŒUR ♥

 

Quatrième de couverture :

Stone Butch Blues raconte l’histoire de Jess, né·e aux Etats-Unis dans les années 1950 au sein d’une famille juive et prolétaire.

« C’est un garçon ou une fille ? »
Face à cette question qui lui est sans cesse adressée, Jess cherche et trouve des réponses, différentes selon les moments de sa vie. A travers les décennies, son parcours croise luttes antiracistes et féministes, grèves ouvrières, syndicalisme, mouvement de libération homosexuelle, communautés lesbiennes et transitions de genre.

Ce roman nous parle d’amour, d’amitié, de politique. Par-dessus tout, Stone Butch Blues est un hommage à la solidarité et à la construction de ces communautés qui nous permettent de tenir ensemble et de survivre à la violence de ce monde.

Lire la suite

Je crois que mon fils est gay, tome 1

Je crois que mon fils est gay, tome 1

Quatrième de couverture :

Le quotidien de Tomoko Aoyama, mère au foyer, est très chargé ! Et depuis quelques temps, elle a bien remarqué que Hiroko, son fils aîné, a l’air de cacher quelque chose… Très observatrice, elle devine sans mal qu’il est gay, mais ce dernier ne semble pas encore prêt à le lui dire. Alors en attendant, elle veille sur lui en silence, tout en cherchant à créer un foyer aimant et ouvert.

Lire la suite

Mes yeux rivés sur toi

Mes yeux rivés sur toi

Quatrième de couverture :

Takeru Inomata est lycéen et il vit dans une petite bourgade de province. Les non-dits, les rumeurs, le mariage, les enfants… tout ça lui passe au-dessus de la tête. Il vit son quotidien comme il vient, sans faire de vague et sans passion… jusqu’au jour où un nouvel élève arrive dans son lycée. Takeru sera bien surpris en découvrant que ce dernier n’est autre que Kôtarô, un de ses anciens camarades d’école primaire. Très vite, les deux garçons se rapprochent… Et si de nouveaux sentiments étaient sur le point d’éclore ?

Lire la suite

Courts retours #29

Salutations !
Nouveau Courts retours pour vous parler de trois manga : le premier tome de L’imprimerie des sorcières de Mochinchi et Yasuhiro Miyama, le tome 32 de L’attaque des titans de Hajime Isayama (il était temps que je le lise!) et le tome 3 d’Autours d’elles de Shino Torino, dont la fin m’a surprise, je ne vais pas vous mentir. En tout cas, il y a du très bon, et du moins bon – je vous laisse découvrir tout ça.
Petit rappel : dans ces articles proposant plusieurs retours, la date de sortie des livres indiquée est celle de l’œuvre originale, et non celle de la publication française.

Courts retours #28

Salutations !
Nouveau Courts retours pour vous parler de trois BD, dont deux one-shots. J’ai bien sûr des choses à dire à leur sujet mais pas de quoi m’étendre en long, en large et en travers, raison pour laquelle je vais faire court. On va commencer avec Cet été-là de Jillian Tamaki et Mariko Tamaki, qui se déroule pendant les grandes vacances, puis il y aura Magic Friends de Kristen Gudsnuk, qui se passe durant la rentrée scolaire, et on va terminer avec le troisième tome de Our Colorful Days de Gengoroh Tagame, qui a lieu en période de vacances scolaires. Un programme très adolescent, mais très plaisant, promis !

Le mari de mon frère, tomes 2 à 4

Tome 1

Quatrième de couverture :

La petite Kana est aux anges !
Entre son nouvel oncle venu du Canada, mais aussi l’arrivée surprise de sa mère, la fillette a de nombreuses raisons de se réjouir !
Mais tout le monde, dans le voisinage, ne regarde pas d’un œil bienveillant la venue d’un imposant homosexuel dans le quartier… Une occasion parfaite, pour Yaichi, de continuer à remettre en cause ses certitudes !

Éclat(s) d’âme, tomes 2 à 4

Tome 1

Quatrième de couverture :

Au contact des membres du salon de discussion, Tasuku a fini par s’accepter, et aussi par accepter l’amour qu’il éprouve. Pour autant, il ne sais pas encore comment il doit se comporter au quotidien, auprès de ses camarades, mais surtout auprès de celui qu’il aime. Au contact de Misora, plus jeune individu du salon et porteur d’un « secret » d’un autre genre, le lycéen va continuer à se poser des questions…

Wilder Girls

Wilder Girls

Quatrième de couverture :

Voilà bientôt dix-huit mois qu’un mal inconnu, la Tox, a frappé l’île Raxter. Dix-huit mois que le pensionnat pour jeunes filles qui en occupe la pointe a été mis sous quarantaine.
D’abord, la Tox a tué les enseignantes, une à une, puis elle a infecté les élèves, dont les survivantes portent désormais ses monstrueux stigmates dans leur chair.
Coupées du reste du monde, cernées par les bêtes mutantes qui rôdent dans les bois alentour et livrées à elles-mêmes, celles qui restent n’osent plus sortir de l’enceinte de l’école. Jour après jour, elles attendent le vaccin que le gouvernement leur a promis.
Hetty et ses deux meilleures amies, Byatt et Reese, se serrent les coudes malgré les privations, bien déterminées à lutter ensemble jusqu’au bout…
Plus glaçant encore que Sa Majesté des mouches, un huis clos féminin et féministe qui a fait frissonner l’Amérique de plaisir !
Lire la suite

La dernière fois que j’ai cru mourir c’était il y a longtemps

La dernière fois que j’ai cru mourir c’était il y a longtemps

Quatrième de couverture :

« Devant mon assiette vide, l’escalope de dinde et les haricots verts du dîner avalés, je fais défiler les photos du bout des doigts. Je me vois – muscles des cuisses saillants sous les leggings, quadrillage des abdos, chaque rigole un petit miracle de biologie et de patience. La bosse d’un biceps, la veine d’un coude, les épaules fières. Je fixe mon corps qui n’apparaît qu’en photo et jamais devant le miroir, cette silhouette insaisissable qui, quand j’essaie de l’observer en vrai, quand je baisse les yeux sur mon ventre et palpe mes bras, devient immanquablement plus grasse, plus molle, infiniment plus empotée que la mécanique longue et fine qui se dessine à l’écran.

« Je choisis le quatrième liché, celui que Caleb a pris lorsqu’il m’a dit d’arrêter de sourire. J’imagine que c’est à ça que je ressemblais ce matin quand j’essayais de me concentrer juste avant le record, quand j’ignorais les sonneries répétées de mon portable et les appels au secours de Camélia. J’ouvre Instagram. Contrairement à ce que beaucoup de mes abonnés semblent croire, je n’abuse pas des filtres. Je n’aime pas tricher. Je me contente d’augmenter la luminosité pour corriger l’éclairage de la salle qui me donne la jaunisse. »

Lire la suite