La petite dernière

La petite dernière

Quatrième de couverture :

Je m’appelle Fatima Daas. Je suis la mazoziya, la petite dernière. Celle à laquelle on ne s’est pas préparé. Française d’origine algérienne. Musulmane pratiquante. Clichoise qui passe plus de trois heures par jour dans les transports. Une touriste. Une banlieusarde qui observe les comportements parisiens. Je suis une menteuse, une pécheresse. Adolescente, je suis une élève instable. Adulte, je suis hyper-inadaptée. J’écris des histoires pour éviter de vivre la mienne. J’ai fait quatre ans de thérapie. C’est ma plus longue relation. L’amour, c’était tabou à la maison, les marques de tendresse, la sexualité aussi. Je me croyais polyamoureuse. Lorsque Nina a débarqué dans ma vie, je ne savais plus du tout ce dont j’avais besoin et ce qu’il me manquait. Je m’appelle Fatima Daas. Je ne sais pas si je porte bien mon prénom.

Lire la suite

Autour d’elles, t.2

Autour d’elles, tome 2

Tome 1

Quatrième de couverture :

Cela fait déjà un an que Michiru et Maya ont commencé à vivre en colocation, avec le petit Yûta… Mais ce foyer peu ordinaire déstabilise l’entourage des jeunes femmes. Aussi, quand la traductrice invite en excursion Kuwabara, un ancien camarade de classe, elle ne s’attend pas à ce qu’il va lui demander.
Le lendemain, Michiru sent comme un malaise, mais elle n’ose pas demander à son « amie » ce qu’il s’est passé…

Lire la suite

Our Colorful Days, tome 1

Our Colorful Days, tome 1

Quatrième de couverture :

Sora est lycéen, et il aime secrètement Kenta, un de ses camarades de classe. Même à Nao, son amie d’enfance, il n’a jamais avoué qu’il est gay. Mais un jour, en classe, les blagues homophobes des autres garçons finissent par rendre le poids du secret insupportable, et le poussent à sécher les cours… Et tandis qu’il s’endort près du rivage, un mystérieux homme apparaît et lui dit qu’il l’aime… Qui est-il ?

Lire la suite

Asana n’est pas hétéro

Quatrième de couverture :

Dans un Japon pas toujours très ouvert, ce jeune artiste livre, façon blog, ses anecdotes quotidiennes sur la vie, l’amour, le travail…
Avec légèreté et bonne humeur, il porte un regard très juste sur ses compatriote…
et lui-même !
N’attendez pas pour vous plonger dans cet ouvrage bourré d’humour et de joie de vivre, qui parle avec simplicité de tout ce qui fait la vie d’un individu…

Lire la suite

Le jardin arc-en-ciel

Le jardin arc-en-ciel

Quatrième de couverture :

Izumi, jeune mère célibataire, rencontre Chiyoko, lycéenne en classe de terminale, au moment où celle-ci s’apprête à se jeter sous un train. Quelques jours plus tard, elles feront l’amour sur la terrasse d’Izumi et ne se quitteront plus. Avec le fils d’Izumi, elles trouvent refuge dans un village de montagne et dressent le pavillon arc-en-ciel sur le toit d’une maison d’hôtes, nouvelle en son genre. Il y a quelque chose de communicatif dans la bienveillance et la sollicitude avec lesquelles la famille accueille tous ceux qui se présentent : des couples homosexuels, des étudiants, des gens seuls, des gens qui souffrent, mais rien de tel qu’un copieux nabe ou des tempuras d’angélique pour faire parler les visiteurs ! Tous repartiront apaisés. Et heureux.
Pas à pas, Ogawa Ito dessine le chemin parfois difficile, face à l’intolérance et aux préjugés, d’une famille pas comme les autres, et ne cesse jamais de nous prouver que l’amour est l’émotion dont les bienfaits sont les plus puissants.
On réserverait bien une chambre à la Maison d’hôtes de l’Arc-en-ciel !
Lire la suite

Rencontre littéraire avec Fatima Daas

Salutations, mes lecturovores !
Je vous propose aujourd’hui un article un peu différent de d’habitude car un livre, qui sortira en août prochain, me fait déjà de l’œil. Il s’agit de La petite dernière de Fatima Daas. C’est l’histoire de Fatima, la petite dernière de la famille. Elle est française d’origine algérienne, musulmane, elle habite à Clichy et se pensait polyamoureuse jusqu’au jour où elle rencontre Nina. Déjà, le résumé me tente bien mais, en plus, Virginie Despentes l’a lu et voici ce qu’elle en dit :

Le monologue de Fatima Daas se construit par fragments, comme si elle updatait Barthes et Mauriac pour Clichy-sous-Bois. Elle creuse un portrait, tel un sculpteur patient et attentif… ou tel un démineur, conscient que chaque mot pourrait tout faire exploser, et qu’on doit les choisir avec un soin infini. Ici l’écriture cherche à inventer l’impossible : comment tout concilier, comment respirer dans la honte, comment danser dans une impasse jusqu’à ouvrir une porte là où se dressait un mur. Ici, l’écriture triomphe en faisant profil bas, sans chercher à faire trop de bruit, dans un élan de tendresse inouïe pour les siens, et c’est par la délicatesse de son style que Fatima Daas ouvre sa brèche.

Et, je ne sais pas pour vous, mais moi, ça me parle et je pense que ce roman a tout pour me plaire. Mais bon, il faut patienter jusqu’en août… Heureusement, pour patienter, j’ai appris qu’il y a un live lundi prochain, 22 juin, à 19h45 ! Il suffit de s’inscrire (bon, on nous demande l’entreprise pour l’inscription ; j’ai mis le nom de mon blog et vous pouvez faire de même) et de cliquer sur le lien envoyé par mail lundi prochain – c’est une procédure hyper simple.
Donc voilà, si, comme moi, ce roman vous intrigue et vous souhaitez en savoir plus, rendez-vous lundi !
Pour information, Hector Mathis (ne me demandez pas de qui il s’agit, c’est un auteur, j’imagine) sera également présent.

RDV LUNDI 19H45
INSCRIPTION EN CLIQUANT LÀ

Autour d’elles, t.1

Autour d’elles, t.1

Quatrième de couverture :

A la faculté, Michiru et Maya étaient en couple. Mais la vie les a séparées…
Cinq ans après la disparition de Michiru, la jeune femme refait son apparition. Elle est depuis devenue mère célibataire. Les deux femmes, toujours attachées l’une à l’autre, décident de vivre à nouveau ensemble. Mais pas question de redevenir « concubines » : elles veulent rester de simples colocataires… Commence alors un nouveau quotidien pour Maya, Michiru et Yûta, son fils.

Avec Autour d’elles, suivez le quotidien d’un foyer empli d’amour et de nostalgie. Croquée avec sensibilité par Shino Torino, cette série ne manquera pas de vous attendrir.

Lire la suite

Les dessous lesbiens de la chanson

Les dessous lesbiens de la chanson

Quatrième de couverture :

Selon les époques, l’homosexualité féminine fut tour à tour ou simultanément frappée d’opprobre, niée, invisibilisée. Mais clandestine ou pas, à mots couverts ou crus, cette réalité a trouvé pour se dire la voie de la chanson. Et de Suzy Solidor à Chris en passant par Barbara, Brigitte Fontaine, Marie Paule Belle, Juliette Armanet et bien d’autres encore, jusque dans le Club Dorothée, nombreuses sont les voix féminines à l’avoir chantée sur tous les tons.

Rendant à Sappho ce qui est à Sappho, Léa Lootgieter et Pauline Paris retracent dans ce livre l’histoire de 40 titres mis en musique de 1920 à nos jours. Oubliés pour certains, mondialement connus pour d’autres, ils ont tous en commun de délicieux sous-entendus lesbiens. Elles nous en révèlent les dessous au fil des pages, avec la complicité de Julie Feydel, qui signe les illustrations, et les regards aiguisés de 41 témoins contemporains venus éclairer l’origine de ces chansons, leurs parcours de vie dans les cabarets ou dans les clips, leur réception par la critique et le public… qui ne sait pas toujours ce qu’il fredonne.

Cœur contre cœur/Les lois de l’amour

Cœur contre cœur/Les lois de l’amour

Quatrième de couverture :

Cœur contre cœur :
Lorsqu’elle descend en gare de Chantilly, Mathilde, l’étudiante parisienne, ignore tout de ce qui l’attend. Or l’inattendu va prendre la forme de Frédérique de Montaine, la jeune directrice du Haras des écuries royales. Très vite, leur rencontre tourne au face-à-face. Mais le duel ne dissimule que très mal la violence de leur sentiment secret : le désir. Depuis le bal du château jusqu’au Prix de Diane, de dispute en poursuite et de provocation en aveu, se joue pour les deux femmes l’épisode le plus important de leur vie : leur histoire d’amour.

Les Lois de l’amour :
Chiara et Zeynep se rencontrent pendant une tempête de neige : Chiara aux commandes de son hélicoptère, et Zeynep évacuée en urgence après un geste héroïque. Mais ces circonstances romanesques ne sont que les premières secondes d’une histoire qui va heurter de plein fouet une réalité plus terre à terre : la législation sur le séjour des étrangers qui fait de Zeynep une immigrée clandestine. Les lois de l’amour contre le code pénal.

1997-1998, Cœur contre cœur, puis Les Lois de l’amour sont les premiers romans sentimentaux lesbiens. Dès leur lancement, ces deux livres rencontrent un grand succès auprès d’un public lesbien qui rêve de trouver enfin des romans à l’issue optimiste.

Enfants de Mars et de Vénus

Enfants de Mars et de Vénus

Quatrième de couverture :

« Sauf qu’on n’est pas un couple, a tranché Alys.
— Vraiment ? ai-je demandé, un peu surprise.
— Lev, je t’aime bien, mais pour l’instant on a à peine couché deux fois ensemble et, pour ce que j’en sais, tu couches avec toutes les filles trans que tu rencontres. »
J’ai levé ma main en signe de protestation.
« Ce sarcasme est complètement infondé. Et puis, qu’est-ce que tu fais des lacrymos, des machos, des bastons avec les skins, des interrogatoires musclés et tout ça ? Ça ne compte pas, pour toi ?
— Si, mais ça correspond plus à la description d’un gang que d’un couple. »
J’ai haussé les épaules.
« D’accord, ai-je concédé. Être en gang, ça me va aussi. »