Qui es-tu Alaska ?

Qui es-tu Alaska ?

Quatrième de couverture :

Miles Halter a seize ans et n’a pas l’impression d’avoir vécu. Assoiffé s’expériences, il décide de quitter le petit cocon familial pour partir loin, en Alabama, au pensionnat de Culver Creek.
Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les premières fois. C’est là aussi qu’il rencontre Alaska. La troublante, l’insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy, Alaska Young.

Qui es-tu Alaska ? est LE roman de l’adolescence : les amitiés fortes, l’amour, la transgression, la soif de connaissance et la fondamentale quête de sens.
La vie explose dans ce livre qui fait rire et fondre en larmes l’instant d’après et qu’on voudrait ne jamais finir.

Mon avis :
Récit à la première personne, Qui es-tu Alaska ? nous raconte l’histoire de Miles, lycéen de 16 ans qui quitte le foyer familial pour le pensionnat, partant « en quête d’un Grand Peut-Être ». Arrivé à Culver Creek, son nouveau lycée, il se fait des amis : le Colonel, Takumi, Lara, et Alaska. Cette dernière ne laisse pas notre jeune héros indifférent, loin de là !
Mais tout n’est pas rose, et les chapitres se découpent dans un premier temps tel un compte à rebours. Que va-t-il se passer au bout de ces 136 jours ? Un drame qui va bouleverser la vie de ce groupe d’amis. Et puis il y a l’après. La culpabilité, la colère. La peur d’oublier.

La quatrième de couverture m’avait laissé entendre que j’allais rire, et la page suivante verser toutes les larmes de mon corps – cela m’arrive effectivement en lisant certains romans, ou devant des films. Mais pour le coup, ça n’a pas malheureusement pas été le cas avec Qui es-tu Alaska ? J’ai effectivement souri, parfois, j’ai été attristé, une fois, mais je ne suis pas passée du rire aux larmes. Ma vision n’a guère été troublée par trop d’humidité ; je n’ai pas eu mal aux zygomatiques.
De plus, je ne sais pas si c’est l’écriture de John Green ou la traduction de Catherine Gibert, mais bien que la lecture soit fluide et aisée, je n’ai pas été séduite par la plume car je ne trouvais pas que c’était adapté à une histoire racontée à la première personne.
Cela dit, j’ai tout de même apprécié ce roman : les personnages sont très attachants – notamment Miles, le Colonel et Alaska qui sont les plus approfondis – et les réflexions sont très intéressantes. John Green nous parle de dépression, de deuil, etc. C’est pas très joyeux. Mais le sujet le plus intéressant dans ce livre (d’après moi), c’est cette citation de Simón Bolívar : « Comment vais-je sortir de ce labyrinthe ? ». Ce labyrinthe, c’est celui de la souffrance. Il amène les protagonistes à se questionner – comment vont-ils, eux, s’en sortir ? – et surtout à nous questionner.

Je choisi de ne pas en raconter plus sinon, si vous ne l’avez pas lu, ça gâcherait la lecture.
Ce n’est clairement pas mon livre préféré, et je ne le relirai pas de sitôt, mais la lecture n’était pas désagréable, et c’était tout de même intéressant.

Qui es-tu Alaska ?, John Green • Titre VO : Looking for Alaska • traduction : Catherine Gibert • Gallimard • 2007 • 366 pages • 15€ • Genre : drame, adolescence • ISBN : 9782070662555

Publicités

15 réflexions sur “Qui es-tu Alaska ?

        • malecturotheque dit :

          Oui, parce qu’en soit « Qui es-tu Alaska? » n’est pas nul, j’ai juste pas accroché. « Nos étoiles contraires » j’avais beaucoup aimé le film, et « La face cachée de Margo » à l’air vraiment top ! Du coup j’irai le voir, puis je le lirai (en général les films sont très décevants si on lit d’abord le livre…).

          J'aime

    • malecturotheque dit :

      J’espère aussi qu’il te plaira 🙂
      Je pense que les romans de John Green ne touchent pas les gens de la même façon : chacun.e a ses sensibilités, et du coup certains de ses livres ne vont pas avoir le même impact émotionnel.
      Je n’ai pas accroché, mais beaucoup ont adoré 😉

      Aimé par 1 personne

  1. avislivresques dit :

    « J’ai effectivement souri, parfois, j’ai été attristé, une fois, mais je ne suis pas passée du rire aux larmes. » . C’est l’un des seuls livre de l’auteur qui m’ait fait pleuré 😀 Nos étoiles contraires m’a laissé assez neutre, contrairement à Qui es-tu Alaska ? . J’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs dans la deuxième partie, mais j’ai vraiment beaucoup aimé.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s