Maybe Someday

Maybe Someday

Quatrième de couverture :

Sydney, 22 ans, a tout pour elle : le mec parfait, Hunter, un bel avenir et un superbe appart’ en coloc avec sa meilleure amie. Jusqu’au jour où, grâce à Ridge, son mystérieux voisin musicien, elle tombe de haut : Hunter la trompe dès qu’elle a le dos tourné. Sydney décide alors de tout plaquer. Faute de moyens, elle est hébergée par Ridge. Ensemble, ils composent des chansons. Elle vibre lorsqu’il lui joue ses magnifiques mélodies à la guitare. Mais le cœur de Ridge est pris depuis bien longtemps. Pourtant, de son côté, il ne peut ignorer la force silencieuse qui le pousse vers Sydney. Ensemble, ils vont comprendre que les gens ne peuvent jamais trahir leur cœur…

Mon avis :
Partout sur le net, je voyais de bons retours quant à ce livre, et même plus de très bons retours que de bons retours. Et la première de couverture est chouette. Plus une bande-son qui accompagne la lecture, ce qui m’a forcément rappelée La Horde du Contrevent. Je me suis alors dit que Maybe Someday allait peut-être me réconcilier avec les romances.

Pour commencer, j’ai eu une bonne surprise aux alentours de la soixantième page, ce qui pour moi est un bon signe ; les romances sont bien souvent trop prévisibles. Autre surprise, là où je déplore habituellement une écriture assez pauvre, elle est ici très fluide, agréable à lire ; ce n’est pas le premier roman de Colleen Hoover, elle a une belle plume, elle sait visiblement raconter les histoires et surtout y mettre des émotions, des sentiments.
Le récit est raconté à la première personne, alternant entre Sydney et Ridge, les deux personnages principaux – je vais finir par croire que l’alternance du récit entre les différents protagonistes est très à la mode, mais passons ! Cette alternance ajoute là de la profondeur aux personnages et à leurs sentiments.
Cela m’amène à vous parler un peu plus de l’histoire et des rapports entre Sydney, Ridge, Warren, Maggie, etc. – soyez rassurés, je ne vais pas vous spoiler. Pour commencer, on a Sydney qui, découvrant que Hunter la trompe, rompt avec ce dernier et se retrouve finalement dans la coloc de Ridge et Warren, meilleurs potes depuis tellement d’années. Alors que le beau Ridge, musicien, est en plein syndrome de la page blanche, la jeune femme va réussir à trouver de superbes paroles s’accordant très bien avec les compositions de Ridge. La musique, quasi omniprésente dans le roman, les lie, et les rapproche. Or, le cœur de ce bel homme est déjà pris. Sauf qu’il n’est pas indifférent à Sydney… Et tous les sentiments qui découlent de cette liaison impossible, toutes les émotions qui en ressortent, sont tellement bien couchés sur papier que ça ne pouvait pas me laisser insensible. Car Ridge aime sa copine, et il ne veut pas la tromper ; Sydney ne veut pas devenir comme Tori (avec qui Hunter l’a trompée), et, mince ! ils me font tous de la peine ! Parce que j’ai Sydney tout comme j’aime Ridge, mais aussi Maggie, et Warren… Tous ces protagonistes ne sont pas survolés, non, ils ont de la profondeur. Ils sont attachants. Et j’ai réussi à m’y retrouver un peu, dans chacun d’entre eux.
C’est pour ça que j’ai aimé Maybe Someday : parce que c’est bien raconté, et que les personnages sont attachants, mais surtout parce que ce qu’ils ressentent tous, ce n’est pas naïf, ou caricatural… Non, leurs sentiments sont réels. Ils sont sincères, beaux, douloureux…
Toutefois, une certaine scène à la fin dure quasiment 10 pages. Alors oui, je comprends, Colleen Hoover a voulu nous faire passer tout plein d’émotion, etc. mais si au début ça m’a fait chaud au cœur, ça m’a amusée, ça m’a émue… il n’en reste pas moins que j’ai trouvé ça beaucoup trop long, ce qui m’a un peu gâché la fin, il faut bien l’avouer.

Colleen Hoover m’a donc presque réconciliée avec les romances.
C’est une bonne lecture, avec des héros très attachants – de part leurs forces, leurs faiblesses, leurs amours – mais la fin est malheureusement trop longue. En revanche, si les histoires d’amours, c’est votre truc, alors foncez, car je ne pense pas que vous pourriez être déçu.e.s !

Maybe Someday, Colleen Hoover • Titre VO : Maybe Someday • traduction : Pauline Vidal • Hugo Roman • 2015 • 400 pages • 17€ • Genre : romance • ISBN : 9782755618426

Publicités

Une réflexion sur “Maybe Someday

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s