Se dire lesbienne – Vie de couple, sexualité, représentation de soi

Se dire lesbienne

Résumé de l’éditeur :

Cet essai novateur et subtil est le premier livre à s’attacher à l’intimité des lesbiennes en s’appuyant sur des récits de vie aussi bien hétérosexuels que lesbiens. Décrivant les trois parcours qui mènent à la construction de soi comme lesbienne, il s’intéresse au coming out, montrant en particulier que la mise en couple est une manière privilégiée de se dire et de se révéler socialement lesbienne. S’il étudie les modalités de la rencontre et les manières d’être en couple, il titre aussi son originalité de l’analyse des « scripts sexuels » des lesbiennes et comporte en outre un très utile petit glossaire du vocabulaire lesbien.
Natacha Chetcuti, docteure en anthropologie sociale (EHESS), est sociologue.

Mon avis :

Pour cet essai, Natacha Chetcuti a interrogé des lesbiennes sur leur coming out, sur leurs premières relations, comment elles s’identifient (s’affirment-elles en tant que lesbiennes, homosexuelles, bisexuelles…?), etc. De leur vie sociale à leur vie sexuelle, sans oublier leurs rapports professionnels, Chetcuti dresse des portraits de femmes homosexuelles ; ils forment un ensemble que l’autrice a étudié afin de partager avec nous ses recherches.
Cet essai est une relecture ; j’avais eu l’occasion de le découvrir à sa sortie (2010) mais il m’avait laissé peu de souvenirs. J’étais jeune et, si le sujet m’intéressait, je n’avais toutefois pas assez de bagage pour vraiment m’imprégner de toutes les données dont il est question dans le livre. Avec le temps, je comprends mieux pourquoi Chetcuti a ciblé des lesbiennes entre 30 et 50 ans : elles ont suffisamment d’expériences diverses et de recul pour pouvoir en parler sans filtre, pour pouvoir les comparer les unes aux autres.
Si l’on remarque que Se dire lesbienne date déjà un peu (par exemple, le mariage n’était pas autorisé pour les homosexuel.le.s lors de sa parution), les propos restent pertinents, notamment en ce qui concerne la sous-représentation des lesbiennes dans la société, et donc le manque de modèles. Toutefois, en faisant le parallèle avec mon vécu, avec le vécu de mes amies, je constate qu’il suffit d’une génération pour observer des points de vue bien différents sur certains sujets, sur lesquels il faut alors avoir un peu de recul. Cela dit, même si l’on ne s’y retrouve pas forcément, cela nous permet de nous interroger.

C’est donc un livre à lire, à partager, et dont il faut ensuite discuter ; il faut remettre les choses dans leur contexte. Il est très ciblé mais peut être lu autant par des lesbiennes que par hétérosexuel.le.s, et quiconque le souhaite.

Se dire lesbienne – Vie de couple, sexualité, représentation de soi, Natacha Chetcuti • Petite Bibliothèque Payot • 2013 • 336 pages • 9,65€ • Genre : sciences humaines, lesbiennes, homosexualité féminine • ISBN : 9782228909723

#MarsAuFeminin

Ce livre participe au challenge Coupe des 4 maisons – 2017-2018.
.

 

4 réflexions sur “Se dire lesbienne – Vie de couple, sexualité, représentation de soi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s